spot_img
spot_img

Mémoire : Cheikh Anta Diop et l’idée de fédéralisme des armées africaines

Publié le : 

Publié le : 

Le scientifique, historien, anthropologue et homme politique sénégalais, Cheikh Anta Diop, s’est éteint le 6 février 1986. 37 ans après son décès, son héritage demeure. Lui, qui a « rendu à l’Afrique ce qui appartient à l’Afrique ». Le 18 février 2023 à Ouagadougou, un hommage lui a été rendu à l’université Joseph Ki-Zerbo à travers une grande conférence publique sur la thématique de la sécurité en Afrique.

Par Daouda Kiekieta

Placée sous le thème : « L’œuvre de Cheikh Anta Diop et la problématique de la sécurité en Afrique », cette conférence-débat visait à rendre hommage à l’historien africain Cheikh Anta Diop, qui disait « qu’il n’y a pas de développement sans sécurité ».

En effet, l’égyptologue a consacré tout un pan de savoir sur la question de la sécurité des populations africaines depuis le début des indépendances.

À l’occasion de commémoration du 37e anniversaire de sa disparition, le mouvement « Génération Cheikh Anta Diop (GCAD)» a voulu convoquer ce savoir dans un contexte où les pays ouest africains sont confrontés à une insécurité grandissante liée au terrorisme.

Cheikh Anta Diop
Pr Mahamadé Savadogo, un philosophe (à gauche) et Pr Abdoul Karim Saïdou, maître de conférence agrégé de science politique et conférencier du jour (à droite)

L’anthropologue et homme politique sénégalais, Cheikh Anta Diop, avait préconisé une solution pour parer l’effondrement éventuel des États africains, selon le Pr Abdoul Karim Saïdou, maître de conférence agrégé de science politique et conférencier du jour.

Pr Saïdou enseigne que l’historien faisait du fédéralisme des armées africaines l’une des solutions sinon la meilleure solution pour garantir la sécurité des populations, notamment dans son ouvrage titré « les fondements économiques et culturels d’un État fédéral d’Afrique Noire ».

« Il estimait qu’on n’avait pas d’avenir en dehors d’un État fédéral, notamment l’Afrique l’Ouest » relate le politologue.

Dans cet ouvrage, le penseur Cheikh Anta Diop était convaincu qu’un pays ne peut se développer « sans une armée moderne dotée d’une forte aviation civiquement éduquée, inapte au putsch d’Amérique latine, capable de faire aux tâches historiques ».

Dans son ouvrage intitulé « Civilisation ou Barbarie, « Cheikh Anta Diop nous montre que les questions de sécurité, de conflit armé et de guerre, ont toujours joué un rôle important dans la formation de l’État », raconte Abdoul Karim Saïdou.

Selon Pr Saïdou, l’historien Cheikh Anta Diop a montré que « la sécurité précède le développement », contrairement à la vision de plusieurs chefs d’Etat dans les années 60 comme Félix Houphouët-Boigny qui disait que « chaque franc dépensé dans l’armée est un franc perdu pour le développement ».

Cette vision des chefs d’Etat les a conduite à confier leur sécurité à l’ancienne colonie. « La suite, on la connaît. 40 ans après les indépendances, on se retrouve avec des armées qui ne sont pas en mesure d’assumer leur fonction régalienne » déplore Pr Saïdou.

Une refondation de l’État nation comme solution à la crise actuelle

Selon le Pr Mahamadé Savadogo, philosophe, les États doivent résister à la remise en cause des frontières actuelles de la sous-région qui s’installe avec l’essor du mouvement terroriste.

Cheikh Anta Diop
Pr Mahamadé Savadogo, un philosophe

Le philosophe propose : « Il faut parvenir à reconquérir l’ensemble des territoires occupés. En liaison avec cette tâche, il faut entreprendre une réunification de l’Etat favorisant une consolidation de la conscience nationale ».

Toujours dans la logique de trouver des solutions aux problématiques de la crise sécuritaire concomitante à la résurgence des putschs, le conférencier indique que la Refondation tant clamée dans notre pays devrait être bien conduite pour ne pas à refaire.

Pour ce faire, il estime qu’il faut une dynamique révolutionnaire. « Je ne parle pas de coup d’État. Je parle d’un événement collectif, populaire qui va entraîner les communautés ensemble dans un combat pour un nouveau monde ».

« Seule une telle dynamique peut amener une transformation radicale de la société et conduire à une réinvention de l’État nation sur des bases complètement nouvelles», foi du Pr Mahamadé Savadogo, président du « Manifeste pour la liberté».

Selon Abdoulaye Diallo, secrétaire général de Génération Cheikh Anta Diop(GCAD), cette conférence publique vise à remettre sur pied la GCAD qui a marqué beaucoup les esprits des Burkinabè dans les années 90.

Lire aussi: Coopération : fédération Mali-Burkina-Guinée, un sujet à polémique

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : Rémunération des prestations spécifiques, les décrets y relatifs abrogés

(Ouagadougou, 12 juin 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé ce mercredi, l’hebdomadaire Conseil des ministres. Selon...

Burkina : Un obus tombe dans la cour de la Télévision nationale

Un obus est tombé, dans la soirée de ce 12 juin 2024, dans la cour de la Télévision nationale du Burkina. Par la rédaction Les réseaux...

Charte révisée de la Transition : Harouna Dicko interpelle le Conseil constitutionnel

Le citoyen Harouna Dicko n’est pas d’accord avec certaines dispositions de la nouvelle Charte de la Transition issue des Assises nationales du 25 mai...

BEPC 2024 : Un taux de succès de 35,79% au premier tour dans le Plateau central

Le jury I de Ziniaré a proclamé les résultats du premier tour de l’examen du BEPC 2024 le mardi 11 juin 2024. Des candidats...

Burkina : Six filles symboles de résilience du savoir

De nombreux obstacles obstruent le chemin scolaire des élèves en milieu rural. Réveil aux chants des coqs et du muezzin, fraicheur, traversée de fleuve,...
spot_img

Autres articles

Burkina : Rémunération des prestations spécifiques, les décrets y relatifs abrogés

(Ouagadougou, 12 juin 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé ce mercredi, l’hebdomadaire Conseil des ministres. Selon...

Burkina : Un obus tombe dans la cour de la Télévision nationale

Un obus est tombé, dans la soirée de ce 12 juin 2024, dans la cour de la Télévision nationale du Burkina. Par la rédaction Les réseaux...

Campagne anti-larvaire au Burkina : le ministère de la santé à l’offensive contre le palu et la dengue

Le ministre en charge de la santé, Robert Kargougou, a lancé, le mardi 11 juin 2024 à Ouagadougou, les activités de lutte anti-larvaire. Des...

Charte révisée de la Transition : Harouna Dicko interpelle le Conseil constitutionnel

Le citoyen Harouna Dicko n’est pas d’accord avec certaines dispositions de la nouvelle Charte de la Transition issue des Assises nationales du 25 mai...

BEPC 2024 : Un taux de succès de 35,79% au premier tour dans le Plateau central

Le jury I de Ziniaré a proclamé les résultats du premier tour de l’examen du BEPC 2024 le mardi 11 juin 2024. Des candidats...