spot_img
spot_img

Coupure des salaires: L’Etat burkinabè perd des procès face à des magistrats devant plusieurs tribunaux administratifs

Publié le : 

Publié le : 

Par la Rédaction

Des magistrats burkinabè ont saisi plusieurs tribunaux administratifs en fonction de leurs lieux de travail contre des coupures de salaires opérées par l’Etat. Selon les informations de Libreinfo.net,le tribunal administratif de Ouagadougou saisi le 14 avril dernier par procédure de référé a délibéré ce vendredi 17 avril. Ainsi le tribunal a donné raison aux magistrats qui se plaignent de coupures de salaires pour fait de grève qui a eu lieu du 16 au 20 mars 2020.

A en le secrétaire général du syndicat burkinabè des magistrats (SBM) Moriba Troré contacté par Libreinfo.net ,les coupures du mois d’avril dont les salaires sont positionnés vont de 400 000f à 600 000 fcfa. Pour les coupures du mois de mars contraires aux textes en vigueur selon eux,le gouvernement n’a toujours pas donné des réponses claires.

A Ouagadougou,le tribunal administratif indique que l’exécution intégrale et parfaite de l’injonction de cessation ainsi ordonnée est soumise à une astreinte journalière de 10 millions de fcfa pour chaque jour de retard.

A Diébougou,dans la province de la Bougouriba le tribunal administratif a aussi délibéré ce vendredi 17 avril en faveur des magistrats,a appris Libreinfo.net. Cette décision astreint l’Etat buirkinabè à payer 1 million de fcfa par jour de retard à compter de la notification de la décision.

A Koudougou,le tribunal administratif a ordonné la cessation des retenues dejà positionnées sur les salaires d’avril 2020. Par conséquent,le tribunal renvoie l’Etat à mieux pourvoir.
Notons que plusieurs autres tribunaux administratifs n’ont pas encore délibéré.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Burkina Faso :  les femmes sont les plus exposées au sous-emploi

Selon le rapport thématique 2023 sur l’ inadéquation entre le chômage et la structure informelle de l’économie burkinabè, les femmes sont les plus exposées...

Burkina : l’économie connaît une hausse de 3,0%

Le conseil des ministres s'est tenu le  22 mai 2024 à Ouagadougou. Il en ressort que l’année 2023 a connu une hausse de croissance...

Sécurité et santé au travail: l’OST échange avec ses partenaires à Bobo Dioulasso

L’Office de santé des travailleurs (OST) a organisé le mercredi 22 mai 2024 à Bobo-Dioulasso, une rencontre d’échanges et d’informations avec ses partenaires. C’est...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...