Accueil Economie FCFA : la France abandonne son dernier vestige de la colonisation...

[Edito] FCFA : la France abandonne son dernier vestige de la colonisation mais à quel prix?

Le président Français, Emmanuel Macron et son homologue ivoirien Alassane Ouattara, ont annoncé la fin prochaine du franc « des Colonies Françaises d’Afrique » (CFA) créé depuis 1945, et utilisé par 14 pays d’Afrique de l’ouest et centrale depuis l’époque coloniale. Après les indépendances en 1960, le franc CFA est devenu le franc de la « Communauté Financière Africaine ». C’est cette monnaie très critiquée par la jeunesse africaine, qui sera remplacée par l’Eco en 2020, selon l’avis des deux chefs d’État.

Emmanuel Macron, était en visite en Côte d’Ivoire du 20 au 22 décembre 2019. Cette seconde visite du patron de l’Élysées à son homologue ivoirien, est très significative. C’est dans une période où le sentiment anti-français se raffermit au Sahel mais aussi un temps, où la jeunesse africaine fait bloc contre le franc CFA, une monnaie qu’elle juge coloniale, donc pour maintenir la domination française sur les pays qui l’utilisent.

Comme si tout était planifié, sa visite correspond à la tenue de la 56è session ordinaire de la conférence des Chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Arrivé le 20 décembre dans l’après-midi en Côte d’Ivoire, le président Macron a été accueilli par le président Ouattara qui après, a pris le vol pour Abuja au Nigéria pour la 56e session des chefs d’Etat de la CEDEAO. Au cours de la session, les Chefs d’État ont porté la réflexion sur la monnaie unique, les questions sécuritaires et le bilan de la communauté en 2019. La question de la monnaie unique a été abordée mais il n’y a pas eu d’actes sur le franc CFA.

Après la session d’Abuja, Alassane Ouattara n’a pas tardé à rejoindre Abidjan pour être avec son hôte. Et là, une déclaration importante a été faite sur l’Eco, la nouvelle monnaie qui remplacera le franc CFA. Le changement avait été annoncé par Alassane Ouattara lors de sa visite en France mais l’incertitude demeurait parce que la France, la ‘’patronne’’ de cette monnaie ne s’était pas clairement affichée.

Ce samedi 21 décembre 2019, tout le voile est levé sur cette transition monétaire qui faisait polémique au sein de la jeunesse ouest africaine. Ce dernier vestige français en Afrique sera débarrassé en 2020. Mais à quelle occasion et où les grandes annonces sur cette nouvelle monnaie se feront-elles ? Certains observateurs et ceux qui étaient dans le secret des dieux parlaient d’un plan bien tracé quand la visite de Macron sur Abidjan a été rendue publique.

L’on savait déjà qu’une fois à Abidjan, le franc CFA allait faire partie de sa rencontre avec Alassane Ouattara. Effectivement, cela a été chose faite. A Abuja, Alassane Ouattara, s’est tu sur la question du franc CFA. C’est à son retour qu’il a acté avec Emmanuel Macron, la réforme majeure historique sur le franc CFA, longtemps conclue entre la France et huit pays de l’Afrique francophone que sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

« L’Eco verra le jour en 2020, je m’en félicite », a déclaré le président français aux côté du président ivoirien, lui, qui annonce « l’arrêt de la centralisation de 50% des réserves » des pays de l’UEMOA au Trésor français ainsi que le retrait de la France des instances de gouvernance du franc CFA. Le président français a fait savoir qu’il va assumer cette nouvelle situation que ces changements vont créer à la France en Afrique de l’ouest.

Pour cette déclaration importante l’idéal serait que ce soit dans une des instances de l’UEMOA et de la CEDAO que cette annonce se fasse. Mais hélas, la Côte d’ivoire, locomotive de l’économie des pays francophones (Selon la Perspectives économiques en Afrique de l’Ouest de 2018, de la Banque africaine de développement (BAD), la Côte d’Ivoire et le Ghana, respectivement, ont contribué ensemble à environ 11 % du PIB régional total en 2017, devant le Nigéria en baisse, qu’ils doivent d’ailleurs soutenir la reprise), a préféré acté l’avenir de la monnaie de la zone UEMOA avec le président français.

Ce que l’on peut comprendre par cet acte, c’est que la Côte d’Ivoire est l’une des puissances économiques de la zone francophone en Afrique. Ce qui témoigne du respect de la France vis-à-vis de ce pays. Il a fallu attendre que Macron vienne à la Lagune Ebrié pour que cette déclaration se fasse avec le président Ouattara. Toute chose qui conforte l’opinion selon laquelle Alassane Ouattara est le gardien du trésor français en Afrique francophone.

Les réserves ne vont plus être centralisée en France mais malgré tout, la France se propose d’être le Garant de l’Eco. Ce qui sous-entend que Paris n’est pas totalement prête à lâché ses anciennes colonies sur le plan monétaire. La France doit « bâtir une relation nouvelle, à la fois passionnée et décomplexée », a dit Macron. Une déclaration qui porte à croire que la France aura toujours une main à la pâte pour construire l’Eco, alors que la jeunesse africaine réclame sont total retrait. L’indépendance monétaire complète que les pays de l’Afrique francophone désirent avoir, ne sera donc pas pour bientôt. Mais déjà, l’obtention de l’Eco est un pas majeur.

Siébou Kansié

www.libreinfo.net