Accueil Société Procès putsch : un verdict moins sévère aux réquisitions du parquet

Procès putsch : un verdict moins sévère aux réquisitions du parquet

Le verdict du procès du putsch manqué du 16 septembre 2015 est tombé ce 2 septembre 2019, après 18 mois de procès. Contrairement aux réquisitions du parquet militaire qui avait demandé la prison à vie contre les généraux de brigade Gilbert Diendéré et Djibril Yipinè Bassolé, et une peine allant de 15 mois à 25 ans pour les autres accusés ; le tribunal militaire a finalement condamné Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé respectivement à 20 ans et 10 ans de prison ferme. 

La salle d’audience était bondée de monde. Un monde jamais vu durant tout le procès si ce n’est à l’ouverture et au passage du général Gilbert Diendéré. Prévu exceptionnellement pour reprendre ce 2 septembre à 10 heures, c’est finalement à 10 heures 36 minutes, que les membres du tribunal militaire ont fait leur entrée dans la salle. « Mon cœur bat comme si c’était moi », a lâché un confrère de L’Observateur Paalga. Et un autre d’un média international d’ajouter « j’espère qu’ils ne vont pas reporter », tellement que ce procès a duré et les gens en ont marre.

Les généraux de brigade Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé condamnés mais gardent leurs grades 

Les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé ont longtemps été considérés comme les têtes pensantes du coup d’État manqué du 16 septembre 2015 au Burkina Faso. L’un à cause du fait d’être porté à la tête du Conseil national pour la démocratie (CND), l’organe des putschistes qui a renversé la transition et l’autre, à cause des écoutes téléphoniques entretenues pendant le coup d’État avec Guillaume Soro, l’ex-président de l’Assemblé nationale ivoirienne. Si l’infraction de complicité d’attentat à la sureté de l’État à l’encontre du général de brigade Djibril Yipinè Bassolé, est non constituée ; la même infraction est constituée pour le général de brigade Gilbert Diendéré. Ils ont été condamnés respectivement à 20 ans et 10 ans de prison ferme, mais gardent leur grade de généraux de brigade.

Avec les deux généraux, des militaires considérés comme les principaux acteurs ont été condamnés de 15 à 19 ans de prisons fermes. Il s’agit de l’adjudant-chef major Éloi Badiel, qui a écopé 19 ans de prison ferme. Il est considéré comme le chef des opérations du putsch manqué qui a causé selon le bilan officiel, 14 morts et fait 251 blessés.  Il y a également l’adjudant Jean-Florent Nion, qui faisait partie de l’équipe de commandos qui a arrêté les autorités de la transition. Il est condamné à 17 ans de prison ferme avec son frère d’armes Moussa Nébié dit Rambo. Le sergent-chef Roger Koussoubé considéré comme le messager du général Diendéré, le sergent-chef Zerbo Laoko Mohamed et le sergent-chef Sanou Ali ont été condamnés à 15 ans de prison ferme. Selon le tribunal, les accusés ont 15 jours pour faire appel de la décision du tribunal. Les inculpés qui étaient en fuite seront jugés le 3 septembre 2019.

Siébou Kansié

www.libreinfo.net

 

Encadré 

Liste des condamnés 

-BAGUIAN Abdoul Karim dit Lota et caporal DIESSONGO Soumaïla à un (01) an de prison ferme ;

-NANEMA Ousséini Faïsal à trois (03) ans de prison fermes ;

-Commandant KOROGO Abdoul Aziz, KONE Léonce Siméon Martin, YAMEOGO Augustin Hermann Magloire, SAWADOGO Salifou et colonel major KERE Boureima à cinq (05) de prison assortis du sursis ;

-Sergent KONE Souleymane, sergent COULDIATY Salif, caporal SABOUE Massa, 1ère classe OUEDRAOGO Arouna, 1ère classe KABORE Adama, caporal TIMBOUE Tuandaba, sous-lieutenant ZAGRE Bouraïma, sous-lieutenant TRAORE Séibou, lieutenant OUATTARA Philippe et 1ère classe SOW Lawapan Placide à cinq (05) ans de prison dont quatre (04) ans assortis du sursis ;

-Sergent-chef KAMBOU Ardjouma, sergent SAWADOGO Nobila, sergent GUIRE Yahaya, 1ère classe COMPAORE Abdou, 1ère classe OUATTARA Sidiki, 1ère classe LY Amadou, sergent ZALLE Mahamadi et SIDI Lamine Oumar à cinq (05) ans de prison dont trois (03) ans assortis du sursis ;

-Caporal MOUKORO Pascal, sergent-chef BOUDA Mahamado, 1ère classe COULIBALY Samuel, sergent YAGO Issa, OUEDRAOGO Adama dit Damiss et lieutenant LIMON Kolamba Jacques à cinq (05) ans de prison ferme ;

-Lieutenant DIANDA Abdou Kadri, Lieutenant COMPAORE Relwindé, lieutenant GORGO Aliou Gislain Honoré et lieutenant KONE Daouda Beyon II à sept (07) ans de prison dont cinq (05) ans assortis de sursis ;

-Lieutenant-colonel BAMBA Mamadou à dix (10) ans de prison dont cinq (05) ans assortis du sursis ;

-Caporal DAH Sami à dix (10) ans de prison dont quatre (04) ans assortis du sursis ;

-Adjudant BIRBA Michel, GUELWARE Minata, Adjudant OUEKOURI Kossè, sergent-chef DIALLO Adama, 1ère classe ZOURE Boureima, sergent PODA Ollo Stanislas Silvère, 1ère classe SOULAMA Seydou, caporal DRABO Hamidou, 1ère classe ZONGO Hamado, sergent PAGBELEM Amidou, colonel TRAORE Abdoul Karim et Général de brigade BASSOLE Yipénè Djibril à dix (10) ans de prison fermes ;

-Sergent OUEDRAOGO Zoubélé Jean Martial, sergent LANKOANDE Saïdou, adjudant DIBLONI Gbonjaté, capitaine DAO Abdoulaye et capitaine ZOUMBRI Oussène à la peine de onze (11) ans de prison fermes ;

-Sergent NEBIE Abdoul Nafion à douze (12) ans de prison fermes ;

-Sergent-chef KOUSSOUBE Roger Joachim Damagna, sergent-chef ZERBO Laoko Mohamed et sergent-chef SANOU Ali à quinze (15) ans de prison fermes ;

-Adjudant NION Jean Florent Akowè et adjudant-chef NEBIE Moussa dit Rambo à dix-sept (17) ans de prison fermes ;

-Adjudant-chef major BADIEL Eloi à la peine de dix-neuf (19) ans de prison fermes ;

-Général de brigade DIENDERE Gilbert à la peine de vingt (20) ans de prison fermes ;

Prononce la déchéance des décorations des accusés dont les noms suivent :

 

NOM ET PRENOM DECORATIONS

1.   Général de brigade DIENDERE Gilbert Commandeur de l’Ordre National

2.   Général de brigade BASSOLE Djibril Yipene Grand Officier de l’Ordre National

3.   Lieutenant-colonel BAMBA Mamadou Chevalier de l’Ordre National

4.   Adjudant NION Jean Florent Akowè Médaille Militaire

5.   Capitaine ZOUMBRI Oussène Médaille d’Honneur Militaire

6.   Capitaine DAO Abdoulaye Médaille d’Honneur Militaire

7.Adjudant-chef Major BADIEL Eloi Médaille Militaire

8. Adjudant BIRBA Michel Médaille Militaire

9. Sergent-chef BOUDA Mahamado Médaille Militaire

10. Colonel TRAORE Abdoul Karim Médaille d’Honneur Militaire et Officier de l’Ordre National

11. Sergent PAGBELEM Amidou Médaille Militaire

12. Adjudant DIBLONI Gbonjaté Médaille Militaire

13.Adjudant-chef NEBIE Moussa dit Rambo Médaille Militaire et Officier de l’Ordre du Mérite

14. Lieutenant COMPAORE Relwindé Médaille d’Honneur Militaire

15. Lieutenant LIMON Kolamba Jacques Officier de l’Ordre National

Ordonne la restitution aux ayants droits de Feu Salifou DIALLO du scellé ouvert constitué :

D’une statuette de couleur blanche représentant une femme

Un fer à repasser de marque Calor

Une mallette de couleur noire ;

Prononce la confiscation des autres scellés ;

-Dit que conformément à l’article 315-14 du code de procédure pénale, les accusés condamnés à une peine privative de liberté non couverte par la détention provisoire seront immédiatement écroués en exécution du présent jugement de condamnation ;

-Met les dépens à la charge des accusés condamnés.

Les accusés ayant été acquittés 

Omer BATIONO ;

Gaston OUEDRAOGO ;

Issaka OUEDRAOGO ;

Koumbia MOUTOUAN ;

Fatoumata DIAWARA ;

Sinimi Medard BOUE ;

Amadou TRAORE, l’ex-bâtonnier.

Huit autres accusés sont en fuite dont Fatoumata DIENDERE l’épouse du Général DIENDERE.

Medanimpo Édouard LOMPO, est décédé en cours du procès.

rois accusés ont été par ailleurs disjoints.

Léonce SOW a été mis hors, car rien n’a été retenu contre lui.

KS