spot_img
spot_img

Procès aéroport de Donsin: « les contrôleurs étaient absents» lors de l’accident

Publié le : 

Publié le : 

Le procès de l’accident survenu à l’aéroport de Donsin en décembre 2022 s’est poursuivi le 24 février 2023 au Tribunal de grande instance de Ziniaré. À la barre, les responsables des entreprises chargées du contrôle du chantier ont plaidé non coupables. Il ressort des débats que les contrôleurs commis à cette tâche étaient absents pendant le coulage du béton.

Par Daouda Kiekieta

Ce sont deux cabinets de contrôle et des surveillance qui avaient été recrutés par la Maîtrise d’ouvrage de l’aéroport de Donsin pour assurer un contrôle permanent de la qualité du chantier. Il s’agit du groupement d’entreprises MEMO Sarl/Excell Ingénierie. Leurs responsables ont comparu ce 24 février au tribunal de grande instance de Ziniaré.

Lors de l’interrogatoire devant le tribunal, il ressort que les deux contrôleurs permanents désignés par les cabinets de suivi-contrôle pour superviser les normes de qualité des travaux, se sont absentés pendant le coulage du béton de la dalle qui s’est effondrée par la suite.

À la question du tribunal de savoir où étaient passés ces contrôleurs, M. Brahima Abraham Tou, responsable de MEMO répond : « L’un était allé manger et l’autre était allé déposer quelqu’un. ».

« S’ils étaient là, cela n’aurait-il pas changé quelque chose (à la situation ndlr)» interroge le juge. «Non.» répond M. Tou.

De plus, les deux prévenus (M. Brahima Tou et Thierry Ouattara) sont accusés d’avoir autorisé le coulage du béton sans s’assurer de la stabilité du système d’étayage qui devrait soutenir la dalle en construction.

Dans ce cas de figure, ce sont leurs contrôleurs qui devraient notamment s’assurer que les écarts et la hauteur des étais sont respectés par les ouvriers.

La dalle qui devrait être coulée s’étale sur 442 m2, 9,8 m de hauteur et devrait recevoir 190m3 de béton, selon M. Brahima Tou.

Son effondrement avait coûté la vie à 7 personnes et blessé 6 autres personnes le 30 décembre 2022.

Il est également reproché aux prévenus de ne s’être pas assuré de la qualité des étaies.

«N’est-ce pas vous qui devriez vous assurer de la qualité des étaies ? », a demandé le procureur. Et M. Tou de répondre : « Non, c’est le groupement d’entreprises GESEB/COGEA International. Parce que ce sont ces entreprises qui achètent les étaies ».

Cette réponse ne semble pas convenir au procureur, qui rappelle en ces termes : « l’État vous a confié un travail pour lequel il n’attend que des résultats. Il vous appartient de veiller au respect de l’ensemble des procédures qui entre dans la bonne exécution du travail.»

L’autre aspect qui pourrait expliquer l’effondrement de la dalle est l’absence d’un laboratoire pour faire des analyses contradictoires. En effet, la convention qui lie MEMO/Excell Ingénierie à la MOAD exige que ce groupement d’entreprises de contrôle recrute un laboratoire.

Mais depuis août 2022, ce dernier a mis fin au contrat qui le liait avec le Laboratoire national des bâtiments et travaux publics (LNBTP) qui faisait des prélèvements d’analyse.

Selon le chef de file du groupement, M. Brahima Tou, cet acte a été motivé par des difficultés financières.

« Nous avons fait ce choix (mettre fin au contrôle du LNBTP) pour permettre à GESEB/COGEA de poursuivre les travaux et de permettre à l’État d’avoir l’ouvrage dans les délais. » explique M. Tou.

«Donc, vous avez fait de la jonglerie (caracoler)?» demande le procureur. «Non, M. le procureur. ».

Le procureur poursuit en précisant que : « On vous appelle un contrôle à pied d’œuvre. Ce n’est pas un contrôle à posteriori. Votre contrôle n’est pas régulier. Si (à un moment) vous ne pouvez pas, vous laissez. Vous avez voulu jongler et ça n’a pas marché. »

Sur cette question de difficulté financière qui aurait justifié l’abandon du contrôle du LNBTP, l’Agent judiciaire de l’Etat a révélé que le taux d’exécution de l’enveloppe budgétaire du groupement est à 45% contre un taux d’exécution des travaux inférieur à ce chiffre. Comme pour dire que les arguments avancés par M. Tou ne sont pas fondés.

M. Brahima Tou, chef de file des responsables du groupement d’entreprises de contrôle et M. Thierry Ouattara sont poursuivis pour des faits d’« homicides involontaires, de blessures involontaires contraventionnelles et délictuelles».

Tout comme eux, leurs entreprises MEMO Sarl et Excell Ingénierie sont également poursuivies pour les mêmes faits.

Lire aussi: Burkina Faso: Procès aéroport de Donsin, les chefs d’entreprises poursuivis plaident non coupables

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Magistrature : Adama Ouédraogo élu président du Conseil supérieur

Les nouveaux membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) se sont réunis, à Ouagadougou ce samedi 13 juillet 2024, pour tenir leur première...

Burkina/Justice : Deux terroristes condamnés à perpétuité 

Le Tribunal de Grande Instance (TGI) Ouaga II a abrité la première session de jugement des affaires de terrorisme de l'année 2024. La session...

Burkina : suspension de l’Évènement, le journal remporte le procès face au CSC

Suite à sa suspension, le 19 juin dernier, par le Conseil supérieur de la communication (CSC), pour une période d'un mois, L'Evènement a saisi...

Burkina : « Il y a des magistrats corrompus qui se cachent derrière les syndicats», capitaine Ibrahim Traoré

Le chef de l'État burkinabè, le capitaine Ibrahim Traoré, a dénoncé ce 11 juillet 2024 à Ouagadougou le système judiciaire du pays. Par Nicolas Bazié Le...

Burkina: Me Guy Hervé Kam a regagné son domicile

L’avocat Me Guy Hervé Kam a regagné son domicile ce 10 juillet 2024 après plusieurs mois de détention préventive depuis le 24 janvier 2024.  Par...
spot_img

Autres articles

Prise en charge des personnes déplacées internes au Burkina : 5,2 milliards de FCFA pour la construction de 1 000 logements

Le gouvernement burkinabè a lancé ce 12 juillet 2024, à Nagréongo dans la région du Plateau Central, un projet de réalisation de 1000 logements....

Football :  L’ancien portier des éléphants, Zagoli Golié, s’est éteint à 63 ans

L’ancien gardien de buts des Éléphants de Côte d’Ivoire et héros de la CAN 1986 en Egypte, Zagoli Golié Marcel, est décédé le 12...

État-Unis : Tentative d’assassinat de Donald Trump, le tireur abattu

L’ancien président américain Donald Trump, candidat à l'élection présidentielle de novembre prochain, a échappé, ce samedi 13 juillet 2024 aux États-unis, à une tentative...

Burkina/Magistrature : Adama Ouédraogo élu président du Conseil supérieur

Les nouveaux membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) se sont réunis, à Ouagadougou ce samedi 13 juillet 2024, pour tenir leur première...

Burkina: Oméga Médias condamne «l’enlèvement» de Alain Alain

Dans un communiqué, la Direction générale de Oméga Médias informe de «l’enlèvement» de son journaliste Alain Alain au petit matin de ce 13 juillet...