Home Sécurité Réveillon à Ouagadougou, les trois missions des FDS dans les quartiers: sensibilisation,...

Réveillon à Ouagadougou, les trois missions des FDS dans les quartiers: sensibilisation, dissuasion et répression

Reveillon Ouagadougou sensibilisation
Les forces de défense et de sécurité sensibilisent un client dans un maquis

Gendarmes et policiers sillonnent la ville de Ouagadougou dans la nuit du jeudi 31décembre 2020. Il s’agissait pour certaines patrouilles de faire la sensibilisation avec les populations sur les bonnes conduites à observer en cette période de fêtes, d’autres étaient destinées à la dissuasion et à la répression. C’est un processus habituel, mais cette année, elle se déroule dans un contexte d’insécurité et de Covid-19. Pour mieux s’imprégner des réalités des forces de défense et de sécurité (FDS), une dizaine de journalistes est invité à patrouiller avec les gendarmes. Les zones sillonnées étaient : Boulmiougou, 10 Yaar, Pissy et Nonssin.

 

Par André-Martin Bado

Il est 20h00, les journalistes embarquent dans un minibus de la gendarmerie au camp Paspanga pour direction Boulmiougou. Après avoir traversé, les embouteillages nous arrivons à 21h00.Nous suivons la patrouille de la police de proximité du commandant de brigade de ville de Boulmiougou, l’Adjudant-Chef-Major Marcel Zoungrana, c’est pour la sensibilisation, dit-il aux journalistes.

Selon le commandant de Brigade lorsqu’il s’agit des fêtes de fin d’année où les grandes crises les Forces de défense et de sécurité repartissent les zones, la gendarmerie s’occupe de la RN1(axe Ouagadougou-Bobo Dioulasso) jusqu’à la sortie de Zagtouli, la route de Ouagadougou-Fada N’Gourma et la route Ouagadougou-Ouahigouya, côté droite appartient à la gendarmerie, le côté gauche appartient à la police.

A Pissy, quartier situé au côté ouest de Ouagadougou, le Commandant Marcel Zoungrana et ses éléments passent à la sensibilisation des populations. Aucun lieu n’est épargné, même dans les débits de bossions. Le Commandant sensibilise les populations qui prennent leur bière en attendant les douze coups d’horloge pour célébrer le nouvel an. Les messages de sensibilisation portent essentiellement sur le respect du code de la route, consommer l’alcool avec modération, dénoncer tous les comportements suspects, ne pas rentrer tard à la maison etc.

Pendant ce temps, un usager de la route est victime d’accident. La victime s’appelle Hamed Belem, la nouvelle année commence mal chez lui qui vient de faire un accident de la circulation. Le Commandant Zoungrana et ses hommes sont obligés de réglementer la circulation en attendant l’arrivée des sapeur-pompiers. Il profite sensibiliser les populations sur le respect du code de la route.

Réveillon Ouagadougou Sécurité
Une partie de la sécurité en entretien

A 22h30,nous sommes à la mairie de Boulmiougou,deux camions remorques en panne bloquent la voie, le patron du territoire, leur demande de libérer la voie parce que cela peut créer des accidents. Après ces instructions, l’équipe de patrouille accompagnée de la presse se dirige vers le quartier Nonssin. Quelques temps après, nous y sommes. La méthode de sensibilisation reste la même, c’est à dire l’approche directe avec les populations. Cette fois ci, le chef de brigade tombe sur une dizaine de personnes mal entendant. Ils sont assis dans leur “grin” à côté d’un kiosque où ils ont l’habitude de se rencontrer pour échanger. Le pandore trouve le moyen de les sensibiliser avec un langage gestuel.

La population adhère à cette nouvelle méthode de travail

Francis Yamégo se dit satisfait de cette approche de la gendarmerie: “Je suis touché parce que l’initiative est bonne et les mots me manque” avant d’ajouter que ce rapprochement leur donnera le courage de dire ce qui va ou ne va pas. Heureux de voir la patrouille, un sexagénaire se met à bénir les FDS: “que Dieu vous protège, qu’il vous donne la force, vous irez au front et vous reviendrez”. Il a prodigué des conseils en demandant aux forces de l’ordre de s’entendre et d’instaurer la communication entre elles.

Reveillon Ouagadougou Sécurité
Une équipe de patrouille

Il est 23h00,nous croisons l’Adjudant Christian Kiema et ses hommes au 10 Yaar. Le Chef de patrouille nous confie que leur mission en ce jour est la dissuasion et la répression si le besoin est. L’adjudant nous rassure que depuis le début de leur patrouille, il n’y a pas encore eu d’incident majeur. A 00H nous retournons au camp Paspanga, laissant les équipes de patrouilles continuer leur mission régalienne de protection de personnes et des biens.

 

www.libreinfo.net