Accueil Economie Secteur privé : la Chambre de commerce du Burkina fait « envoler » l’AIGLE

Secteur privé : la Chambre de commerce du Burkina fait « envoler » l’AIGLE

AIGLE Burkina Zongo: Chambre de commerce
Le président du comlité de gestion de l'AIGLE, Tertus Zongo encourage les entreprises à innover.

L’Académie internationale pour la gouvernance et le leadership économique (AIGLE) est désormais opérationnelle. Elle est l’initiative de la chambre de commerce et d’industrie du Burkina. Cette école est née pour promouvoir le leadership économique et la culture de la bonne gouvernance dans le milieu des affaires. Elle a été inaugurée le jeudi 3 juin à Ouagadougou par le ministre en charge du Commerce, Harouna Kaboré, représentant le Premier ministre.

Par Abdoul Wahab Mandé, stagiaire

Promouvoir le leadership économique et la culture de la gouvernance dans les milieux des affaires est l’objectif premier de l’Académie internationale pour la gouvernance et le leadership économique (AIGLE).

Cette initiative de la Chambre de commerce est le fruit d’un constat de la forte propension de l’entrepreneuriat (80% des entreprises créées entre 2006 et 2013 sont des entreprises individuelles ou familiales), de la soif d’une bonne gouvernance économique des entreprises et le fort taux de la mortalité des entreprises (environ 20% des entreprises créées ne survivent pas), lié à un déficit de mesures d’accompagnement.

C’est fort de ce constat que le thème « leadership et gouvernance d’entreprise au Burkina Faso : Etats des lieux, enjeux et perspectives » est choisi.

Pour le ministre en charge du Commerce, représentant le premier ministre, Harouna Kaboré, cette nouvelle structure vient compléter le dispositif de renforcement des capacités managériales que l’Etat a déjà pu mettre en place que sont l’ENAM et l’ENAREF.

Le gouvernement, à travers ces écoles comme l’ENAM et l’ENAREF, forment des cadres de qualités.  Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt.

« Nous faisons en sorte que des écoles comme l’ENAM et l’ENAREF forment des cadres de qualités mais il est bon de reconnaitre qu’en matière de gestion et de gouvernance d’entreprises, il existe encore des insuffisances », a reconnu le ministre Harouna Kaboré.

D’où la nécessité de renforcer les capacités et les compétences des chefs d’entreprises. « Il y a besoin de renforcement donc des capacités il y a eu besoin de donner beaucoup plus de force au capital humain pour gérer ces différentes entreprises », a-t-il poursuivi.

Avant d’ajouter que cette initiative va permettre aux chefs d’entreprises publiques ou privées d’assurer la performance de leur entreprise, mais aussi de développer les pratiques modernes et conformes aux standards internationaux en matière de gouvernance d’entreprise.

Innovation entrepreneuriale prônée

Quant au président du comité de gestion de l’AIGLE, l’ancien premier ministre Tertius Zongo, les chefs d’entreprises doivent cultiver en eux le savoir-faire et le savoir-être pour faire prospérer leur entreprise.

De son avis, les entreprises qui s’en sortent de nos jours sont celles qui cultivent le sens de l’innovation et s’adaptent aux réalités du moment.

« Nous sommes à une étape aujourd’hui où nous devons nous nourrir des expériences qui marchent et essayer de tendre vers ce qui marche et ce qui est durable », a-t-il insisté.

Et c’est pourquoi, « il faut qu’on renforce la gouvernance. C’est ainsi qu’on a fait appel du milieu académique, des personnes du milieu professionnel et des gens qui ont une ouverture sur l’extérieur et qui peuvent apporter une contribution. », explique-t-il.

Pour cela, personne ne doit être laissé pour compte dans la mise en place de ce projet.

« C’est un exercice d’apprentissage et nous espérons que d’ici vingt ans peut être, lorsque nous allons nous retourner pour regarder nos opérateurs économiques, que leurs enfants aient bâti sur ce qu’ils avaient fait, pour montrer que le Burkina a aussi des entreprises qui prospèrent », se projette-t-il.

www.libreinfo.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =