Home Economie Burkina Justice : le contenu du dernier rapport de la Cour des...

Burkina Justice : le contenu du dernier rapport de la Cour des comptes 

0
Rapport 2021 Cour des comptes
Jean Baptiste Bouda, le premier président par intérim de la Cour des comptes.

Le premier président par intérim de la Cour des comptes Jean Baptiste Bouda a présenté le rapport public 2020 de l’institution ,le lundi 20 décembre 2021. C’était au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou. Il était en compagnie du procureur général près de la cour des comptes Mathieu Kohio.

Par André-Martin Bado

Le premier président par intérim de la cour des comptes Jean Baptiste Bouda a animé une conférence de presse sur le dernier rapport public de l’institution.

Il a rappelé que l’élaboration du rapport public est un devoir prescrit à la Cour par l’article 128 de la loi organique qui autorise la Cour des comptes tous les ans,a examiné les observations faites à l’occasion des diverses vérifications effectuées pendant l’année précédente pour produire un rapport. 

M.Bouda a expliqué que les partis politiques bénéficient de la subvention de l’Etat. A cet effet, ils ont l’obligation de déposer un rapport de dépenses six mois après la réception de la subvention. «Si ce délai n’est pas respecté, des sanctions leur sont infligées. Si les dépenses ne sont pas éligibles, ces partis politiques sont tenus de rembourser lesdites sommes. » a-t-il dit

Le présent rapport  2020 ,rend compte des activités réalisées en ce qui concerne les arrêts définitifs de décharge et de quitus de gestion concernant 2810 comptes de gestion . Ce sont au total 478 comptables qui sont concernés. Tout comptable qui ne présente pas son compte dans un délai prescrit, peut être condamné par la Cour des comptes 5 000 à 10 000 francs par injection et par mois de retard s’il ne fournit aucune excuse admissible.

Ce rapport public qui suggère toutes réformes jugées nécessaires, a été remis au Président du Faso Roch Kaboré, le jeudi 16 décembre 2021.

Selon Jean Baptiste Bouda, de ces contrôles et certifications, la Cour note globalement des efforts dans la gestion des finances publiques. Toutefois, elle a relevé des insuffisances et a fait des recommandations.

«La prise en compte des recommandations par les structures contrôlées et la mise en œuvre effective des réformes engagées par le gouvernement, devraient permettre une amélioration significative dans la gestion des finances publiques».

Il explique que l’institution entend poursuivre des efforts pour résorber le passif des comptes en état de jugement, instruire et juger les fautes de gestion, notamment les cas de faits présomptueux de faute de gestion transmis à la Cour par l’ASCE-LC.Et également assurer les audits convenus avec des partenaires techniques et financiers du Burkina.

Selon le procureur général près la Cour des comptes Mathieu Kohio, sa structure opère un contrôle externe et fait des recommandations qui doivent être suivies. 

«Elle a l’obligation de suivre la mise en œuvre de ces recommandations. Si elles ne sont pas suivies, la Cour a la possibilité de prendre des sanctions.», dit-il.

Il confie que c’est la Cour des comptes qui est la seule juridiction habilitée à sanctionner les fautes de gestion et les comptables. Elle a la possibilité de demander le remplacement du responsable défaillant ou sa condamnation avec des dommages et intérêts.

A lire aussi: Burkina Faso : Roch Kaboré promet la consolidation de transfert des ressources et des compétences aux collectivités territoriales

www.libreinfo.net 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
14 + 25 =