Home Société Verdict du procès Thomas Sankara: Blaise Compaoré coupable pourrait-il être extradé?

Verdict du procès Thomas Sankara: Blaise Compaoré coupable pourrait-il être extradé?

0

L’ancien président Blaise Compaoré a été condamné à perpétuité dans l’affaire assassinat de Thomas Sankara et douze de ses compagnons. Le verdict a été rendu public le mercredi 6 avril 2022 par le Tribunal militaire à Ouagadougou. Le procès Thomas Sankara a débuté le 11 octobre 2021 sous le règne de l’ex chef d’Etat déchu Roch Kaboré. Libre Info vous retrace le parcours de Blaise Compaoré.

Par Tatiana Kaboré

Porté au pouvoir par le putsch sanguinaire de 1987 ayant conduit à l’assassinat de son « Ami proche et frère » Thomas Sankara, Blaise Compaoré a été condamné à la prison à vie le mercredi 6 avril 2022.

Frères d’armes à la fin des années 1970, Thomas Sankara et Blaise Compaoré ont tous deux mis fin à la présidence du Président Jean-Baptiste Ouédraogo, avec le coup-d’Etat de 1983. Sankara, premier ministre en son temps, avait été arrêté. Il a recouvré sa liberté à l’issue d’un soulèvement populaire.

Capitaine dans l’armée, à l’époque, Blaise Compaoré était extrêmement proche de Thomas Sankara, durant les deux premières années de la révolution. Seul instructeur voltaïque, Sankara était le commandant du Centre national d’entraînement des commandos (CNEC) à Pô dès 1976 et Blaise compaoré était son adjoint.

Blaise Compaoré, absent au procès Thomas Sankara

Après l’assassinat de celui-ci le 15 octobre 1987, Blaise Compaoré prend le pouvoir et s’y maintient pendant 27 ans avec ses deux compagnons sûrs Gilbert Diendéré, son ancien chef d’Etat-Major particulier qui avait en main son redoutable Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Sans oublier Hyacinthe Kafando, son garde-corps rapproché.

Le natif de Ziniaré a été chassé du pouvoir en octobre 2014 par la rue. Visé par un mandat d’arrêt, il a trouvé refuge en Côte d’Ivoire depuis sa chute où il bénéficie de la protection de son vieil ami Alassane Ouattara. L’ancien Président burkinabè a brillé par son absence au procès car ses avocats ont dénoncé «un simulacre de procès » devant un « Tribunal d’exception ».

Aujourd’hui âgé de 71 ans, le président d’honneur du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) est condamné à vivre prisonnier du fait de sa condamnation par contumace dans l’affaire assassinat de Thomas Sankara et de douze de ses compagnons.

Le Président en exil en Côte d’Ivoire dont t-il détient la nationalité depuis 2015, a toujours nié son implication dans les évènements du 15 octobre 1987 qui a vu l’assassinat de son prédécesseur.

Dans un entretien accordé à Jeune Afrique le 4 novembre 1987 soit moins d’un mois après les évènements, Blaise Compaoré s’est défendu d’être le commanditaire de l’assassinat. «J’aurai pu avoir sa mort sur la conscience si j’avais ordonné de l’abattre. Or ce n’est pas le cas .C’est après avoir voulu nous liquider Jean-Baptiste Lingani, Henri Zongo et moi qu’il s’est fait abattre par des soldats qui me sont fidèles ».

Ajoutant que « Lorsque je suis arrivé au Conseil de l’Entente après la fusillade et que j’ai vu le corps de Thomas à terre, j’ai failli avoir une réaction violente contre ses auteurs. Cela aurait sans doute été un carnage dont je ne serais pas sorti vivant ».

Blaise, principal accusé dans l’affaire Thomas Sankara

Blaise Compaoré, principal accusé dans ce procès était poursuivi pour « atteinte à la sûreté de l’Etat, complicité d’assassinat et recel de cadavre ». Cependant, il a été condamné pour deux chefs d’accusation dont « atteinte à la sûreté de l’Etat et complicité d’assassinat ». A noter qu’il a été acquitté de la charge de « recel de cadavres ».

En 2015, un mandat d’arrêt international contre Blaise Compaoré toujours en vigueur a été émis par le Tribunal militaire de Ouagadougou, mais jusque-là, cela n’a pas été exécuté par les autorités ivoiriennes qui soutiennent qu’elles n’extradent pas ses concitoyens.

Blaise Compaoré sera-t-il extradé de la Côte d’Ivoire? Le verdict du procès de l’assassinat tombé ne serait-il pas un avantage pour permettre à la Côte d’Ivoire de l’extrader? Existe-il une lueur d’espoir pour qu’il vienne répondre de ses actes devant la justice burkinabè?

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
48 ⁄ 24 =