Accueil Société PREVISONS AGROCLIMEATIQUES : La saison agricole 2019 commence en mai et finit...

PREVISONS AGROCLIMEATIQUES : La saison agricole 2019 commence en mai et finit en octobre

L’agence nationale de la météorologie (ANAM) a annoncé le 10 mai 2019, des prévisions pluviométriques à tendance normales sur l’ensemble du territoire. Les premières pluies s’installeront précocement le 1 mai sur la partie soudanienne et la moitié sud de la zone soudano-sahélienne.

La saison agricole 2019 commence précocement du 1er au 20 mai dans les régions des Hauts-bassins, du centre-sud, du sud-ouest et des cascades. Elle débutera normalement du 1 au 20 juin dans les régions de la Boucle du Mouhoun, du Plateau Central, du Centre-ouest, du centre-est, et de l’Est. L’agence nationale de la météorologie annonce également un début de saison agricole normale du 21 juin au 19 juillet 2019 dans les régions du Sahel, du Nord et Centre-nord.

La fin de la saison sera tardive sur l’ensemble du territoire burkinabè en cette saison agricole 2019. La fin attardée des pluies est prévue du 15 au 30 septembre dans les régions du Sahel, le Nord et Centre-nord. Les régions du centre, de la Boucle du Mouhoun, du Plateau central, du Centre-Ouest, du Centre-est et de l’Est connaîtront leur fin de la saison du 1er au 20 octobre 2019. Quant aux régions du Sud-Ouest, des Cascades et des Hauts-Bassins, la fin de la saison est prévue après le 20 octobre.

Pour éviter les inondations, il faut curer les caniveaux et éviter l’occupation quelconque des zones inondables

Éviter l’occupation des zones inondables

Le Burkina Faso fera également face aux risques de sécheresse, d’inondation et de maladies. La nationale de la météorologie recommande, de privilégier les espèces et variétés résistantes au déficit hydrique, d’adopter les techniques culturales de conservation de l’eau telles le zaï, les demi-lunes, les banquettes, les cordons pierreux, etc., sur les sols durs ; promouvoir l’irrigation d’appoint tout en assurant une gestion rationnelle de l’eau, pour parer aux risques de sécheresse.

Pour gérer les problèmes d’inondation, les techniciens conseillent d’éviter l’occupation anarchique des zones inondables, de curer les caniveaux et de créer des réservoirs de collecte et de conservation des eaux de ruissellement pour leur réutilisation à des fins agricoles, domestiques en saison sèche. Quant aux risques de maladies, il est recommandé entre autres, de suivre la qualité de l’eau et assainir les villes et les villages, de renforcer la vigilance contre les phytopathologies et les ravageurs des cultures tels les chenilles légionnaires et les autres insectes nuisibles.

L’ANAM appelles les autorités, les organisations non gouvernementales, les projets, les organisations paysannes, à permettre aux producteurs l’accès facile aux semences améliorées capables de boucler leur cycle avant la fin de saison. Des mises à jours de ces prévisions seront effectuées en mi-juin et s’il y a des changements majeurs, les populations seront informées afin de prendre les dispositions utiles, a affirmé le directeur général de l’ANAM, Kouka Ernest Ouédraogo. Et à Vincent Dabilgou, ministres des transports et de la mobilité urbaine de demander à tous les burkinabè de « faire confiance à ces prévisions météorologiques de l’ANAM ».

Siébou Kansié
Libreinfo.net

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
14 + 8 =