spot_img

[Tribune] Qui sont les « illuminés » de la société burkinabè ?

Publié le : 

Publié le : 

Ceci est une tribune du Dr Boukary Nebie, parvenue à la rédaction de Libreinfo.net.

Dans les pays développés tels que les États-Unis, la France, la Grande Bretagne, il existe des lobbys, ces groupes de pression auxquels l’État même n’ose souvent pas faire face. C’est le cas, par exemple, des sociétés de fabrication et de vente d’armes aux États-Unis, des groupes LGBT, des Francs-Maçons, pour ne citer que ceux-là.

Au Burkina Faso, on pourrait croire que le phénomène n’existe pas. Et pourtant ! Seulement, au Burkina Faso comme partout ailleurs, outre les groupes de pression qui défendent des intérêts prioritairement économiques, il y a ces lobbys politico-idéologiques. Pour les tenants desdits lobbys et leurs inconditionnels formatés ou du moins conditionnés, tout ce qui ne vient pas d’eux ne doit pas fonctionner.

Et ils sont prêts à tout, pour qu’effectivement, si vous osez tenter quelque chose dans ce pays sans eux, vous tapiez poteau. Car alors, comment osez réussir sans eux puisque sans eux c’est le vide, le chaos. Eux, ils ne se trompent jamais. Ils ont la science infuse. C’est pourquoi je les surnomme les « ILLUMINÉS ». Théoriciens devant l’Éternel, ils sont les prototypes du « manchot aux mains propres ».

Ne les appelez jamais à l’action car ils ne viendront pas. Mais ils vous surveilleront quand vous serez en action comme l’on surveille de l’huile sur le feu. Non pas pour vous encourager dans vos succès et vous conseiller pour éviter des erreurs ; mais pour chercher la petite bête et s’en servir pour faire votre procès.

Il vous sera rare de les trouver sur l’espace public (médias, conférence, colloques, etc.) pour confronter leurs idées à celles de leurs contradicteurs. Ils n’aiment pas les médias pour moultes raisons. Ils sont généralement silencieux même sur les réseaux sociaux. Mais dès que vous osez dire quelque chose qui ne va pas dans leur direction, ils deviennent prolixes.

Ils sortent de longs textes pour vous descendre parce que vous avez osé penser autrement. Curieux tout de même pour des gens qui prétendent se battre contre la pensée unique. Mais l’attitude de ceux qui acceptent venir vous contredire ou plutôt vous démonter en usant du même circuit que vous, est encore honorable ; puisque qu’au moins vous saurez ce qu’ils pensent de vous.

Sinon avant l’avènement des réseaux sociaux et sa démocratisation dans notre pays, c’était par des tracts qu’ils agissaient, toujours tapis l’ombre croyant naïvement qu’on ne les connait pas. Mais aujourd’hui, avec WhatsApp surtout, ils créent leur groupe. Ils envoient les jeunes renifler les pages de ceux qu’ils considèrent comme des incontrôlés.

Et si les renifleurs qui, par lâcheté viendront avec des profils d’emprunt, trouvent sur votre page un écrit ou une vidéo, ils s’évertuent d’y trouver un passage qui peut assouvir leur soif de détruire, ils l’extraient et vont le coller dans leur groupe WhatsApp. C’est la sève qui va alimenter le groupe et nourrir leurs débats. Et bien sûr, vous imaginez les raccourcis intellectuels qui vont en découler puisque le passage est coupé de son contexte et dans ce cas, il devient biaisé.

Même ce message n’échappera pas à cette triste et malheureuse réalité ! Et comme des titrologues qui n’ont pas besoin de lire le contenu d’un article de presse ou un ouvrage pour s’en faire une idée, nos illuminés ne s’embarrassent pas de l’intégralité des propos de quelqu’un.

Dans tous les cas, il suffit qu’un des leurs leur dise que tu as osé avoir une opinion qui diverge de la leur et on te déclare « ennemi ». Et si tu es déclaré ennemi, plus besoin de chercher à te comprendre mais plutôt chercher à tout prix à t’abattre. Telle une confrérie de sorcière, si ton sort est scellé dans l’obscurité de la nuit noire, seul Dieu pourra empêcher que tu passes à la casserole.

Et nos illuminés sont vraiment sans pitié. Ils sont intraitables vis-à-vis de tous ceux qui osent tenter une aventure dans ce pays sans eux. Et face à de tels cas, ils n’ont qu’un seul mot d’ordre : « échec ».

Oui, il faut que tu échoues afin qu’eux, ils puissent dire demain : « Ah mais on savait qu’il allait échouer. Comment peut-il oser nous tenir à l’écart et espérer réussir ? Il n’a pas appris la leçon avec d’autres avant lui qui ont tenté de se frotter à nous ou quoi ? ». Tentez une action dans ce pays sans demander la permission de nos illuminés c’est un affront pour eux.

Ils ne le supportent pas et vous devez vous attendre à tout car le faire c’est comme si vous osez « gifler la Montagne » pour paraphraser le titre d’un roman burkinabè « On a giflé la Montagne » de Eli Y. Ouédraogo. Mais pour la Partie en péril, nous n’avons qu’un seul choix : nous engager.

Quel sera le prix à payer ? Dieu seul sait. Et dans notre engagement, nous allons nous opposer à d’autres ; pas à leur personne. Loin s’en faut ! Mais à leur système, leur idéologie. Comme le disait Macky Sall en 2012 alors opposant à la tentative d’un troisième mandat de Me Abdoulaye Wade, « Quand l’Essentiel est en danger, s’opposer devient un Devoir ». L’essentiel pour nous ici, c’est la Nation burkinabè. Et puisque cet Essentiel est menacé, s’opposer à tous les systèmes et leurs acteurs qui veulent voir le Burkina s’effondrer devient un Devoir pour tout Burkinabè fier du sang qui coule dans ses veines.

Courage au Capitaine-Président !

Courage aux Forces combattantes !

Engagement patriotique à tous les Burkinabè sincères !

Que la Paix nous revienne !

Dr Boukary NEBIE

- Advertisement -
spot_img

Articles de la même rubrique

Burkina : soutien à l’effort de paix, plus de 900 millions F.CFA mobilisés en six mois 

La commission chargée de la réception et la gestion des contributions volontaires à l’effort de paix au Burkina Faso a livré, ce 6 juin...

Burkina: Fermeture du journal L’Evènement, un appel à soutien lancé par son administrateur général Germain Bitiou Nama

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l'Administrateur Général du journal d'investigation L'Événement, Germain Bitiou Nama explique les conditions de fermeture du journal. Par...

Burkina : Plus de 20 milliards de FCFA mobilisés pour soutenir l’effort de guerre 

En moins de six mois de fonctionnement, le Fonds de soutien patriotique (FSP) a encaissé plus de 20 milliards FCFA dans le cadre de...

Burkina Faso : Galian 2023, 12 prix officiels et 14 prix spéciaux décernés

Au cours de la 26e Nuit des Galian tenue le 2 juin 2023, 14 prix spéciaux et 12 prix officiels ont été décernés aux...

Burkina/Terrorisme: « Il y a des accusations contre les militaires qui sont infondées» selon le directeur de la justice militaire

Il y a des accusations contre les militaires qui sont infondées selon le directeur de la justice militaire du Burkina, le lieutenant-colonel François Yaméogo...
spot_img

Autres articles

Burkina : soutien à l’effort de paix, plus de 900 millions F.CFA mobilisés en six mois 

La commission chargée de la réception et la gestion des contributions volontaires à l’effort de paix au Burkina Faso a livré, ce 6 juin...

Burkina: Fermeture du journal L’Evènement, un appel à soutien lancé par son administrateur général Germain Bitiou Nama

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l'Administrateur Général du journal d'investigation L'Événement, Germain Bitiou Nama explique les conditions de fermeture du journal. Par...

Burkina : Développement endogène, l’Etat met l’accent sur l’entrepreneuriat communautaire

L'Agence pour la promotion de l'entrepreneuriat communautaire (APEC) du Burkina a présenté le programme de l'entrepreneuriat communautaire par actionnariat populaire. C'était le lundi 5...

Sénégal : manifestations, 500 personnes interpellées dont des personnes de nationalités étrangères 

A ce jour, 500 personnes ont été interpellées par la police nationale du Sénégal, suite à de violentes manifestations après la condamnation par la...

Burkina : Plus de 20 milliards de FCFA mobilisés pour soutenir l’effort de guerre 

En moins de six mois de fonctionnement, le Fonds de soutien patriotique (FSP) a encaissé plus de 20 milliards FCFA dans le cadre de...