spot_img

Burkina/Tougan: jeûne musulman, « il y a des jours où il n’ y a rien à manger », déplacé interne

Publié le : 

Publié le : 

Entre abstinence et privations, les populations de Tougan, dans la province du Sourou observent depuis, le 11 mars 2024, le jeûne musulman, l’un des cinq piliers de l’islam. Cette période de pénitence est particulièrement difficile pour les déplacés internes rencontrés, le dimanche 24 mars 2024, dans un foyer au secteur 7 de la ville. Elle racontent au micro de libreinfo.net

Brice Alex, Correspondant dans le Sourou

Il est 18 heures 25 minutes. C’est l’heure de la rupture du jeûne. Sur un site de déplacés internes situé au secteur 7 de Tougan, jeunes, hommes et femmes sont assis autour des plats modestes. L’ambiance est morose et les difficultés sont perceptibles.

Et M Y originaire de Dounkou n’hésite pas à raconter le calvaire qu’il vit en cette période du jeûne. «Le jeûne a commencé. Mais à cause de la situation, nous souffrons et souvent nous n’arrivons pas à avoir de quoi rompre le jeûne».

Selon lui, : «J’ai acheté deux bols de mil pour en faire de la farine. J’en ai fait un mélange avec de l’eau pour boire ». Ce qui, du reste, est insuffisant, dit-il.

Ceci l’amène à se plaindre de l’attitude des autorités qui ne leur sont pas venues en aide. «Depuis le début du carême, nous n’avons rien reçu des autorités ou des associations. »

Et comme alternative, dit-il : « les enfants vont chercher du bois aux alentours de la ville avec tous les risques. C’est ce qu’on vend pour acheter de quoi préparer pour la famille ».

Originaire de Diouroum, cette mère de famille, K. Z. évoque les difficultés de plusieurs ordres pendant ce mois du Ramadan et bien avant : « Nous sommes toujours confrontés à des difficultés de logement, d’alimentation et d’eau. Mais le manque de vivres est notre plus gros soucis. On a vraiment besoin de soutien des autorités ».

A côté d’elle, D. K.déplacée originaire de Loroni déclare que sur le site chacun se débrouille : « Nous mangeons le peu de nourriture dont nous disposons le matin pour jeûner. Nous n’avons pas assez de moyens et le soir nous faisons du Zoom-koom pour la rupture. Il n’y a pas de mil. Il faut chaque fois en acheter. Pourtant, nous n’avons plus d’argent et tout est cher ».

De son côté, A. Y. père de famille, éprouve des difficultés pour préparer le jeûne. Ce qui fait qu’il remplit difficilement cette obligation : « Franchement on se débrouille ici pour pouvoir jeûner. Nous sommes vraiment en manque de nourriture. Nous sommes très nombreux dans la famille et la nourriture ne suffit pas. »

Il fait comprendre qu’il « faut avoir à manger avant de jeûner. Donc il y a des jours où il n’ y a rien. Donc, c’est difficile de jeûner ».

Les prières et invocations de la communauté musulmane dans cette partie du Burkina en ce mois de Ramadan sont surtout orientées vers le retour de la paix et de la quiétude.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : deux projets de 75 milliards FCFA pour soutenir les chaînes de valeur agricole

Le ministre délégué en charge des Ressources animales, Dr Amadou Dicko a procédé, ce 21 mai 2024, à Ouagadougou, au lancement du projet de...

Burkina/ Province de la Tapoa: la population demande à l’État plus de sécurité

A l’occasion d’une manifestation, ce 18 avril 2024, à  Diapaga dans la province de la Tapoa, dans la région de l’Est, la population a...

Coopération : Moscou veut renforcer les relations bilatérales avec le Burkina

Le ministre des Affaires étrangères, Karamoko Jean Marie Traoré, accompagné de la ministre en charge de la Coopération régionale, Stella Eldine Kabré, ont reçu,...

Burkina Faso : la CAMEG redevient une société d’État

Au Burkina Faso, le conseil des ministres de ce 27 mars 2024 a adopté un décret portant approbation des statuts de la Centrale d’achat...

Procès Adama Siguiré : Me Farama espère une décision contre des «mensonges éhontés »

À l’issue des plaidoiries du procès CGT-B contre l’écrivain Adama Siguiré, le 26 mars 2024, à Ouagadougou, Me Prosper Farama, l’un des avocats de...
spot_img

Autres articles

Burkina Faso : Sigma Corporation Afrique honore les acteurs clés à travers OPUIS Awards

Ouagadougou, le 25 mai 2024 - Ce samedi s’est tenu à la salle Canal Olympia de Ouaga 2000, un évènement historique au pays des...

LONAB : des travailleurs exigent le départ du directeur général

Plusieurs travailleurs de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) sont sortis de leurs bureaux ce 27 mai 2024. Ils exigent, en effet, le départ du...

Ouahigouya : Une journée culturelle du Bloc Bangarin pour promouvoir la paix

Le lundi 27 mai 2024, le Bloc Bangarin, dans la circonscription d’éducation de base de Ouahigouya 2, ville située dans la région Nord du...

Éliminatoires coupe du monde 2026 : Brama Traoré dévoile la liste des Étalons 

Les Étalons affrontent l’Égypte le 6 juin et la Sierra Leone le 10 juin 2024. Pour ces deux matchs, le coach des Étalons, Brama...

Éliminatoires Coupe du monde 2026: La raison de l’absence de Bertrand et de  Issoufou

Le coach des Étalons, Brama Traoré, a dévoilé ce 27 mai 2024 à Ouagadougou, la liste des 23 joueurs sélectionnés. Au nombre de ceux-ci...