spot_img

Depuis 2018,le Gal Zida demandait la levée d’un contingent spécial de 3000 soldats au Nord et à l’Est

Publié le : 

Publié le : 

Ceci est une analyse et proposition de solutions à la situation sécuritaire au Burkina faite par le Général Yacouba Isaac Zida, ancien premier ministre du Burkina Faso sous la transition. Cette analyse a été publiée par nos confrères de Burkina 24 le 30 décembre 2018. Elle est toujours d’actualité, c’est pourquoi libreinfo.net la reprend pour vous.

Nous sommes tous concernés par cette lutte qui requiert nécessairement de l’appareil sécuritaire qu’il soit impérativement bien armé, bien formé et mieux structuré afin de faire cesser ces massacres en série. Bien que des efforts soient déployés dans ce sens, nous constatons que ce n’est absolument pas suffisant : les morts continuent à se compter presque chaque jour et nous ressentons de plus en plus la détresse insoutenable de la population et des familles endeuillées.

Le Nord et l’Est du pays ont besoin de toute l’attention afin d’y anticiper la sécurisation de la nation entière, car cette menace intégriste ne fera que grossir, s’amplifier jusqu`à s’enraciner peu à peu vers toutes les grandes villes du Burkina.

Nous devons face à ce péril dans la demeure burkinabè nous interroger sur les causes profondes du mal: Quelles sont les conditions réelles qui ont permis l’éclosion de ces différentes cellules terroristes au Nord et à l’Est du pays? Nous pouvons l’affirmer sans détour, qu’elles résultent de la politique d’abandon de ces régions depuis des décennies.

Dès lors, elles sont devenues le nid d’une jeunesse désœuvrée facilement endoctrinable à toutes les formes de fanatisme voire à une radicalisation religieuse et politique. Aujourd’hui encore si l’on tient compte des 720 écoles qui se sont successivement fermées et des enfants mis à la rue dans les régions concernées, ce sont des milliers de potentiels effectifs à la disposition des groupes Djihadistes pour les années à venir.

La menace terroriste n’est nullement la résultante d’une simple alternance politique ou de la disparition d’un corps militaire, mais bien pire encore : elle prend racine aux profondeurs des espoirs trahis d’une partie de la population qui vit le désespoir et l’abandon de leurs gouvernants.

C’est ainsi que cette partie de la population est devenue une proie facile, ouvrant ainsi insidieusement les portes de leur terroir à l’accueil des forces du mal qui minent désormais l’intérieur de notre patrie.

Notre gouvernement s’il veut vraiment endiguer le mal à la racine, devra investir temps et argent afin de résoudre la fracture socio-économique qui a été creusée au fil des années. Une portion de la population essentiellement des jeunes dans ces régions du Nord et de l’Est du Burkina se sont sentis abandonnés face aux disparités socio-économiques. Comme résultante, nous assistons à une désintégration des valeurs de la société séculaire et son remplacement par des idéologies politico-religieuses extrêmement menaçantes pour l’équilibre et la paix sociale. Aujourd’hui, le constat est sans appel : le Burkina perd du territoire et pas que le Nord et l’Est!

La menace intégriste a désormais franchi pour notre patrie un point critique qui requiert une opération d’envergure des forces armées qui doivent être impérativement mieux dotées en ressources humaines et matérielles à la hauteur de ce défi. Il faudrait de toute urgence équiper les FDS de matériels logistiques adaptés à la menace (véhicules blindés, drones, hélicoptères de combat), mais également procéder à la levée d’un contingent spécial d’au moins 3000 soldats.
Cet appel du contingent spécial peut se faire par une discrimination positive en prenant plus de jeunes dans les régions du Nord et du Sahel, ce qui permettra du même coup d’assécher les bases de recrutement des groupes terroristes.

Afin de mieux protéger son territoire, sa population et ses intérêts vitaux, il est impératif que les soldats moins expérimentés complètent d’abord leur formation initiale dans les chefs-lieux de région où ils seront affectés. Ainsi, avant de se voir confier des missions plus périlleuses, ils devront dans un premier temps assurer les arrières tout en terminant leur formation complémentaire tandis que les plus anciens soldats seront déployés au Nord et à l’Est pour reprendre le terrain des mains de l’ennemi.

Si rien n’est fait dans ce sens, dans quelques années, peut -être même moins, nous aurons définitivement perdu ces deux parties du pays, sans que nous ayons livré un vrai combat ! Devant cette menace, il incombe aux gouvernants d’accorder la priorité présente aux actions et moyens visant la défense du territoire afin d’assurer l’avenir de nos enfants et petits-enfants!
Les institutions de Bretton Woods verraient certainement d’un mauvais œil des dépenses substantielles au profit de la Défense et de la Sécurité ; mais le gouvernement est responsable devant l’histoire de ce qui adviendra de notre territoire national.

Aussi c’est maintenant qu’il doit se déterminer s’il sert les intérêts du Burkina ou ceux des institutions impérialistes.

www.libreinfo.net

 

 

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

LONAB : des travailleurs exigent le départ du directeur général

Plusieurs travailleurs de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) sont sortis de leurs bureaux ce 27 mai 2024. Ils exigent, en effet, le départ du...

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...

Burkina/Rapports droits humains : «tenir compte du contexte du pays», Me Halidou Ouédraogo

Le président de la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL), ancien président du Mouvement burkinabè des droits...

Administration du territoire: vers une stratégie de délimitation des entités administratives

Le ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité (MATDS) envisage la délimitation des entités administratives territoriales. Ce projet est porté...
spot_img

Autres articles

Burkina Faso : Sigma Corporation Afrique honore les acteurs clés à travers OPUIS Awards

Communiqué de presse Ouagadougou, le 25 mai 2024 - Ce samedi s’est tenu à la salle Canal Olympia de Ouaga 2000, un évènement historique au...

LONAB : des travailleurs exigent le départ du directeur général

Plusieurs travailleurs de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) sont sortis de leurs bureaux ce 27 mai 2024. Ils exigent, en effet, le départ du...

Ouahigouya : Une journée culturelle du Bloc Bangarin pour promouvoir la paix

Le lundi 27 mai 2024, le Bloc Bangarin, dans la circonscription d’éducation de base de Ouahigouya 2, ville située dans la région Nord du...

Éliminatoires coupe du monde 2026 : Brama Traoré dévoile la liste des Étalons 

Les Étalons affrontent l’Égypte le 6 juin et la Sierra Leone le 10 juin 2024. Pour ces deux matchs, le coach des Étalons, Brama...

Éliminatoires Coupe du monde 2026: La raison de l’absence de Bertrand et de  Issoufou

Le coach des Étalons, Brama Traoré, a dévoilé ce 27 mai 2024 à Ouagadougou, la liste des 23 joueurs sélectionnés. Au nombre de ceux-ci...