spot_img
spot_img

Lutte contre le terrorisme : vers l’activation de la force en attente de la CEDEAO

Publié le : 

Publié le : 

La CEDEAO souligne l’impérieuse nécessité de mettre l’accent sur la diplomatie et l’esprit d’unité, face aux défis qui se posent à l’échelle régionale, comme le retrait du Burkina, du Mali et du Niger de l’espace communautaire. Dans le compte rendu du Conseil de Médiation et de Sécurité (CMS) publiée, ce 13 février, l’institution sous-régionale annonce l’activation de sa force en attente pour lutter contre le terrorisme. 

Par Nicolas Bazié

«Dialogue», «réconciliation», «unité» sont désormais les mots les plus utilisés par la CEDEAO, pour régler les problèmes auxquels elle fait face depuis que les militaires sont arrivés au pouvoir au Niger, au Mali et au Burkina. Surtout leur décision de se retirer de la communauté.

Lors de la session extraordinaire du Conseil de médiation, informe la CEDEAO, les participants se sont « penchés sur le problème urgent du terrorisme». 

« Une décision importante prise à cet égard est celle concernant l’appel à l’activation de la force en attente de la CEDEAO, pour lutter contre la menace existentielle du terrorisme qui plane sur la communauté, y compris sur le Burkina, le Mali et le Niger », lit-on dans le compte rendu de la rencontre, publié sur la page Facebook de la CEDEAO.

L’espace communautaire précise même qu’en dépit des sanctions imposées à leur encontre, « la CEDEAO a continué de soutenir ces pays dans leurs efforts de lutte contre le terrorisme».

Pourtant, dans leur décision de se retirer de l’institution sous-régionale, les pays de l’AES ont avancé des raisons selon lesquelles la CEDEAO ne leur aurait pas porté assistance, lorsque les groupes armés terroristes ont commencé à gagner du terrain sur leurs territoires.

« Nous sommes passés d’une CEDEAO des Etats à une CEDEAO des Peuples, où les exigences de gouvernance démocratique et de transparence ont une importance primordiale», a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Nigeria et Président en exercice du Comité de médiation et de sécurité, l’Ambassadeur Yusuf Tuggar.

www.libreinfo.net

Articles de la même rubrique

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...
spot_img

Autres articles

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...