Home A la une Terrorisme: la meilleure arme de lutte reste la destruction de la base...

Terrorisme: la meilleure arme de lutte reste la destruction de la base idéologique qui permet d’endoctriner les militants

Lutte contre le terrorisme, SOS terrorisme-BF
Les responsables de l'association SOS Terrorisme-BF, Amadou Dicko, coordonnateur (micro) @ Libre info

« SOS Terrorisme-BF » est une association qui a pour vocation de lutter contre le terrorisme. Elle se donne pour mission de cultiver le rapprochement entre les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et la population, lutter contre toute forme de stigmatisation et de repli identitaire. Elle dit s’engager pour l’intérêt supérieur de la Nation. Son agenda a été présenté à la presse, jeudi 14 janvier 2021 à Ouagadougou.   

Par André-Martin Bado

Depuis plus de cinq ans, le Burkina Faso fait face au terrorisme qui affecte plusieurs régions du pays. Selon les membres de l’association, les attaques des groupes armés et la répression violente des forces de sécurité, ont fait déplacer de certaines de milliers de personnes.

Pour lutter contre ces forces obscurantistes, l’association « SOS Terrorisme- BF » s’engage à dénoncer le terrorisme et toute forme de radicalisme religieux.

Elle se donne aussi pour mission de combattre toute forme de stigmatisation et de repli identitaire. Le terrorisme n’est ni une ethnie, ni une religion mais plutôt un ensemble d’actes de violence commis par une organisation ou un individu pour satisfaire une haine à l’égard du Burkina Faso, rappelle Amadou Dicko, coordinateur de l’association.

« SOS Terrorisme- BF » annonce des activités de sensibilisation

Des caravanes pour la promotion de la tolérance, le dialogue inter-religieux, le rapprochement entre les FDS et la population à travers le sport, la formation des leaders religieux et coutumiers sur l’organisation des prêches basées sur des messages d’union nationale, de fraternité et de défense de la patrie, sont prévus selon Amadou Dicko.

« Nous irons sur le terrain, nous allons rencontrer les chefs religieux, les chefs coutumiers, les décideurs politiques et toutes les confessions religieuses. », dira M. Dicko. Pour lui, il faut avoir une nouvelle façon de parler aux populations et un message de tolérance pour renforcer le vivre-ensemble. »

Les membres de l’association se convainquent que les armes seules ne suffisent pas pour venir à bout du terrorisme. La meilleure stratégie de lutte étant pour eux, la destruction de la base idéologique qui est une force pour endoctriner et enrôler les militants.

« SOS Terrorisme-BF » s’intéresse également aux victimes des attaques terroristes en termes de prise en charge et d’accompagnement juridique. « Nous allons prendre en charge des enfants des victimes. Nous allons accompagner ceux qui ont besoin d’un accompagnement juridique pour être restitués dans leur droit », indique Issaka Ouédraogo, le chargé de communication.

www.libreinfo.net