Home Société Burkina Faso: soixante femmes formées en médiation par Wanep 

Burkina Faso: soixante femmes formées en médiation par Wanep 

0
Wanep Burkina
Les participants suivent la formation.

Le Réseau ouest africain pour l’édification de la paix (Wanep) a organisé le jeudi 20 janvier 2022, un atelier sur le dialogue national.  La rencontre est placée sous le thème « Rôle et place des organisations communautaires dans la consolidation de la paix et le vivre ensemble ». L’activité vise à créer un cadre d’échanges, de réflexions et de partages d’expériences sur la contribution des organisations communautaires dans la consolidation de cohésion sociale et le vivre ensemble.

Par Rama Diallo

Cet atelier entre dans le cadre du projet « Appui à la mise en œuvre des activités de coopération transfrontalières dans la région du liptako-gourma ».

Le projet de Wanep Burkina et ses partenaires a débuté en octobre 2021. Il couvre la zone des trois frontières : le Niger, le Mali et le Burkina Faso.

Il vise à renforcer l’implication des femmes dans la prévention des conflits communautaires et la consolidation de la paix dans la région du Liptako Gourma.

Au Burkina, trois communes en sont bénéficiaires. Il s’agit des communes de Titabé et de Tankougounadié dans la province du Yargha, région du Sahel. Dans la province du Yatenga, région du Nord, c’est la commune de Thiou qui est concernée.

Soixante (60) femmes médiatrices ont déjà été formées. Elles mènent des actions de médiation sur le terrain.

Trente (30) femmes ont vu leur capacité renforcée en matière de violences basées sur le genre et sur les mécanismes de prises en charge.

Elles travaillent actuellement sur l’opérationnation des cadres d’écoute sur les violences basées sur le genre, en croire Alice Combary, coordonnatrice de Wanep Burkina. Aussi, ajoute-elle, des actions sont en cours pour identifier les femmes victimes de violences.

Deux dialogues communautaires ont été réalisés dans chacune des trois communes. Ces échanges ont porté sur la question du vivre ensemble et de la cohésion sociale, indique la coordonnatrice nationale.

Elle rappelle toutefois que, la situation sécurité caractérisée par des attaques terroristes constitue la véritable difficulté dans la mise en œuvre des activités du projet.

Les retombées du projet à Thiou

Le ministère en charge de la Réconciliation nationale accompagne Wanep Burkina dans ce projet. D’après le conseiller technique, Issa Demé, le ministère de la Réconciliation nationale travaille avec Wanep dans la mise en œuvre des plans d’actions de la stratégie nationale de la cohésion sociale. Il salue les efforts de l’ONG dans la consolidation de la paix.

Le projet a permis aux femmes de Thiou de connaître les différents types de violences basées sur le genre, explique Sanata Kaboré, membre de l’Association femmes battantes pour le développement de la commune de Thiou.

Pour exemple, « il y avait un monsieur qui empêchait sa femme d’exercer une activité génératrice de revenue. Il ne savait pas que c’était une violence basée sur le genre. Pour lui, c’était normal puisqu’il arrivait à subvenir aux besoins de la famille. Les débats qui ont eu lieu sur la question, ont permis aux femmes et aux hommes de comprendre beaucoup de choses. », témoigne Mme Kaboré.

www.libreinfo.net

 

 

 

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
23 − 21 =