spot_img

Assassinat de Thomas Sankara: « La campagne lutte contre l’impunité, justice pour Thomas Sankara continue», Mariam Sankara.

Publié le : 

Publié le : 

Ceci est un message de Mariam Sankara, à l’occasion de la commémoration du 35e anniversaire de l’assassinat de son époux Capitaine Thomas SANKARA, le père de la révolution burkinabè. 

La date du 6 Avril 2022 restera gravée dans l’Histoire de notre pays comme un moment important au cours duquel la justice du Burkina Faso a sanctionné les assassins du Président Thomas Sankara et ses 12 compagnons d’infortune.

Encore une fois, je tiens à vous remercier, toutes et tous, de votre soutien avant et pendant ce premier volet du procès. Mes remerciements vont aux avocats des familles, aux animateurs de la campagne de la « lutte contre l’impunité, justice pour Thomas Sankara », à l’Afrique militante en général, aux associations du Burkina, à la Diaspora, au peuple burkinabé et aux amis du Burkina Faso.

Nous devons toutefois savoir que notre lutte n’est pas finie. Dans une prochaine étape, il sera question du volet international du procès Thomas Sankara et ses 12 compagnons, volet devant faire la lumière sur les complicités extérieures de ces assassinats.

Par conséquent, cette situation nous oblige à rester vigilants et patients car il nous faut franchir une étape décisive. La campagne « lutte contre l’impunité, justice pour Thomas Sankara » continue. Nous ne devons pas nous laisser distraire par ceux-là même qui n’ont jamais voulu de ce procès.

A la suite de ce premier volet du procès Sankara, l’idée d’une réconciliation a été relancée ces derniers temps par les autorités du Burkina. Nous, membres de la famille Sankara, avons trouvé cette idée judicieuse pour la stabilité et la cohésion durable de notre pays. Car notre quête de justice n’est pas motivée par un sentiment de vengeance ou de revanche. Mais comme vous le savez, la condamnation de Blaise Compaoré – malgré sa demande de pardon écrite et lue – est toujours valable.

La réconciliation nationale ne saurait se faire dans l’oubli des normes judiciaires requises. Acter une justice à deux vitesses, reviendrait à légitimer l’existence des citoyens de première et de seconde zone. Une réconciliation irrespectueuse de nos juridictions ne saurait assurer la cohésion sociale.

Le Burkina, comme nous le savons tous, traverse une période grave de son Histoire du fait de la déstabilisation qui lui est imposée par des terroristes soutenus par des forces de l’ombre. Ces forces veulent rayer notre pays de la carte du monde. Ce projet est inacceptable.

Nous devons tous opter pour le soutien de nos forces de sécurité, des familles des victimes et des déplacés de guerre qui se comptent par milliers.

Certes, nous devons compter sur nos propres forces, mais il est impératif que nous fassions, au besoin, recours aux partenaires honnêtes et crédibles.

Puisse le patriotisme burkinabè nous servir de boussole pour la victoire finale contre le terrorisme, pour la cohésion sociale et pour la prospérité de notre pays.

La patrie ou la mort, nous vaincrons !

Montpellier le 15 octobre 2022

Madame Mariam Sankara

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Le Burkina a un besoin en électricité de 550 mégawatt

Le besoin en électricité du Burkina Faso est actuellement de 550 mégawatt, informe le directeur général de la SONABEL, Souleymane Ouédraogo, le 22 février...

Burkina : 20 ans d’existence de Compassion International, « 182, 16 milliards de F CFA investis pour les enfants », Issaka Kiemtoré

«L’ONG Compassion International Burkina Faso» a organisé ce jeudi 22 février 2024 à Ouagadougou, une cérémonie officielle pour rendre gloire au Seigneur et reconnaissance...

Sécurité: à Tougan les populations saluent le retour régulier des convois

Les déplacements des populations de Tougan, sont de moins en moins pénibles depuis quelques semaines. Et pour cause, les convois escortés par les Forces...

Burkina : Dr Ablassé Ouédraogo au front, son parti dénonce une «punition déguisée »

Le parti Le Faso Autrement dit se réjouir de voir son président Dr Ablassé Ouédraogo faire signe de vie le 19 février 2024, 60...

Burkina : un décret pour permettre de dénoncer les mauvaises pratiques dans l’administration publique

Le Président de la Transition, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé ce mercredi 21 février 2024, le Conseil des ministres qui...
spot_img

Autres articles

Niger : Les autorités mettent fin aux fonctions de ses Consuls Honoraires dans 19 pays

Le gouvernement du Niger a décidé, le  mercredi 21 février 2024, de mettre fin aux fonctions de Consuls Honoraires du Niger dans 19 pays.  Par...

Sénégal : le président Macky Sall s’insurge contre la communauté internationale

Dans une interview diffusée en direct à la télévision nationale Sénégalaise, ce jeudi 22 février 2024, le chef de l’État sénégalais, Macky Sall était...

Côte d’Ivoire : La mesure de suspension de l’exportation des produits vivriers levée

Dans un communiqué rendu public le 22 février 2024, le gouvernement ivoirien lève la mesure de l'exportation des produits de grande consommation. Par Jean François...

Niger : découverte d’armes de guerre, Niamey accuse la France

Une cache d’armes de guerre a été découverte à Niamey la capitale du Niger, dont les images ont été diffusées à la télévision nationale,...

Burkina : «Si d’autres pays prennent des mesures contre nos compatriotes, cela sera réciproque », Ministre Mahamadou Sana

Le ministre délégué chargé de la Sécurité, Mahamadou Sana, a clarifié les nouvelles mesures relatives aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers, ainsi...