spot_img
spot_img

Tenue des élections à bonne date:c’est un challenge à relever à tout prix,c’est un challenge de toute la nation et il nous faut mutualiser les énergies

Publié le : 

Publié le : 

A cinq mois de la présidentielle au Burkina Faso,le débat divise l’opinion. Il y a bien ceux qui pensent qu’il faut absolument tenir les élections à bonne date(22 novembre 2020) et ceux qui estiment que les conditions ne sont pas réunies pour aller à un scrutin conformément à la constitution. Le 12 juin dernier,réuni en Assemblée plénière ordinaire au Centre national Cardinal Paul Zoungrana à Ouagadougou,les Évêques de la Conférence Épiscopale Burkina-Niger ont déclaré la nécessité de tenir les élections à bonne date,c’est à dire le 22 novembre 2020.

Par La Rédaction

c’est un débat politico juridique qui se mène depuis plusieurs jours sur la tenue des élections présidentielle et législatives le 22 novembre prochain. Les Évêques du Burkina Niger estiment pour leur part qu’il faut tenir les élections à bonne date,ils déclarent qu’:en dépit des épineuses questions qui demandent des réponses appropriées et rassurantes, tenir les élections à bonne date est d’un grand enjeu : éviter d’ajouter une crise institutionnelle à cette crise sécuritaire déjà si préoccupante, indiquent les évêques dans leur déclaration. Cette inquiétude d’une crise institutionnelle est partagée par tous,même ceux qui souhaitent que les  élections soient reportées en attendant de réunir toutes les dispositions de la constitution,c’est à dire le suffrage universel direct.

Pour y arriver,il faut nécessairement que la sécurité revienne partout au Burkina afin de garantir à tous les citoyens le droit de pouvoir voter,les Évêques le reconnait dans leur déclaration : L’idéal en cela serait alors de pouvoir organiser ces élections sur tout le territoire national et d’assurer la pleine participation de toutes les populations où qu’elles soient afin de garantir au Président élu la pleine légitimité et donner à toutes les provinces d’être représentées à l’Assemblée Nationale. De toute évidence, c’est la stabilité politique et institutionnelle de notre pays qui est en jeu comme l’est déjà son intégrité territoriale. le rôle des Forces de défense et de sécurité demeure primordial. Elles doivent produire et garantir un environnement sécuritaire favorable au déroulement du processus électoral avec pleine participation de tous les citoyens. C’est déjà une mission exceptionnelle, tant la menace est grande et redoutable,ajoutent les évêques.

Cependant,la conférence Épiscopale Burkina Niger  souligne que c’est un défi de tenir les élections à bonne date. Ce défi devrait relevé par tous les burkinabè: c’est un challenge à relever à tout prix, c’est un challenge de toute la nation et il nous faut mutualiser les énergies. C’est possible ! En témoigne la solidarité suscitée à tous les niveaux par la pandémie de la Covid-19 !

Jusqu’à ce jour les partis politiques de l’opposition affilés au chef de file de l’opposition politique(CFOP) et les partis de la majorité présidentielle sont unanimes sur la tenue des élections présidentielle et législatives le 22 novembre 2020.Mais des partis politiques non affilés au CFOP,conduit par le Pr Constitutionnaliste Abdoulaye Soma demandent le report du scrutin. Pour des partis membres de la CODER avec à sa tête Dr Ablassé Ouedraogo demandent plutôt un dialogue sur la réconciliation nationale avant d’y aller. Des organisations de la société civile ont aussi donné de la voix pour un report des votes.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...

[Tribune] Les assises nationales : C’est comme la mort ou chéchéé…

La légende raconte que dans une terre lointaine, existait un peuple qui vivait en harmonie avec le respect scrupuleux de ses règles et traditions. Une...

Tchad:  après sa démission, Succès Masra sera-t-il reconduit premier ministre ?

Après sa démission conformément à la Constitution à la suite des résultats de la présidentielle du 6 mai 2024, le Premier ministre de la...

Assises nationales au Burkina : Ce que disent des étudiants de l’Université Joseph Ki-Zerbo 

Les Assises nationales qui se tiendront les 25 et 26 mai à Ouagadougou, au Burkina Faso, cristallisent les espoirs et les attentes de nombreux...

Cameroun: la réunification, 52 ans après….

C’était la fête nationale, ou fête de l’unité, le 20 mai 2024 au Cameroun. Une célébration en demi-teinte, placée sous le thème « Armée et...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...