Home Sécurité Terrorisme au Burkina : Le génie militaire détruit deux engins explosifs placé sur...

Terrorisme au Burkina : Le génie militaire détruit deux engins explosifs placé sur la route reliant le village de Solhan

0
FDS Solhan Terrorisme
L'armée a assuré l'évacuation des blessés dans les centres sanitaires. Ph: EMGA

Jusque-là les interrogations sur le retard d’intervention de l’armée lors de l’attaque de Solhan étaient toujours sans grande réponse. L’Etat-major général des armées (EMGA), dans son point hebdomadaire des opérations de sécurisation, a révélé qu’un piège avait été tendu par les terroristes.

Par la Rédaction

Trois jours après l’attaque dans la commune rurale de Solhan, qui a tué 132 personnes civiles et fait plusieurs blessés, les esprits des Burkinabè étaient toujours aux questionnements.

Qu’est-ce qui a bien pu empêcher l’armée d’intervenir durant l’attaque, qui selon les informations, aurait commencé à 2 heures jusqu’à 5 heures du matin. Les tentatives de réponse et les polémiques continuent.

Néanmoins, lors de son point hebdomadaire des opérations de sécurisation, l’Etat-major général des armées (EMGA) a donné une information qui pourrait contribuer à expliquer en partie le retard.

L’armée a fait savoir que « deux engins explosifs improvisés ont été découverts par les unités qui sont intervenues à Solhan suite à l’attaque contre les populations civiles ».

L’EMGA souligne que ces engins étaient placés sur les voies d’accès au village de Solhan et les équipes spécialisées du Génie militaire les ont neutralisés.

Les Forces de défense et de sécurité disent être à pied d’œuvre pour « traquer et neutraliser les assaillants ». Par ailleurs, les Forces armées nationales ont assuré l’évacuation des blessés vers les structures sanitaires de Dori, Kaya et Ouagadougou.

Autres opérations

Toujours dans l’objectif d’assurer la quiétude des populations civiles, l’armée a fait un ratissage, le jeudi 4 juin 2021, suite à l’attaque des villages de Tin Tarouban et Tadraet, dans la province de l’Oudalan.

Des opérations conduites par les unités du détachement militaire de Markoye ont permis, selon le communiqué de l’EMGA, de récupérer plusieurs matériels dont des moyens roulants.

Le véhicule de Médecin sans frontières braqué par des « bandits armés dans la journée du 2 juin » dernier a été retrouvé calciné dans la localité de Tasmakat à une trentaine de kilomètres de Dori.

Ce fut lors d’une opération conjointe avec l’armée nigérienne entrant dans le cadre de « l’opération SAMA ».

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
14 ⁄ 2 =