Home A la une Région de l’Est : un rapport sur la sécurité recommande l’installation des...

Région de l’Est : un rapport sur la sécurité recommande l’installation des VDP dans tous les villages de la région

installation des VDP: Burkina région de l'Est sécurité
Le Premier ministre Christophe Marie Dabire recevant le rapport Centre National pour la Coordination du Mécanisme d'Alerte Précoce et de Réponse (CN-CMAPR)

Le Premier ministre, Marie Christophe Dabiré, a reçu ce jeudi 18 février 2021 le rapport de l’étude sur les défis sécuritaires dans la région de l’Est du Burkina Faso menée par le Centre National pour la Coordination du Mécanisme d’Alerte Précoce et de Réponse (CN-CMAPR). C’était au cours d’une audience accordée au secrétaire permanent du CN-CMAPR, Dieudonné Ouattara.

 

Par Rama Diallo, stagiaire

Le Burkina Faso connait depuis plus de cinq ans une crise sécuritaire et les régions les plus touchées sont le Sahel et l’Est. Face à la situation sécuritaire dégradante de la région de l’Est, le Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse (CN-CMAPR) a mené une étude dans cette région pour comprendre mieux les difficultés et voir les actions que le gouvernement peut mener pour un retour de la sécurité.

Selon Dieudonné Ouattara, secrétaire Permanent du CN-CMAPR,  l’étude a été inclusive et participative. Les autorités et la population de la région ont participé à l’enquête. Ce qui a permis de percevoir les difficultés qui entravent le développement de la région et favorisent l’installation des groupes armés terroristes dans cette zone.

Nous avons fait des recommandations qui sont la dotation des forces de défense et de sécurité en matériel adéquat pour la lutte contre le terrorisme, le désenclavement de la région, l’implication de la population et l’installation des volontaires de défense pour la patrie dans tous les villages de la région car ces derniers contribuent énormément à la lutte contre le terrorisme” indique le secrétaire permanent

A lire aussi: “ce qui n’a pas marché en matière de sécurité nationale ne relève pas de l’organisation administrative” Kalifara Sere Administrateur civil

En rappel une opération militaire dénommé Otapuanu (pluie de feu ou de foudre en langue Gulmanchema) avait  été déclenchée en mars 2019 dans la région.  Les Forces armées nationales, en coordination avec les Forces de sécurité intérieure, s’étaient déployées dans les régions du Centre-Est et de l’Est avec pour objectif la restauration de l’autorité de l’Etat. Une telle opération était indispensable dans cette partie du pays, où les populations vivent quotidiennement sous la menace et les exactions des groupes armées terroristes et des groupes criminels de tout genre. Cette opération avait permis de récupérer certaines zones occupées par les terroristes. Les ressortissants de la région de l’Est vivant en Côte d’Ivoire se sont cependant alarmés en août 2020. « La région est une zone minière et agricole bien généreuse mais depuis quelques années, la zone est devenue un sanctuaire des forces du mal, qui y dictent leur loi, en semant la mort de jour et de nuit. Les populations fuient les villages pour se retrouver dans des camps de déplacés dans les Chefs-lieux de provinces et notamment à Fada N’Gourma, Chef-lieu de la Région. Nous saluons, certes, les patrouilles et les opérations de sécurisation initiées par le gouvernement pour pacifier la zone mais force est de constater que ces opérations ponctuelles ne sont pas une solution durable ».

www.libreinfo.net