spot_img
spot_img

Burkina : 3e jour du Procès « Marcel Tankoano et autres », ce qu’il faut retenir…

Publié le : 

Publié le : 

L’audience du 3e jour du procès Marcel Tankoano et autres a été consacrée ce 23 juin 2023, à la lecture des conversations qui ont eu lieu entre les prévenus, dans l’affaire appel à incendier le palais du Mogho Naaba au Burkina. 

Par Nicolas Bazié 

Ce sont des preuves matérielles que le tribunal et le parquet ont voulu présenter ce 23 juin. Ils ont procédé à la projection des messages écrits et audios qui ont été faits entre les prévenus poursuivis dans le dossier appel à incendier le palais du Mogho Naaba. La plupart des déclarations tournent autour de Abdoul Karim Baguian dit Lota et de Alain Alain. 

Lota et Aminata Rachow 

Dans un audio que l’activiste Aminata Rachow a envoyé à Abdoul Karim Baguian dit Lota, on entend quelqu’un qui dit ceci : « Concernant le travail, on doit commencer.  Il faut qu’on accélère, soyons rapides. Le travail doit commencer à la Place de la Nation. Il faut qu’on enchaîne rapidement parce que demain c’est le 1er».

En réponse, Lota a déclaré que : « Il faut leur dire de mieux agir». L’audio envoyé par Aminata Rachow est la réponse à la question de Lota qui lui avait demandé à savoir comment allait se faire l’exécution du plan et le mode de financement. 

Lota et Lookman Sawadogo 

Leurs conversations ont été lues publiquement sur un écran géant. Dans ces échanges, le journaliste Lookman Sawadogo a écrit à Lota sur le réseau social Signal en ces termes : « Ils ne savent pas que si IB ( capitaine Ibrahim Traoré, ndlr)  tombe, eux, ils seront enterrés. On se donne un mois pour s’organiser. Tu es sûr que si on lance une mobilisation les gens vont sortir?. On peut faire plus que de la violence ».

Le journaliste Lookman Sawadogo
Le journaliste Lookman Sawadogo

Abdoul Karim dit Lota répond : « Au passage, je tiens à te féliciter pour cette volonté que tu manifestes. Tu es vraiment un grand homme. Zeph est notre allié ne t’inquiète pas. Les autres politiciens sont des faux. Mais, il faut qu’on se voie et limite les écrits. Qu’est-ce qu’on peut faire comme actions ?»

Lookman sawadogo va conseiller Lota de brûler des pneus dans les marchés.  « Commencez par brûler les pneus dans les marchés et yaars, on n’a pas le choix sinon, ils vont tous nous embastiller» a fait savoir Lookman Sawadogo. 

Le mot violence semble choquer le procureur qui a fait cette observation : « Vous faites la promotion de la paix avec votre mouvement Appel de Manéga et c’est encore vous Lookman Sawadogo qui osez dire que vous allez faire plus que de la violence ?»

Lookman tente ainsi de rassurer le procureur de sa bonne foi. « M. le procureur, quand je dis que nous pouvons faire plus que de la violence, c’est pour signifier qu’il y a aussi la grève de la faim que nous pouvons faire ». 

Abdoul Karim Baguian dit Lota a d’abord rejeté ces preuves, avant de demander au juge de recadrer le procureur qui selon lui, avance des preuves graves à même de nuire à son image et le jeter à la vindicte populaire. 

Abdoul Karim Baguian dit Lota
Abdoul Karim Baguian dit Lota

En clair, Lota trouve que l’expertise de son téléphone est fausse. « Je ne reconnais pas le contenu des conversations lues. Pour moi, elles ne constituent en rien des preuves matérielles. Vous récupérez mon téléphone, et vous revenez avec des messages que je ne reconnais même pas » a clamé le prévenu qui a été invité par le tribunal à se ressaisir.  

Au cours du procès, le procureur a révélé qu’en plus d’être poursuivi pour incitation à un attroupement et mis en danger de la vie d’autrui dans l’affaire appel à incendier le palais du Mogho Naaba, Abdoul Karim Baguian est aussi poursuivi pour atteinte à la sûreté de l’Etat dans un autre dossier. 

Lookman Sawadogo et Pascal Zaïda

Les deux hommes prévoient une transition consensuelle une fois le présumé complot réussi. « Les choses vont aller  plus vite qu’ils ne le pensent (les militaires au pouvoir ). Nous allons faire une transition consensuelle avec un civil comme Président et un militaire au second plan. Ce sont les partis politiques le problème. IB ( capitaine Ibrahim Traoré, ndlr)  a instrumentalisé certains qui ont jeté l’éponge. Eddie Komboïgo est sûr qu’il sera président ? » a dit le journaliste Lookman Sawadogo dans un message adressé à Pascal Zaïda. 

À son tour, Zaïda, visiblement remonté contre le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) , soutient que : « Eddie Komboïgo va mourir sans être président de ce pays ».

3e jour Marcel procès
Le prevenu Pascal Zaïda

Le journaliste Lookman Sawadogo a nié en bloc le contenu de ses messages qui ont été projetés. Son avocat Me Abdoul Latif Dabo parle même d’une mauvaise interprétation des écrits. 

Pascal Zaïda et Aminata Rachow 

Impatiente de voir le plan enfin mis en œuvre, l’activiste Aminata Rachow a écrit à Pascal Zaïda : « Grand frère, on ne voit rien pour le moment». Pascal Zaïda : « Ma sœur, nous travaillons. Dès que nous serons prêts, ça sera film fin». Aminata Rachow poursuit : « Diffusez l’audio, je pense que ça va contribuer à créer la confusion. Naïm Touré va faire une communication de taille avant… ». 

L’animateur Alain Alain: «Il faut que le régime tombe»

À la barre, l’animateur Alain Alain a tenu à préciser ce qui lui a valu ce procès: « Ce qui m’amène à votre barre, M. le président, est la non-dénonciation d’un appel à aller incendier le palais du Mogho Naaba. Et je vous ai dit ici que je n’étais même pas au courant d’un tel plan. Pour ce qui est de l’assaut à lancer, je vous ai dit que c’est Abdoul Karim dit Lota seul qui peut expliquer cela. Lorsque j’ai dit que le capitaine était…., c’ était dans un cadre privé. Je n’ai jamais voulu rendre cette conversation publique. C’est le procureur qui l’a fait et pas moi Alain.»

3e jour Marcel procès
L’animateur Alain Alain

Sauf que le juge ne lui avait pas encore notifié des pièces accablantes qu’il a à son sujet. « Avez-vous écrit que le capitaine est sanguinaire ?» interroge le juge qui regarde Alain Alain droit dans les yeux. Comme depuis le début du procès, l’animateur a répondu par l’affirmative.

Et de préciser que : «Je n’ai pas précisé de quel capitaine il est question. Il y a eu un moment où des gens sont morts. Le président n’a pas réagi pendant plusieurs jours. J’étais choqué. C’est pour ça que je l’ai traité de sanguinaire. Je me suis dit que s’il n’a rien dit, il est capable d’exterminer des gens pour son pouvoir », déclare-t-il à la barre.

Selon le procureur, Alain Alain a eu des conversations avec l’activiste Naïm Touré. Dans ces échanges, l’animateur encore appelé «l’homme de Boulvanka» a dit : « Vivement que le régime tombe. Il faut que ça pète dans ce pays ». Mais, fait-il comprendre, cela n’exprime pas une haine mais une opinion. 

Il a aussi eu des échanges avec l’activiste Aminata Rachow. « Le contenu de ma conversation avec l’activiste Aminata Rachow était juste une opinion M. le procureur. Après ce jour, je ne l’ai plus écrit. J’ai l’impression que le procureur m’accuse de complot » a déclaré le prévenu. 

Dans ce dossier, le procureur soupçonne un coup d’État. Il soutient que tous les échanges qui ont eu lieu entre les prévenus portaient à croire qu’ils voulaient déstabiliser le pays puisqu’ils parlent de Transition consensuelle.

« C’est vrai qu’ils ne sont pas poursuivis pour tentative d’atteinte à la sûreté de l’État, mais, les actes posés y ressemblent beaucoup M. le président » a dit le procureur. 

Le plan «machiavélique» de Marcel Tankoano et autres, minutieusement préparé selon le juge, consistait à faire les audios; provoquer un affrontement devant le palais du Mogho Naaba; couper internet dans le pays, couper l’électricité également; créer le chaos et enfin demander le départ du président de la Transition, le capitaine Ibrahim Traoré.

L’audience reprend le samedi 24 juin 2023 avec les réquisitions du procureur et les plaidoiries des avocats de la défense.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : Rémunération des prestations spécifiques, les décrets y relatifs abrogés

(Ouagadougou, 12 juin 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé ce mercredi, l’hebdomadaire Conseil des ministres. Selon...

Burkina : Un obus tombe dans la cour de la Télévision nationale

Un obus est tombé, dans la soirée de ce 12 juin 2024, dans la cour de la Télévision nationale du Burkina. Par la rédaction Les réseaux...

Campagne anti-larvaire au Burkina : le ministère de la santé à l’offensive contre le palu et la dengue

Le ministre en charge de la santé, Robert Kargougou, a lancé, le mardi 11 juin 2024 à Ouagadougou, les activités de lutte anti-larvaire. Des...

Charte révisée de la Transition : Harouna Dicko interpelle le Conseil constitutionnel

Le citoyen Harouna Dicko n’est pas d’accord avec certaines dispositions de la nouvelle Charte de la Transition issue des Assises nationales du 25 mai...

BEPC 2024 : Un taux de succès de 35,79% au premier tour dans le Plateau central

Le jury I de Ziniaré a proclamé les résultats du premier tour de l’examen du BEPC 2024 le mardi 11 juin 2024. Des candidats...
spot_img

Autres articles

Burkina : Rémunération des prestations spécifiques, les décrets y relatifs abrogés

(Ouagadougou, 12 juin 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé ce mercredi, l’hebdomadaire Conseil des ministres. Selon...

Burkina : Un obus tombe dans la cour de la Télévision nationale

Un obus est tombé, dans la soirée de ce 12 juin 2024, dans la cour de la Télévision nationale du Burkina. Par la rédaction Les réseaux...

Campagne anti-larvaire au Burkina : le ministère de la santé à l’offensive contre le palu et la dengue

Le ministre en charge de la santé, Robert Kargougou, a lancé, le mardi 11 juin 2024 à Ouagadougou, les activités de lutte anti-larvaire. Des...

Charte révisée de la Transition : Harouna Dicko interpelle le Conseil constitutionnel

Le citoyen Harouna Dicko n’est pas d’accord avec certaines dispositions de la nouvelle Charte de la Transition issue des Assises nationales du 25 mai...

BEPC 2024 : Un taux de succès de 35,79% au premier tour dans le Plateau central

Le jury I de Ziniaré a proclamé les résultats du premier tour de l’examen du BEPC 2024 le mardi 11 juin 2024. Des candidats...