spot_img
spot_img

OMS : un nouveau vaccin contre la dengue pour les enfants de 6 a 16 ans

Publié le : 

Publié le : 

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a donné son feu vert à un second vaccin « Qdenga » pour les enfants contre le paludisme ce 2 octobre 2023 mis au point par Takeda (TAK-003).

Par Issoufou Ouedraogo

Le Groupe stratégique consultatif d’experts sur la vaccination (SAGE) de l’OMS, a « recommandé un nouveau vaccin contre la dengue, le Qdenga, pour les enfants âgés de 6 à 16 ans vivant dans des zones où la dengue est un problème de santé publique important », a fait savoir le directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L’OMS « recommande un deuxième vaccin appelé R21/Matrix-M pour prévenir le paludisme chez les enfants à risque de contracter la maladie », suite aux avis de son Groupe consultatif stratégique d’experts sur la vaccination (SAGE) et de son Groupe consultatif sur la politique de gestion du paludisme (MPAG).

Cette maladie très ancienne, qui provoque fièvre, maux de tête et frissons jusqu’à devenir une affection grave, voire mortelle, en l’absence de traitement, a causé en 2021 la mort de 619 000 personnes dans le monde.

D’autres experts de l’OMS sont encore en train d’évaluer les modalités de fabrication et autres aspects réglementaires, a expliqué la directrice du département immunisation et vaccins à l’OMS, la Dr Kate O’Brien.

Une fois que ce dernier feu vert sera obtenu, l’Unicef et l’Alliance du vaccin (Gavi) pourront administrer le vaccin, qui est fabriqué par le Serum Institute of India. Son utilisation a toutefois déjà été autorisée par les autorités au Ghana, au Nigeria et au Burkina Faso.

GSK, était devenu le premier vaccin à être recommandé par l’OMS pour prévenir le paludisme chez les enfants dans les zones où la transmission de la maladie est modérée à élever. Les deux vaccins ont des taux d’efficacité similaires autour de 75 % quand ils sont administrés dans les mêmes conditions.

« Qdenga », un vaccin basé sur un virus de la dengue de sérotype 2 vivant atténué. Pour cette entité de l’OMS, il est nécessaire, pour les enfants âgés de 6 à 16 ans, que le vaccin soit « introduit environ un à deux ans avant le pic d’hospitalisations liées à la dengue (et) en administrer deux doses à trois mois d’intervalle ».

Le « Qdenga (TAK-003) » est un vaccin contre la dengue, basé sur un virus de la dengue de sérotype 2 vivant atténué, qui sert d’élément génétique « fondamental » pour l’ensemble des quatre sérotypes du virus de la dengue et qui est conçu pour protéger contre chacun de ces sérotypes.

Les experts ont examiné les données du programme clinique du vaccin « Qdenga » au cours de 19 essais de phase 1, 2 et 3 avec plus de 28 000 participants. « L’OMS examinera la recommandation du SAGE et fournira des lignes directrices finales sur l’utilisation de Qdenga dans les programmes publics de vaccination au cours des prochains mois », selon le directeur général de l’OMS.

Selon l’Organisation mondiale de santé (OMS), environ la moitié de la population mondiale est aujourd’hui exposée au risque de dengue, et il y a « quelques 100 à 400 millions d’infections » qui surviennent « chaque année ».

En attendant l’introduction du vaccin « Qdenga » pour les enfants de 6 à 16 ans, il n’existe pas pour le moment de traitement spécifique contre la dengue. Mais néanmoins, « la détection rapide des cas, l’identification des signes d’alerte de dengue sévère et une prise en charge des cas adéquate sont des éléments clés pour abaisser le taux de létalité lors d’une flambée en dessous de 1 % », souligne l’OMS.

www.libreinfo.net

Articles de la même rubrique

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...
spot_img

Autres articles

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...