spot_img

Burkina : À la découverte de 3 femmes passionnées de la soudure à Ziniaré

Publié le : 

Publié le : 

Trois jeunes femmes, passionnées de soudure métallique, sont en stage de perfectionnement dans divers ateliers de la ville de Ziniaré, province de l’Oubritenga au Burkina. Mais chacune se retrouve unique femme au milieu de jeunes hommes dont certains sont également en apprentissage. Découverte.

Par Natabzanga Jules Nikièma

3 femmes dans un métier réservé aux hommes : la soudure métallique. Malgré certaines difficultés, Honorine, Pélagie et Ruth ne baissent pas les bras.

Déterminées, elles rêvent de parachever leurs apprentissages et de créer, à l’avenir, leurs propres entreprises. Mais qui sont-elles ?

Honorine Sawadogo, âgée de 24 ans, est mariée et mère d’un garçonnet. Sa scolarité s’est limitée à la classe de cours moyen première année de l’école primaire.

Honorine Sawadogo, âgée de 24 ans
Honorine Sawadogo, âgée de 24 ans

Quant à Pélagie Sawadogo, elle a 20 ans. Elle est fiancée et ses études se sont limitées à la classe de 6e du collège.

Pélagie Sawadogo, 20 ans
Pélagie Sawadogo, 20 ans

Et Ruth Zongo, 21 ans, titulaire d’un Brevet de qualification professionnelle (BQP), a échoué à deux reprises à l’examen du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) du secondaire.

Ruth Zongo, 21 ans
Ruth Zongo, 21 ans

Formation et motivation

Honorine et Pélagie sont issues d’un centre d’apprentissage. Ruth, quant à elle est formé au Centre de formation professionnelle de référence de Ziniaré (CFPRZ).

Pour la plus âgée, Honorine Sawadogo, le coût de sa formation s’élève à 150 000 F.CFA à raison de 75 000 F. l’an durant deux ans. « Je l’ai assuré moi-même » dit-elle en hochant la tête.

Chez la plus jeune, Pélagie Sawadogo, les frais ont été versés par une association de bienfaisance.

De son côté, Ruth Zongo indique que « c’est son oncle qui les a payés.» Dans leurs différents lieux de formation, elles révèlent, chacune, avoir été l’unique fille dans cette filière.

Les choix de ces filles sont personnels et elles disent les assumer. Honorine fait son stage au secteur 4 de Ziniaré, quartier Guiloungou, situé à 5 km de Koassanga son village.

Elle rallie quotidiennement son lieu de stage à vélo, avec son garçonnet de deux ans et demi qu’elle emmène.

« Il y avait d’autres métiers mais j’ai retenu celui-là. » explique-t-elle. Elle poursuit confiante : « J’ai trouvé le métier plaisant et passionnant. J’ai estimé que je réussirai dans ce domaine plus tard ». 

A la fin de sa formation en 2018, elle avait bénéficié de matériels, don d’une association. « Mais, du fait de manque de frais d’installation, elle n’avait pas pu ouvrir d’atelier.» déplore-t-elle.

Quant à Pélagie Sawadogo, résidente du secteur 1 de Ziniaré, elle affirme maîtriser déjà le métier. Le manque de commandes la décourage, estime-t-elle. « Au début, mes parents étaient inquiets sur mon choix» dit-elle.

Des garçons qui apprenaient avec elles ont déjà abandonné ajoute-t-elle avant d’affirmer: « Je voulais exercer un métier d’homme, voilà pourquoi, j’ai opté pour la soudure. »

Selon Ruth Zongo, son choix a été simple : « En voyant les soudeurs travailler, cela me donnait l’envie et le plaisir de découvrir leur métier

Des témoignages…

Wendingoudi Zoungrana est l’oncle de Ruth Zongo. C’est lui qui a assuré les frais de formation de sa nièce. Il l’encourage à persévérer. « C’est son choix. On a confiance qu’elle réussira. C’est pourquoi je l’ai accompagnée », explique-il.

Pour Pascal Sawadogo, chef d’atelier, l’apprentissage de Pélagie Sawadogo se déroule depuis deux ans. « Elle est curieuse et apprend bien. Elle arrive déjà à fabriquer quelques objets », apprécie-t-il.
Au début, les jeunes femmes subissaient les moqueries des hommes.

Leurs décisions ont connu des critiques et des oppositions. « 70% des gens qui apprenaient mon choix de la soudure s’y opposaient » raconte Ruth Zongo.

Selon Pélagie Sawadogo, certains élèves curieux qui les voient travailler se moquent d’elles tandis que d’autres les encouragent.
Mais aujourd’hui, elles disent que ces mêmes personnes les admirent et les regardent comme des curiosités.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Ouagadougou : 48 heures pour l’intégration culturelle de l’Afrique Centrale

L'association Team Canards a tenu le samedi 25 mai 2024 la 2ème édition des 48h de la culture d'Afrique Centrale à Ouagadougou. Il s'agit...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...

Football: le Bayer Leverkusen d’Edmond Tapsoba remporte la coupe d’Allemagne

Le Bayer Leverkusen a remporté ce samedi 25 mai 2024, la coupe d'Allemagne pour la deuxième fois de son histoire après 1993. Le Bayer...

Burkina : le capitaine Ibrahim Traoré, éligible à la présidentielle après la Transition

Le chef de l'État, le capitaine Ibrahim Traoré a signé ce 25 mai 2024, la charte de la transition modifiée. Laquelle charte prévoit la...
spot_img

Autres articles

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Ouagadougou : 48 heures pour l’intégration culturelle de l’Afrique Centrale

L'association Team Canards a tenu le samedi 25 mai 2024 la 2ème édition des 48h de la culture d'Afrique Centrale à Ouagadougou. Il s'agit...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...

Football: le Bayer Leverkusen d’Edmond Tapsoba remporte la coupe d’Allemagne

Le Bayer Leverkusen a remporté ce samedi 25 mai 2024, la coupe d'Allemagne pour la deuxième fois de son histoire après 1993. Le Bayer...

Burkina : le capitaine Ibrahim Traoré, éligible à la présidentielle après la Transition

Le chef de l'État, le capitaine Ibrahim Traoré a signé ce 25 mai 2024, la charte de la transition modifiée. Laquelle charte prévoit la...