spot_img
spot_img

Sénégal : les féministes dénoncent le faible taux de femmes dans le gouvernement

Publié le : 

Publié le : 

Le Réseau des féministes du Sénégal (RFS) dénonce le faible pourcentage des femmes dans le nouveau gouvernement, dans un communiqué du 6 Avril 2024. Il se dit consterné par le faible taux de participation des femmes dans le gouvernement.

Par Emilienne Compaoré

Dans un communiqué du 6 Avril 2024, le Réseau des féministes du Sénégal ( RFS) dénonce le faible pourcentage des femmes dans le gouvernement de Ousmane Sonko. 

Il a réagi également sur le changement opéré sur la dénomination du ministère de la femme.

« Les femmes ne représentent donc que 13,33% dans ce gouvernement dit de rupture, d’inclusion et d’équité» , lit-on dans le communiqué.

Selon ce réseau un gouvernement «paritaire était effectivement possible, attendu et souhaité surtout venant d’un régime qui dit vouloir travailler pour plus de justice sociale».

Il poursuit : « Nous constituons la moitié de la population du Sénégal. Ce poids démographique ne se reflète pas dans la représentation des femmes aux instances et processus de prise de décision».

Il a tenu  également à rappeler que  le gouvernement sénégalais a approuvé sans réserve « le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique (Maputo) ». 

Le Réseau des féministes du Sénégal indique par ailleurs que depuis 2001 la Constitution sénégalaise reconnaît que « les hommes et les femmes sont égaux en droit ». 

Ces instruments garantissent selon les féministes du Sénégal, l’accès équitable des hommes et des femmes à la prise de décision et à l’exercice des responsabilités civiques et politiques.

En outre, le réseau dit constater le changement de la dénomination du Ministère de la Femme, de la Famille, de l’Equité et du Développement communautaire en Ministère de la Famille et des solidarités.

« Le choix d’enlever le terme “femme” du ministère nous amène à penser que le statu quo sera maintenu, que des compromis seront faits avec nos droits. Cela ne présage ni d’un engagement clair pour l’équité et l’égalité ni d’une réelle prise en compte de nos besoins spécifiques» a-t-il souligné.

Il espère qu’avec le décret portant répartition des services de l’Etat, la direction de l’équité et de l’égalité de genre demeurera, en soulignant que la « nécessité d’une amélioration tant qualitative que quantitative de la participation des femmes au niveau gouvernemental se pose avec acuité».

Le Réseau des féministes du Sénégal, créé en 1992, vise à contribuer au renforcement de la position et du pouvoir de décision des femmes dans les ONG et Associations.

Et ceci  à travers des actions de communication, d’information et de formation, afin que ces femmes soient davantage prises en compte, intégrées et associées aux actions de développement, tant au niveau local que national.

 Le 5 avril 2024, Ousmane Sonko, premier ministre du Sénégal a révélé la liste de ces ministres composée de 25 membres dont 4 femmes.

 www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...