spot_img

En concert à Ouagadougou, ce qu’il faut savoir sur Salif Keïta 

Publié le : 

Publié le : 

Les mélomanes de Ouagadougou vont vibrer au rythme des tubes de la légende de la musique malienne, Salif Keïta le 10 décembre prochain. Le spectacle aura lieu à 19H30 au centre aéré de la BCEAO. L’illustre chanteur connu du public Burkinabè n’est pas à son premier passage au pays des hommes intègres. 

Par Merneptah Noufou Zougmoré 

De ses débuts à l’orchestre de la gare, le Rail Band du Mali dans les années 1970 en passant par les Ambassadeurs, Salif à travers les disques vinyles de ces deux orchestres était déjà connu des amoureux de la musique en Haute-Volta, l’ancienne appellation du pays.

Le domingo de la musique malienne pour jouer dans la cour des grands « s’exil » après un bref passage à Abidjan, plaque tournante de la musique Africaine de l’époque en occident ou pour des raisons de marché, il s’adapte à la world music. 

De cette odyssée, nous viendront les morceaux tels que :« Nous pas bougé » « Folon » et bien d’autres sucreries musicales.

Ceux qui seront de la partie au centre aéré de la BCEAO auront la chance de revisiter un répertoire qui a traversé le temps et les âges avec des galettes musicales qui ont marqué chaque décennie.

 Si le maestro au spectacle du 10 décembre décide de marquer une halte à chaque 10 ans de sa création musicale, les inconditionnels de ses chansons pourront écouter « Mandjou » qui est une ode à Ahmed Sekou Touré, le premier président de la Guinée Conakry, un de ses bienfaiteurs. 

Cette chanson interprétée par les orchestres dans les bars chaque week-end à Ouagadougou est une invite à ceux qui trainent le pas pour monter sur la piste à la danse. Elle provoque le fusionnel entre cavaliers et cavalières dans une ambiance bon enfant.

« Saïdou, » « Djata », « Prempin» « Nous Pas bougé»

« Saïdou, » « Djata », « Prempin» de la décennie 80 ne manqueront pas d’envoyer en extase les dandys de cette période ou Salif dans un rythme langoureux rendait hommage à Saïdou Bathily probablement une des belles âmes qui lui est proche. Djata, ce morceau à la cadence chaloupée invitera plus d’un spectateur à se mouvoir le 10 décembre au rendez-vous avec le rossignol de la musique malienne.

Prempin ce chant de sensibilisation qui conspue la consommation de la drogue a été classé au top hit de la musique africaine à sa sortie dans les années 80.

Salif Keïta comme toute âme reconnaissante n’oublie pas ceux qui ont mis son pied à l’étrier. Dans un ouvrage intitulé : Musiques Modernes et Traditionnelles du Mali de Florent Mazzoleni, édité en 2011, Salif rend hommage à celui qui l’a recruté au Rail Band, son premier orchestre d’envergure, Tidiane Koné. 

« Je n’ai tout simplement jamais rencontré un musicien comme lui, à la fois virtuose mais aussi très simple dans sa démarche musicale. Son nom doit être réhabilité, c’est un des plus grands musiciens africains du siècle écoulé. » a-t-il dit.

L’histoire devrait retenir ce spectacle du 10 décembre, date à laquelle un monument de la musique du continent berceau de l’humanité donne rendez-vous aux épris de la musique de Ouaga.

L’artiste crédibilise en temps l’assertion du président Thomas Sankara qui disait : « Quand on enlève la part contributive de l’Afrique à la musique, le reste n’est que du bourdonnement. » 

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Portrait : entre volonté et combativité, Yvonne Nana, la peintre de Ziniaré s’impose

De plus en plus au Burkina, des filles exercent le métier de la peinture, autrefois réservé aux hommes. C’est le cas d’Yvonne Nana rencontrée...

Burkina/Justice: le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 4 mars 2024 au Tribunal de grande instance Ouaga I. Par Nicolas Bazié À l'audience...

Tribune: Pourquoi donner de l’argent public aux partis politiques ?

Ceci est une tribune de Bahan Cheick sur la subvention des partis politiques. Un parti politique est un regroupement de personnes partageant les mêmes rêves,...

Épanouissement des jeunes : compassion international lance la compétition « Mon Talent »

Le samedi 2 mars 2024 sur le terrain de la commune rurale de Saaba, l’ONG compassion international et ses partenaires ont procédé au lancement...

Athlétisme : Hugues Fabrice Zango de nouveau champion du monde

L'athlète burkinabè Hugues Fabrice Zango a été couronné de nouveau, champion du monde à Glasgow en Ecosse au championnat mondial d'athlétisme en salle, le...
spot_img

Autres articles

Portrait : entre volonté et combativité, Yvonne Nana, la peintre de Ziniaré s’impose

De plus en plus au Burkina, des filles exercent le métier de la peinture, autrefois réservé aux hommes. C’est le cas d’Yvonne Nana rencontrée...

Burkina/Justice: le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 4 mars 2024 au Tribunal de grande instance Ouaga I. Par Nicolas Bazié À l'audience...

Tribune: Pourquoi donner de l’argent public aux partis politiques ?

Ceci est une tribune de Bahan Cheick sur la subvention des partis politiques. Un parti politique est un regroupement de personnes partageant les mêmes rêves,...

Épanouissement des jeunes : compassion international lance la compétition « Mon Talent »

Le samedi 2 mars 2024 sur le terrain de la commune rurale de Saaba, l’ONG compassion international et ses partenaires ont procédé au lancement...

Athlétisme : Hugues Fabrice Zango de nouveau champion du monde

L'athlète burkinabè Hugues Fabrice Zango a été couronné de nouveau, champion du monde à Glasgow en Ecosse au championnat mondial d'athlétisme en salle, le...