spot_img

Retrait de trois pays de la CEDEAO : « de la poudre aux yeux», selon le Conseil de médiation

Publié le : 

Publié le : 

Le Conseil de médiation et de sécurité de la CEDEAO s’est réuni en session extraordinaire, le 8 février, pour discuter d’urgence d’un dossier brûlant : le retrait du Burkina, du Mali et du Niger de l’espace communautaire. 

Par Nicolas Bazié 

La CEDEAO insiste sur la nécessité pour les pays de l’AES de respecter le délai d’un an prévu par l’article 91 du traité révisé de 1993 de l’institution sous-régionale, quant au retrait d’un État membre de l’organisation.

Sauf que les militaires au pouvoir au Mali, au Burkina et au Niger disent niet, réitérant le caractère irréversible de leur décision de se retirer de la CEDEAO sans délai. Ils soutiennent même qu’ils ne sont plus tenus de respecter l’article 91.

En session extraordinaire, jeudi, à Abuja au Nigeria, le Conseil de médiation et de sécurité de la CEDEAO retient que cela « ne constitue que de la poudre aux yeux» indiquant, à contrario, que « la véritable raison est leur (les militaires ) intention de ne pas remplir leurs obligations au titre du traité et du protocole». 

Les dirigeants des trois États «n’ont nullement l’intention de renoncer, dans un futur proche, au pouvoir politique qu’ils ont obtenu par des voies non constitutionnelles», note le conseil de médiation.

Ce qui pourrait être interprété, d’après les membres du conseil, « comme un stratagème visant à détourner l’attention de l’insistance de la CEDEAO sur le rétablissement rapide de l’ordre constitutionnel». 

Le président de la Commission de la CEDEAO, Alieu Touray d’insister que la décision hâtive des pays en transition ne prend pas en compte les conditions de retrait prévues par les textes.

« Les trois États membres n’ont pas vraiment réfléchi aux implications de ces décisions sur nos citoyens », regrette le président Touray.

Lui et ses collègues estiment que ce retrait aura des « conséquences désastreuses au regard des implications socio-économiques, politiques, sécuritaires et humanitaires, en particulier pour les citoyens des trois États membres et sur le processus d’intégration régionale».

Il faut noter que le Burkina, le Mali et le Niger n’ont envoyé aucun émissaire à cette rencontre du Conseil de médiation et de sécurité de la CEDEAO qui recommande surtout le dialogue, la négociation et la médiation pour « trouver des solutions face aux préoccupations ».

C’est pourquoi le conseil a invité la CEDEAO à élargir « son champ d’action pour inclure les chefs traditionnels et religieux, les personnalités éminentes, la société civile et les femmes leaders dans la recherche de solutions durables».

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Sourou: Prorogation du couvre-feu de 3 mois à Lankoué et Kiembara

Dans un communiqué du 25 février 2024, le Haut-Commissaire du Sourou, Salif Traoré a annoncé la prorogation du couvre-feu dans les départements de Lankoué...

Sénégal : vers une amnistie générale pour les troubles connus par le pays

Le chef de l’État sénégalais Macky Sall a annoncé ce lundi 26 février 2024, un projet de loi d’amnistie générale pour les faits liés...

Procès Adama Siguiré : après 3h de débats, le dossier renvoyé au 4 mars

Le procès en diffamation intenté contre l’écrivain Adama Siguiri est renvoyé au 4 mars 2024.  Par Nicolas Bazié Lorsque le dossier a été appelé, les avocats...

«Enlèvement» de Me Kam : Le Mouvement SENS dénonce une violation des libertés démocratiques au Burkina

Le Mouvement SENS a organisé une conférence de presse , le lundi 26 février 2024 à Ouagadougou, pour dénoncer «l'enlèvement» de leur coordinateur national,...

Coopération: Retrait de l’AES, la CEDEAO énonce les conséquences

Les chefs d’Etats de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont tenu un sommet extraordinaire sur la situation politique, la...
spot_img

Autres articles

Burkina/Sourou: Prorogation du couvre-feu de 3 mois à Lankoué et Kiembara

Dans un communiqué du 25 février 2024, le Haut-Commissaire du Sourou, Salif Traoré a annoncé la prorogation du couvre-feu dans les départements de Lankoué...

Sénégal : vers une amnistie générale pour les troubles connus par le pays

Le chef de l’État sénégalais Macky Sall a annoncé ce lundi 26 février 2024, un projet de loi d’amnistie générale pour les faits liés...

Procès Adama Siguiré : après 3h de débats, le dossier renvoyé au 4 mars

Le procès en diffamation intenté contre l’écrivain Adama Siguiri est renvoyé au 4 mars 2024.  Par Nicolas Bazié Lorsque le dossier a été appelé, les avocats...

«Enlèvement» de Me Kam : Le Mouvement SENS dénonce une violation des libertés démocratiques au Burkina

Le Mouvement SENS a organisé une conférence de presse , le lundi 26 février 2024 à Ouagadougou, pour dénoncer «l'enlèvement» de leur coordinateur national,...

Coopération: Retrait de l’AES, la CEDEAO énonce les conséquences

Les chefs d’Etats de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont tenu un sommet extraordinaire sur la situation politique, la...