spot_img
spot_img

Terrorisme : voici les propositions de l’ADF-RDA

Publié le : 

Publié le : 

Des déclarations des partis politiques du Burkina Faso, se multiplient depuis l’attaque terroriste du détachement militaire de Koutougou dans le Soum, qui a fait 24 morts et sept blessés le 19 août 2019. Le Président de l’ADF-RDA, Me Gilbert Noël Ouédraogo, dans une déclaration présente la compassion et les condoléances du parti aux familles des victimes et propose l’affectation des 500 millions de FCFA accordés aux partis politiques par l’État au titre des subventions, pour la prise en charge des Forces de défense et de sécurité (FDS).

Le président du parti de l’éléphant dit avoir interpellé plusieurs fois le pouvoir du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) sur la nécessité de prendre les mesures nécessaires pour engager toute la patrie dans la lutte contre le terrorisme. Comme pour lever toute ambiguïté sur cette lutte dont il parle, Me Gilbert Noël Ouédraogo va préciser qu’il « ne s’agit pas de se contenter de discours guerriers ou de vœux pieux, mais de passer aux actes en prenant des décisions courageuses face au péril grandissant qui menace la nation ».

 L’abîme se rapproche, l’enlisement est déjà perceptible

 Le Burkina Faso connait des déplacements internes suite aux conflits inter-communautaires et au terroriste. Analysant ce fait, le leader de l’ADF-RDA a utilisé des mots forts comme « l’abîme » et l’enlisement » qui se rapprocheraient et perceptibles avec « les centaines de milliers de déplacés internes dans notre pays ». Face à ce danger qui plane sur le Burkina Faso, l’ADF-RDA exhorte le président Roch Kaboré à prendre la bonne mesure « de l’urgence à agir, tous ensemble, sans parti pris, pour contrer le terrorisme ». « Il lui revient de donner le bon signal en oubliant les querelles politiciennes inutiles pour réaliser l’union sacrée qu’impose la situation actuelle », relèvera-il.

500 millions de FCFA accordés aux partis politiques par l’État, réaffectés à la prise en charge des Forces de défense et de sécurité (FDS) et de leurs familles

« Pour manifester concrètement notre solidarité vis-à-vis de ceux qui combattent pour notre sécurité », l’ADF-RDA invite le président du Faso à « réaffecter immédiatement les cinq cents millions de francs CFA accordés aux partis politiques, au titre de la subvention de l’État, à la prise en charge des militaires et policiers blessés et de leurs familles ». Et de suggérer dans le but de renforcer le moral des FDS, « qu’il soit accordé à ceux qui sont au front une indemnité spéciale terrorisme d’un montant substantiel et à tous ceux qui sont tombés, une bonification, à titre posthume, de deux grades ».

Faire des enfants des victimes, des pupilles de la nation

 Il est proposé dans la déclaration, que les différents droits et indemnités à verser aux familles des FDS, soient calculés sur la base du nouveau grade. « Nous recommandons par ailleurs une prise en charge totale des conjoint(e)s et enfants des victimes. Ces enfants doivent être faits pupilles de la nation et par conséquent être nourris, logés, soignés, protégés et éduqués dans de bonnes conditions par l’État ».

Me Gilbert Noël Ouédraogo conclut en conseillant que « les citoyens, sur la base du volontariat, puissent avoir la possibilité de se constituer comme réservistes de notre armée et être formés en conséquence pour participer » à la lutte contre le terrorisme.

La Rédaction

www.libreinfo.net

 

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...

[Tribune] Les assises nationales : C’est comme la mort ou chéchéé…

La légende raconte que dans une terre lointaine, existait un peuple qui vivait en harmonie avec le respect scrupuleux de ses règles et traditions. Une...

Tchad:  après sa démission, Succès Masra sera-t-il reconduit premier ministre ?

Après sa démission conformément à la Constitution à la suite des résultats de la présidentielle du 6 mai 2024, le Premier ministre de la...

Assises nationales au Burkina : Ce que disent des étudiants de l’Université Joseph Ki-Zerbo 

Les Assises nationales qui se tiendront les 25 et 26 mai à Ouagadougou, au Burkina Faso, cristallisent les espoirs et les attentes de nombreux...

Cameroun: la réunification, 52 ans après….

C’était la fête nationale, ou fête de l’unité, le 20 mai 2024 au Cameroun. Une célébration en demi-teinte, placée sous le thème « Armée et...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...