Home A la une Sécurité : Le Nigeria demande une plus forte présence militaire des Etats-Unis en...

Sécurité : Le Nigeria demande une plus forte présence militaire des Etats-Unis en Afrique dans la lutte contre l’insécurité

Securité Sahel Africom Buahri
Des soldats d'AFRICOM dans un camp d'entrainement

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari a invité les États-Unis à délocaliser l’AFRICOM, le commandement des États-Unis pour l’Afrique basé en Allemagne. L’objectif étant de renforcer l’aide américaine à l’endroit des pays africains touchés par le terrorisme. Cette demande a été faite à l’occasion d’une rencontre virtuelle avec le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken le 27 avril2021.

 

Par Tatiana Kaboré

Pour Abuja, il est très urgent de délocaliser l’AFRICOM, le commandement des États-Unis pour l’Afrique actuellement basé en Allemagne. Le président nigérian a demandé à renforcer leur aide à l’endroit des pays africains dans le cadre de la lutte contre l’insécurité sur le continent.

Le président Muhammadu Buhari a sollicité que le quartier général du Commandement des USA pour l’Afrique (AFRICOM) soit transféré sur le continent africain. AFRICOM est une organisation qui a été mise en place en 2008 par Washington. Elle est chargée de coordonner toutes les activités sécuritaires et militaires de la Maison Blanche en Afrique. Actuellement basé à Stuttgart en Allemagne, elle dispose d’un effectif d’au moins 2000 hommes destinés à couvrir tout le continent africain dans le cadre de la lutte contre l’insécurité.

Depuis plusieurs années, l’Afrique fait face à une recrudescence du terrorisme et du grand banditisme. C’est donc dans ce cadre que le président du Nigeria a insisté sur le fait que l’AFRICOM a besoin d’être sur le terrain pour mieux accomplir et remplir son rôle. « J’ai demandé aux États-Unis d’envisager de délocaliser le siège d’AFRICOM de l’Allemagne vers l’Afrique, près du théâtre d’opérations, dans un contexte de défis sécuritaires croissants en Afrique de l’Ouest et centrale, dans le Golfe de Guinée, dans la région du Lac Tchad et au Sahel » a-t-il plaidé.

Le Nigeria est depuis plusieurs années confronté à une situation sécuritaire grandissante. Entre les exactions du groupe Boko-Haram, l’augmentation d’actes de banditisme et d’enlèvement, ainsi que les mouvements sécessionnistes, l’armée a du mal à obtenir des résultats satisfaisants. Ce qui lui vaut d’essuyer des critiques virulentes de la part de la population, a indiqué le président Buhari.

De plus, avec la mort de l’ancien président tchadien Idriss Deby qui était comme le grand rempart dans la lutte contre le terrorisme dans la région, Abuja dit craindre désormais que les attaques djihadistes et des groupes armés évoluent et que la situation devienne de plus en plus incontrôlable. « Le Nigeria et ses forces de sécurité restaient résolument déterminés à contenir les problèmes de sécurité dans notre pays et notre région, et à s’attaquer à leurs causes profondes. Le soutien de partenaires importants et stratégiques comme les USA ne sauraient bien entendu être sous-estimé » a déclaré le président nigérian. Tout en ajoutant que « le Nigeria continuera de renforcer la collaboration sous toutes ses formes avec ses amis et partenaires stratégiques. Nous travaillons tous ensemble pour une plus grande sécurité pour toutes les parties concernées ».

www.libreinfo.com