Home A la une Burkina: L’Organisation des peuples africains section du Burkina Faso (OPA-BF) demande la...

Burkina: L’Organisation des peuples africains section du Burkina Faso (OPA-BF) demande la démission de l’équipe de la Céni

L’Organisation des peuples africains section du Burkina Faso (OPA-BF), a demandé la démission de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), au regard des défaillances dans l’organisation du double scrutin. C’est le président de l’organisation, Me Ambroise Farama qui a fait l’annonce ce 28 novembre 2020 à Ouagadougou. C’est au cours d’une conférence de presse sur l’appréciation du parti sur le processus électoral en cours et les perspectives.

Par Siébou Kansié

L’OPA-BF a participé à la présidentielle et aux législatives dans 15 provinces du pays. Selon les résultats provisoires de la présidentielle publiés par la Céni le 26 novembre 2020, Me Ambroise Farama, candidat du parti, occupe la 10e place sur 13, avec 0,90% des voix. Quant aux législatives, le parti n’a pas obtenu de siège.

Des résultats selon Me Farama, qui ne satisfont pas le parti, car en deçà des attentes. Néanmoins, le parti a salué l’ensemble des acteurs qui ont accompagné ses candidats durant la campagne couplée.

Pour le parti, l’ambition en présentant un candidat à la présidentielle, était « d’offrir au peuple burkinabè la chance de voir mettre en œuvre un programme de gouvernance de rupture, de renaissance, de nouvel espoir et d’engagement sur la voie d’un développement endogène, équilibré, équitable et durable. »

Les urnes ont parlé, le président sortant Roch Kaboré est reconduit. Le changement tant attendu et espéré selon Me Ambroise Farama, n’a pas eu lieu. Le parti en s’inclinant devant les choix du peuple dit-il, constate avec regret que les populations qui votent, « ont été formées pendant des décennies, à rechercher et se contenter de profit immédiat même dérisoire, à la tête du client. »

L’OPA-BF demande la démission en toute responsabilité de la Céni

 Dans l’organisation du double scrutin, la commission électorale nationale indépendante n’a pas été à la hauteur des attentes. Elle « a été grandement défaillante » selon le parti. Parmi les insuffisances relevées, il ressort entre autres, l’absence de certains documents du processus électoral, la répartition inappropriée des bulletins de vote d’une province à une autre, la suppression illégale des bureaux de vote, la restriction de la liberté de certains candidats par des Koglweogo et des volontaires pour la défense de la patrie.

Ces manquements à en croire le parti révolutionnaire, devraient être décriés par l’ensemble des acteurs politiques. Cependant, la majorité présidentielle « semble vouloir se mettre sous la défensive et de facto vouloir défendre la Céni qui, en son âme en conscience devrait en tiré toutes les conséquences de droit. » Une posture qui fait croire au parti, que le dysfonctionnement électoral profite au camp présidentiel.

Au regard des insuffisances de la Céni « qui semble avoir du mal à reconnaître les imperfections, dans l’organisation des élections, nous leur demandons en toute responsabilité, de démissionner afin qu’une nouvelle équipe crédible puisse être installée afin de préparer sans suspicion aucune, les élections municipales », a demandé l’OPA-BF.

Le parti dit rester attaché aux principes de la démocratie. L’OPA-BF qui n’a pas encore félicité Roch Kaboré provisoirement réélu, promet de le faire si toutefois, le Conseil constitutionnel valide définitivement son élection. L’organisation marque aussi sa disponibilité à travailler avec le président qui sera élu si besoin est,pour le renforcement de la démocratie, et pour l’intérêt du peuple burkinabè.

www.libreinfo.net