spot_img

Burkina: Étudiante, Fatimata Compaoré crée son entreprise de tricotage

Publié le : 

Publié le : 

Fatimata Compaoré est une étudiante en 2eme année de sciences de la vie et de la terre et également formatrice en tricotage. Elle tricote des habits pour bébé, des nuisettes, des sacs. Nous sommes allés à sa rencontre ce 02 janvier 2024 à Ouagadougou.

Par Emilienne Compaoré

Mardi 02 janvier 2024. Il est 11h au quartier Wapassi de Ouagadougou. Nous sommes dans la boutique de Fatimata Compaoré, la jeune entrepreneure spécialisée en tricotage.

Assise sur une chaise en plastique, un crochet à la main, les 10 doigts agiles en mouvements synchronisés, Fatima Compaoré confectionne ainsi des habits, des chemises, à base de laine et du crin.

Avec sourire, elle explique que cet endroit ( là où nous l’avons rencontrée, ndlr) abrite sa petite entreprise. « C’est ici que je travaille et je forme également mes apprenties» dit-elle.

Fatimata Compaoré tricotage étudiante
Fatimata en train de tricoter un vêtement

Cela fait deux ans qu’elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat notamment dans le tricotage alors qu’elle est encore étudiante en 2è année de la science de la vie et de la terre.

Son amour et sa passion pour le métier font d’elle une tricoteuse professionnelle qui confectionne plusieurs modèles d’habits tels que « les nuisettes, les complets pour homme et femme, les habits pour bébé, et également des sacs».

« Mes débuts n’ont pas été faciles.» se souvient Fatima qui a dû suivre des formations et stages de perfectionnement.

Aujourd’hui, elle a la maîtrise de son métier et dit le valoriser à travers la qualité de ses produits, entendez par là, les habits qu’elle met sur le marché.

Elle explique qu’en fonction des modèles le prix varie selon le modèle de l’habit et se situe entre 2500 à 15.000 F CFA et même au-delà.

Fatimata Compaoré tricotage étudiante
Vêtements pour enfants fabriqués par Fatimata Compaoré

Entrepreneure-étudiante

Elle n’a pas attendu de finir ses études pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Elle allie les deux avec succès. Seulement, cela appelle à plus de rigueur et de méthode.

Fatimata dit s’organiser de manière à ne pas perturber ses cours. « Je m’organise de sorte à pouvoir suivre mes cours même si ce n’est pas tous les jours ».

Mais « le jour où j’ai un devoir, je laisse le travail à mes apprenantes avec des consignes et explications de manière à ce que tout se passe bien en mon absence.» souligne-t-elle.

Comme dans toutes les activités, les difficultés ne manquent pas. « Les difficultés que je rencontre, c’est au niveau des apprenantes puisque les gens ne sont pas les mêmes. Il y a certaines qui apprennent rapidement et d’autres ce n’est pas le cas» informe la jeune entrepreneure.

A cela, elle ajoute :« il y a certains qui donnent le modèle et après ils reviennent dire que ce n’est pas ce qu’ils voulaient. Et je suis obligé de défaire et recommencer ».

Fatimata ne baisse pas les bras. Elle envisage se perfectionner davantage dans le métier de tricotage et ouvrir une grande boutique pour ses habits.

Mais déjà, elle organise des formations et dit avoir à son compte plusieurs apprenantes formées.

Fatimata Compaoré tricotage étudiante
Amseta Sama, apprenante

Amseta Sama est l’une de ses apprenantes. Elle trouve intéressante la formation. « J’ai vu ses publications sur Facebook et je l’ai contactée. Elle m’a accueillie à bras ouvert».

«A mes débuts je ne comprenais rien mais maintenant je sais déjà comment tricoter un habit grâce à ses explications » ajoute Amseta.

Parmi les clients rencontrés, Mohamed Belem trouve magnifique les produits qu’il a achetés. « Ses habits sont magnifiques. J’ai payé pour ma femme et quand elle porte c’est joli à voir. Elle fait vraiment bien son boulot» a dit Mr Belem.

Fatimata Compaoré tricotage étudiante
Mohamed Belem, client de la jeune entrepreneure

Safiatou Ouédraogo est également l’une de ses clientes. Pour elle, les produits de Fatimata sont de qualité.

« Je peux dire que ses produits sont très bien faits. Quand tu portes tu envie de revenir acheter d’autres » conclut-elle.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : Un culte d’action de grâce pour célébrer les 20 ans d’existence de Compassion International

La célébration des 20 ans d’existence de l’ONG Compassion International Burkina a pris fin le 24 février 2024, avec un culte d’action de grâce ...

Dori : la communauté catholique d’Essakane-village victime d’une attaque terroriste

Dans un communiqué en date du dimanche 25 février 2024, le diocèse de Dori (région du Sahel du Burkina) porte à la connaissance de...

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Mohamed Bazoum résidence surveillée

Ouagadougou: meurtre d’un soldat, le présumé assassin aux arrêts

Dans la nuit du 23 au 24 février 2024 aux environs de 04 heures, la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin relevant de la...

Transformation de tomate au Burkina : les travaux de construction de l’usine en marche

Le Directeur de cabinet du Président de la Transition, le Capitaine Martha Céleste Anderson Médah, a effectué, le vendredi 23 février 2023, une visite...
spot_img

Autres articles

Burkina : Un culte d’action de grâce pour célébrer les 20 ans d’existence de Compassion International

La célébration des 20 ans d’existence de l’ONG Compassion International Burkina a pris fin le 24 février 2024, avec un culte d’action de grâce ...

Dori : la communauté catholique d’Essakane-village victime d’une attaque terroriste

Dans un communiqué en date du dimanche 25 février 2024, le diocèse de Dori (région du Sahel du Burkina) porte à la connaissance de...

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Mohamed Bazoum résidence surveillée

Ouagadougou: meurtre d’un soldat, le présumé assassin aux arrêts

Dans la nuit du 23 au 24 février 2024 aux environs de 04 heures, la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin relevant de la...

Transformation de tomate au Burkina : les travaux de construction de l’usine en marche

Le Directeur de cabinet du Président de la Transition, le Capitaine Martha Céleste Anderson Médah, a effectué, le vendredi 23 février 2023, une visite...