spot_img

SNC 2023: Art culinaire, après dégustation, la présidente du jury déclare que « la compétition est rude»

Publié le : 

Publié le : 

Au-delà de la danse et de la musique traditionnelle, la Semaine nationale de la culture (SNC) 2023, c’est aussi un moment d’exposition de mets locaux dont plusieurs femmes et hommes sont en compétition à cet effet, dans le volet Art culinaire. Ce 3 mai 2023, le jury a dégusté les différents plats proposés.

Par Nicolas Bazié, envoyé spécial

À l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Bobo Dioulasso, dans une petite salle, sont exposés des mets traditionnels. Ce 3 mai, aux environs de 13h, je me suis rendu à ce lieu précis, situé non loin de la Maison de la culture Mgr Anselme Titianma Sanon.

Une dizaine de personnes sont assises et attendent que le jury Art culinaire, composé en majorité de femmes, visite l’exposition des différents mets avant toute dégustation. Après quelques minutes, autorisation est donnée à tous de rejoindre la salle d’exposition. Les festivaliers se mettent en file indienne.

SNC 2023 Art culinaire
Des festivaliers lors de la dégustation des mets locaux

Dans cette salle, on trouve plusieurs variétés de mets locaux. Ce sont entre autres, le Gonré de pomme de terre, le riz local fumé au Soumbala, le Wosso tô tama, le couscous de pomme de terre, le dêguê de Fabirama (composé de lait de vache, du miel et de beurre de karité, ndlr), le jus de goyave, le jus de la Mangue au lait, etc.

Mme Sanou, originaire de Bobo Dioulasso a proposé du Gonré de pomme de terre. Pour obtenir ce plat selon elle, il faut éplucher les pommes de terre et les mettre dans un plat puis les rincer deux fois. Ensuite, il faut les râper jusqu’à ce qu’elles soient fines.

Mme Sanou, originaire de Bobo Dioulasso
Mme Sanou, originaire de Bobo Dioulasso

A ce stade, « l’on met la patte dans un tissu de pagne choisi pour l’occasion et presse pendant quelques minutes pour que le liquide sorte. Après, on met un peu de sel et de potasse et on s’assure que le mélange est bien fait. Enfin vient la préparation.»

Moïse Sawadogo vient de Houndé dans la région de la Boucle du Mouhoun. C’est la première fois qu’il participe à la SNC. Il a présenté au jury, la « Belle dame». C’est un cocktail composé selon lui, de jus de pain de singe, de la mangue, de la papaye, de l’ananas, de la pomme, de la banane et du lait de vache.

Moïse Sawadogo
Moïse Sawadogo venu de Houndé dans la région de la Boucle du Mouhoun.

«J’ai toujours aimé faire un cocktail parce que depuis petit, je voyais ma mère faire du bissap (jus de fleur d’oseille, ndlr) et d’autres boissons » explique Moïse Sawadogo qui précise qu’il a donné le nom belle dame à son cocktail dans le but de magnifier «nos mamans qui travaillent jour et nuit pour faire les jus naturels afin de subvenir aux besoins de la famille ».

«Mon objectif en participant à cette compétition n’est pas d’être lauréat mais de pouvoir montrer mon savoir-faire» conclut Moïse.

Après la dégustation des mets locaux, place aux appréciations des festivaliers. À commencer par Zacharia Barro qui avoue que les lauréats ont préparé de bons plats. « C’est très bon. Je n’ai pas assez de commentaire. Ce sont des plats qui sortent de l’ordinaire » dit-il.

Zacharia Barro, un festivalier
Zacharia Barro, un festivalier

Chez Fatoumata Zongo, c’est à peu près la même impression. «J’ai beaucoup plus aimé le cocktail belle dame» déclare-t-elle.

L’artiste plasticien Ibrahim Eugène Ouédraogo trouve qu’il faut intégrer l’enseignement de l’Art culinaire dès l’école primaire, pour valoriser la préparation des mets locaux.

« Aujourd’hui nous avons mangé africain. C’est une manière de nous réapproprier notre culture» soutient Ibrahim Ouédraogo.

SNC 2023 Art culinaire
L’artiste plasticien Ibrahim Eugène Ouédraogo

Les critères de sélection des plats s’articulent autour de l’hygiène corporelle, des plats, de l’environnement, selon la présidente du jury Delphine Ouattara.

Après la préparation, poursuit Mme Ouattara, « on passe devant chaque candidat ou candidate et on goûte les plats». Cette phase est consacrée à une prise de note quant à l’odeur, la saveur, la couleur et la qualité organoleptique du plat.

Parlant de qualité organoleptique, il s’agit, en effet, de la valeur nutritionnelle du plat, les éléments nutritifs qui composent le met. Il y a également la présentation du plat. «C’est tout ceci qui fait la note générale. On décide maintenant si le candidat doit passer ou pas», a-t-elle fait savoir.

La présidente du jury Delphine Ouattara.
La présidente du jury Delphine Ouattara.

Dans la compétition Art culinaire, on enregistre 40 personnes dont trois hommes. « Il y a beaucoup de création et la compétition est rude. Ils nous ont sorti des produits merveilleux», déclare la présidente du jury.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Culture : le gouvernement relance la  «Nuit des LOMPOLO» 

Le Conseil des ministres du jeudi 11 avril 2024, a décidé de relancer l'organisation de la «Nuit des LOMPOLO.» Ceci pour promouvoir les acteurs...

Burkina/Musique : Grand Docteur dédicace son album « Révolution Time » 

L’artiste Grand Docteur a procédé à la  dédicace de son 4è album intitulé «Révolution Time » le samedi 5 avril 2024, à Ouagadougou. Un...

Bobo-Dioulasso : le ministre de la culture visite les sites de la SNC

Le ministre de la culture, Jean-Emmanuel Ouédraogo a visité le vendredi 5 avril 2024, quelques sites qui doivent accueillir les festivités de la 21è...

Kéré Architecture est classée parmi les 20 entreprises les plus créatives au monde

L'Architecte d'origine burkinabè, Francis Kéré s'illustre encore de la plus belle manière en cette année 2024. Son entreprise Kéré Architecture fait partie des entreprises...

[Mémoire] L’Histoire du Burkina Faso racontée par les arts

L’écriture de l’histoire du Burkina Faso est en chantier même si peu d’informations filtrent sur le projet. Si cette grande ambition d’écrire sur l’histoire...
spot_img

Autres articles

Burkina/Justice : le CQDJ veut faciliter l’accès à la justice aux détenus 

Faciliter l’accès à la justice des personnes en situation de détention dans les maisons d’arrêt et de correction, tel est l'objectif du Centre pour...

Coopération : des journalistes burkinabè à Beijing pour « découvrir la vraie Chine»

La République populaire de Chine, en partenariat avec l’État du Burkina Faso, a initié un séminaire de formation qui se déroule du 10 au...

Sourou: Le Haut-Commissaire visite les  communautés chrétiennes de Tougan  

Après sa visite aux chefs coutumiers et à la communauté musulmane, le Haut Commissaire du Sourou, Désiré Badolo s'est rendu le jeudi 11 avril...

Burkina : SIFLO, un salon pour encourager la plume féminine

L' Association les  pionnières du livre a organisé le jeudi 11 avril 2024, à Ouagadougou, un point de presse pour présenter le contenu et...

Burkina/Culture : le gouvernement relance la  «Nuit des LOMPOLO» 

Le Conseil des ministres du jeudi 11 avril 2024, a décidé de relancer l'organisation de la «Nuit des LOMPOLO.» Ceci pour promouvoir les acteurs...