Accueil Economie Fonds minier : une correspondance du ministre des mines à l’association des...

Fonds minier : une correspondance du ministre des mines à l’association des municpalités révolte des jeunes de Houndé

L’espoir suscité par l’adoption de la nouvelle loi portant code minier sous la transition suivi de l’adoption de son décret d’application en janvier 2017, qui affecte le fonds minier pour le développement local destiné à financer les plans régionaux et communaux de développement s’effrite de jour en jour avec l’insolence des sociétés minières à s’exécuter, le tout soutenu par les autorités, avec à leur tête le ministre des mines Oumarou Idani. Les OSC de la Provinces du Tuy reunies au sein de la Coordination des Associations et Mouvements des Jeunes du Tuy (CAMJ-TUY) et la Coordination des Corps socio-professionnels des Jeunes du Tuy (CCJ-Tuy) de leur côté se mobilisent pour contraindre la société minière Houndé Gold opération à remplir ses obligations.

Nous sommes en juillet 2019, la population de Houndé à l’instar des autres communes minières attend encore son fonds minier pour le développement local (FMDL). Cette longue attente est accompagnée par des montées de tensions d’une part, chez les élus locaux des communes qui abritent des sociétés minières qui se sont réunis au sein du réseau des maires des communes minières et d’autre part, l’indignation des organisations de la société civile chez qui, aucune raison ne peut expliquer le retard dans le paiement du fonds minier.

Dans la cité de l’os dur, l’heure n’est plus au sommeil depuis que la CAM-J Tuy et la CCJ-Tuy ont eu connaissances des correspondances du Ministre des mines adressées au président de l’association des municipalités du Burkina dont l’une d’elles faisait objet de la validation des investissements socio-économiques réalisés par les sociétés dans les communes. Dans la correspondance, le ministre informe le président de l’AMBF de la prévision d’un protocole d’accord qui porte modalité de contribution des sociétés minières au fonds minier. Le protocole prévoit donc la déduction des investissements socio-économiques réalisés et attestés au profit des communautés minières ainsi que ceux déjà prévus et budgétisés. La déduction de ses investissements doit se faire après validation des conseils municipaux.

Par exemple, les investissements de HGO pour l’année 2017 s’élèvent à plus de 500 millions de francs CFA. Sur 431 600434 FCFA attendu pour le compte de la même année, seulement 43 160 043 FCFA ont été versée. A en croire la correspondance du ministre, la société minière doit déduire les montants de ses investissements dans les 473 millions.

Déjà les actions se multiplient du côté de Houndé où la CAMJ et la CCJ ne comptent pas baisser les bras. Après une déclaration conjointe dans laquelle elles rejettent la déduction des investissements de la mine du fonds minier, elles ont rencontré le conseil consultatif des chefs coutumiers de Houndé, les organisations socio-professionnelles dont les mécaniciens de Houndé, mais aussi les maires et la coordination des femmes de Houndé.

A travers ces démarches qui vont connaitre une rapide évolution les jours à venir, les deux organisations disent prioriser les sensibilisations et concertations avec les différentes couches de la population de Houndé, seuls moyens de mobiliser la masse.

La coalition prévoit un forum communal sur la question. Elle n’exclut pas une marche sur la société minière HGO pour s’opposer contre la déduction des investissements réalisés sur le fonds minier et contraindre du même coup,  le versement du fonds minier des années 2017, 2018 et 2019. « Nous avons rencontré le député-maire de Houndé par rapport à cette déduction, mais il ne nous convainc pas. Ce qu’ils disent dans les médias ne reflètent pas forcement ce qu’ils disent ou la réalité », nous confie tout peiné un responsable de la CCJ-Tuy.

Des questions se posent encore sur les réelles motivations du ministre à prendre cette décision sur la déductibilité des investissements des sociétés minières sur le fonds minier alors que ces investissements sont des obligations qu’impose la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Après le scandale de charbon fin de la société minière ESSAKAN IAMGOLD, il faudrait craindre un autre feuilleton.

Retrouver en intégralité la lettre du Ministre des mines et des carrières,Oumarou Idani :lettre ministre-1

El Bach
Correspondant province du Tuy
elbach54@gmail.com

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
9 − 8 =