Home Economie Terrorisme au Burkina Faso: le gouvernement veut réorganiser urgemment la vente du...

Terrorisme au Burkina Faso: le gouvernement veut réorganiser urgemment la vente du bétail

0
vente du bétail
Une vue de troupeau au dans la région du Sahel au Burkina

Le gouvernement burkinabè a annoncé le mercredi 27 avril 2022 plusieurs actions urgentes à mettre en œuvre dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. De ces actions figure la réorganisation de la vente du bétail. Ce secteur est fortement touché par le terrorisme dans plusieurs régions du pays (Sahel, Est, Centre-nord, Nord, Centre est et Boucle du Mouhoun). Est ce une bonne action que de réorganiser la vente du bétail?

Par La Rédaction

Le président de la Transition Paul Henri Damiba avait annoncé dans son discours du 1er avril la restriction de certaines libertés. Vraisemblablement, nous sommes entrain de s’acheminer vers l’application de ces mesures.

La réorganisation de la vente du bétail dans ce contexte de lutte contre le terrorisme est sans conteste une bonne chose mais comment sera t-elle faite pour ne pas jouer sur la mobilité des acteurs du secteur.

Depuis longtemps, les groupes armés terroristes ont intégré le vol du bétail dans leur mode opératoire dans toutes les régions où le phénomène existe. Le bétail volé est revendu parfois dans des pays voisins ou dans d’autres localités à l’intérieur du pays.

Souvent, ils imposent même le bétail comme zakât, l’impôt musulman destiné à redistribuer les richesses envers les plus pauvres, en contrepartie de leur protection.

C’est devenu un moyen d’enrichissement important pour les groupes armés terroristes. Plusieurs fois, des terroristes ont pris pour cibles des marchés de bétails dans la province du Soum comme dans la province du Gourma.

«C’est une réelle préoccupation pour nous avec les vols et les razzias du bétails. on souhaite qu’on implique tous les acteurs notamment les éleveurs, les commerçants, les associations et coopératives des éleveurs, les comités de gestions des marchés, les Rougas, les services techniques d’élevages pour que tout le monde soit imprégné pour ne pas être en porte à faux avec la règlementation à venir», explique à Libre info Amadou Tamboura, secrétaire général de la fédération des éleveurs du Burkina.

Si la réorganisation de la vente est bien faite, les populations éleveurs appauvries par le phénomène pourraient bénéficier de leurs troupeaux et mieux profiter de l’économie qui y découle sans oublier une garantie de sécurité contre les multiples dangers auxquels ils sont exposés.

«Les éleveurs sont en brousse comme les groupes armés. Ils (terroristes) tuent les éleveurs et les animaux. Ils volent les bétails pour aller remettre à d’autres communautés qui vont les revendre sur le marché et ils se partagent les dividendes. Il y a aussi l’effet des engins explosifs improvisés qui tuent les éleveurs et les animaux sur les voies», ajoute Amadou Tamboura , secrétaire général de la fédération des éleveurs du Burkina.

Au même titre que les blanchiments de capitaux, le trafic de l’or issu de l’orpaillage, les rançons, le trafic illicite du carburant et le braconnage, les vols du bétail constituent des sources de revenues pour les combattants terroristes. Une bonne réorganisation de la vente constituera le tarissement de cette source de financement ou de revenus pour ces bandits armés.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
10 + 3 =