spot_img

Tuerie à Partiaga : Des ressortissants de la localité dénoncent « l’inaction » de l’Etat

Publié le : 

Publié le : 

Les fils et filles ressortissants de Partiaga ont dénoncé, ce 27 février 2023 à Ouagadougou, l’inaction et l’abandon de l’État vis-à-vis des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) laissés entre les mains des terroristes. Lors d’une conférence de presse, ils ont réclamé plus de sécurité.

Par Joël Thiombiano 

Les ressortissants de la commune de Partiaga, dans la province de la Tapoa, région de l’Est, ont manifesté leur mécontentement le lundi 27 février, après l’attaque de leur localité d’origine dimanche 26 février 2023. 

Malgré les alertes émises par les populations pour éviter le pire, rien n’a été fait selon les ressortissants qui indiquent que c’est durant quatre jours que les assaillants ont encerclé la localité. 

Cette attaque, pour eux, est due au « laxisme des hommes de la chaîne de commandement qui ont ordonné le repli des soldats ». Meurtris, ils ont dénoncé la posture « muette » des autorités de la Transition. 

Pour leur porte-parole, M. Saïdou Sinini, l’attitude est décevante : «Nous sommes déçus de cette façon de faire de nos autorités qui font la sourde oreille quand il s’agit de la vie des habitants de la région de l’Est et particulièrement de la commune de Partiaga. Nous sommes déçus des nouveaux dirigeants qui ont pourtant donné de l’espoir aux populations ; mais qui nous laissent mourir comme des animaux dans l’ignorance totale.»

Cependant, en vue de prévenir tout pacte des populations locales avec les terroristes pour vivre en paix, les ressortissants ont appelé les autorités à revoir leurs approches.

M. Sinini, leur porte-parole, a été clair dans ses propos : «Si vous ne souhaitez pas que nos populations pactisent avec l’ennemi pour vivre en paix, il est temps que vous nous considérez aussi comme les autres Burkinabè qui arrivent à vaquer à leurs occupations. Nous sommes aussi des Burkinabè. Nous vous engageons à entreprendre des actions fortes et des opérations de grande envergure dans la commune de Partiaga, dans la province de la Tapoa et dans toute la région de l’Est.»

Pour M. Sinini, les terroristes règnent toujours en maîtres absolus dans la commune. «Présentement, assure le porte-parole des ressortissants, ils contrôlent  toute la zone, tout le contour de Partiaga et même, ils sont en train de partir vers Diapaga ; et là, on attire l’attention de l’autorité : si Diapaga tombe, c’est toute la province de la Tapoa qui tombe et ça va se poursuivre vers la région de l’Est.»

Les ressortissants ont souhaité que des opérations soient menées par l’armée, afin de leur permettre d’enterrer leurs corps et d’organiser les funérailles. 

«Aujourd’hui, plusieurs de nos parents assassinés ne connaîtront pas de tombes ni de cérémonies funéraires. Ça nous fait pleurer. C’est une grande déception pour nous, fils et filles de ces hommes et de ces femmes qui ne savons pas ce qu’ils ont fait pour mériter un tel sort. Car notre tradition n’admet pas qu’une personne meurt sans sépulture » s’est indigné le porte-parole.

Par ailleurs, les ressortissants ont égrainé des doléances. Ils ont ainsi appelé les autorités à exprimer leur compassion au plus haut niveau et sincèrement ; à établir un bilan de « l’horreur » passé, pour faire éclater la vérité à l’opinion nationale et internationale ; à établir des couloirs humanitaires pour permettre aux enfants et aux personnes âgées de la commune de trouver un abri.

Lire aussi: Terrorisme au Burkina : Les populations de la Tapoa (Est) demandent une intervention militaire

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

LONAB : des travailleurs exigent le départ du directeur général

Plusieurs travailleurs de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) sont sortis de leurs bureaux ce 27 mai 2024. Ils exigent, en effet, le départ du...

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...

Burkina/Rapports droits humains : «tenir compte du contexte du pays», Me Halidou Ouédraogo

Le président de la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL), ancien président du Mouvement burkinabè des droits...

Administration du territoire: vers une stratégie de délimitation des entités administratives

Le ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité (MATDS) envisage la délimitation des entités administratives territoriales. Ce projet est porté...
spot_img

Autres articles

Burkina Faso : Sigma Corporation Afrique honore les acteurs clés à travers OPUIS Awards

Ouagadougou, le 25 mai 2024 - Ce samedi s’est tenu à la salle Canal Olympia de Ouaga 2000, un évènement historique au pays des...

LONAB : des travailleurs exigent le départ du directeur général

Plusieurs travailleurs de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) sont sortis de leurs bureaux ce 27 mai 2024. Ils exigent, en effet, le départ du...

Ouahigouya : Une journée culturelle du Bloc Bangarin pour promouvoir la paix

Le lundi 27 mai 2024, le Bloc Bangarin, dans la circonscription d’éducation de base de Ouahigouya 2, ville située dans la région Nord du...

Éliminatoires coupe du monde 2026 : Brama Traoré dévoile la liste des Étalons 

Les Étalons affrontent l’Égypte le 6 juin et la Sierra Leone le 10 juin 2024. Pour ces deux matchs, le coach des Étalons, Brama...

Éliminatoires Coupe du monde 2026: La raison de l’absence de Bertrand et de  Issoufou

Le coach des Étalons, Brama Traoré, a dévoilé ce 27 mai 2024 à Ouagadougou, la liste des 23 joueurs sélectionnés. Au nombre de ceux-ci...