spot_img
spot_img

Sécurité-Guinée-Bissau: « Je vous assure qu’une armée étrangère ne viendra pas en Guinée-Bissau, peut-être la police » (le Gal Biaguê Na Ntan, chef d’état-major général des Forces armées de la Guinée-Bissau)

Publié le : 

Publié le : 

« Je vous assure qu’une armée étrangère ne viendra pas en Guinée-Bissau, peut-être la police », a déclaré le samedi dernier, le général Biaguê Na Ntan, chef d’état-major général des Forces armées de la Guinée-Bissau ; à propos de l’envoi d’un contingent de l’ECOMIB. Et de rappeler que l’armée bissau-guinéenne est disposée à assurer la sécurité à l’occasion de l’élection présidentielle prévue ce dimanche 24 novembre 2019 : « Si on nous confie la responsabilité de garantir la stabilité pendant l’élection présidentielle, nous le ferons fermement et de manière transparente. Car nous faisons partie de la Cédéao. Moi-même, je suis membre du comité des chefs d’État-major de la CEDEAO », a dit le général Na Ntan.

L’ECOMIB est la force d’interposition de la CEDEAO, déployée en Guinée-Bissau depuis 2012 après le coup d’État militaire qui avait renversé le Premier ministre Carlos Gomes Junior. Le chef d’état-major général des Forces armées de la Guinée-Bissau (CEMGFA), Biaguê Na Ntan, pendant de la cérémonie marquant le 55e anniversaire de l’établissement des Forces armées à Bissau, il a annoncé le refus de la décision de renforcer sur leur sol le contingent de l’ECOMIB ; une décision prise lors du dernier sommet de la CEDEAO, consacré à la crise en Guinée Bissau.

Dans le sahel, les populations du Mali, du Burkina Faso et du Niger, ont, à plusieurs reprises, manifesté contre la présence des forces étrangères (surtout la force française) sur leurs sols.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Burkina Faso :  les femmes sont les plus exposées au sous-emploi

Selon le rapport thématique 2023 sur l’ inadéquation entre le chômage et la structure informelle de l’économie burkinabè, les femmes sont les plus exposées...

Burkina : l’économie connaît une hausse de 3,0%

Le conseil des ministres s'est tenu le  22 mai 2024 à Ouagadougou. Il en ressort que l’année 2023 a connu une hausse de croissance...

Sécurité et santé au travail: l’OST échange avec ses partenaires à Bobo Dioulasso

L’Office de santé des travailleurs (OST) a organisé le mercredi 22 mai 2024 à Bobo-Dioulasso, une rencontre d’échanges et d’informations avec ses partenaires. C’est...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...