spot_img

Journées nationales du refus de la corruption: le REN-LAC veut renforcer les actions citoyennes

Publié le : 

Publié le : 

Le Réseau National de Lutte Anti-Corruption (REN-LAC) a procédé au lancement des activités de la 18e édition des Journées nationales du Refus de la corruption (JNRC). C’est au travers d’une conférence de presse organisée à Ouagadougou le vendredi 1er décembre 2023.

Par Fred Ido

C’est sous le thème : « Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme : quelle contribution citoyenne ? », que se tiendra du 1er au 9 décembre 2023, la 18e édition des Journées nationales du Refus de la corruption. Telle est l’annonce faite par le REN-LAC devant les Hommes des médias.

A l’occasion de ces journées, a dit le secrétaire exécutif du réseau, Sagado Nacanabo, plusieurs activités seront menées. Il s’agit entre autres, a-t-il précisé, des panels, des émissions radio-télé et des conférences publiques sur l’ensemble du territoire national.

Mais avant, il a indiqué que l’objectif poursuivi est de permettre aux citoyens d’avoir une meilleure compréhension du thème dont « l’action de veille demeure un véritable rempart contre la corruption et les infractions assimilées favorisant le financement du terrorisme. »

En tout cas, pour Sagado Nacanabo, le thème choisi revêt toute son importance en raison de la crise sécuritaire et humanitaire que traverse le pays.

Il serait bien selon le Réseau National de Lutte Anti-Corruption d’aider les populations à travers des débats à détecter les causes, à évaluer les conséquences et à identifier des actions citoyennes contre le blanchissement de capitaux et le financement du terrorisme au Burkina Faso.

C’est en cela que le secrétaire exécutif du REN-LAC a rappelé la tâche première de son réseau en ces termes : «  Fidèle à sa mission d’œuvrer pour la garantie de la bonne moralité et de la transparence dans la gestion de la chose publique, le REN-LAC voudrait inscrire la problématique au cœur du débat public au cours de cette 18e édition des JNRC afin de contribuer au renforcement des actions citoyennes de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme dans notre pays »

Il prévient  que le « financement du terrorisme pourrait donc être un moyen pour faire un blanchiment de capitaux. » avant d’attirer l’attention sur ceci: « Vous voyez que pour que le terrorisme existe, il faut qu’ils aient des armes qui circulent. Il faut qu’ils aient du carburant, des motos, des vivres et beaucoup d’autres choses qui circulent dans la zone où les terroristes sévissent »

 Par conséquent, a-t-il fait ressortir : « Certainement, ça demande de l’argent. Si le terrorisme se développe quelque part, ça donne un terrain propice pour blanchir des capitaux »

A cet effet, le  conférencier sagado Nacanabo informe que le Burkina Faso est classé 34e sur les 152 pays, selon le classement 2023 de l’indice de Bâle sur le blanchissement de capitaux, avec un indice de 6,48 sur 10. Au regard de cet indice, le Burkina Faso est considéré comme un pays où le risque de blanchiment de capitaux et financement du terrorisme est « très » élevé.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Sourou: Prorogation du couvre-feu de 3 mois à Lankoué et Kiembara

Dans un communiqué du 25 février 2024, le Haut-Commissaire du Sourou, Salif Traoré a annoncé la prorogation du couvre-feu dans les départements de Lankoué...

Sénégal : vers une amnistie générale pour les troubles connus par le pays

Le chef de l’État sénégalais Macky Sall a annoncé ce lundi 26 février 2024, un projet de loi d’amnistie générale pour les faits liés...

Procès Adama Siguiré : après 3h de débats, le dossier renvoyé au 4 mars

Le procès en diffamation intenté contre l’écrivain Adama Siguiri est renvoyé au 4 mars 2024.  Par Nicolas Bazié Lorsque le dossier a été appelé, les avocats...

«Enlèvement» de Me Kam : Le Mouvement SENS dénonce une violation des libertés démocratiques au Burkina

Le Mouvement SENS a organisé une conférence de presse , le lundi 26 février 2024 à Ouagadougou, pour dénoncer «l'enlèvement» de leur coordinateur national,...

Coopération: Retrait de l’AES, la CEDEAO énonce les conséquences

Les chefs d’Etats de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont tenu un sommet extraordinaire sur la situation politique, la...
spot_img

Autres articles

Burkina/Sourou: Prorogation du couvre-feu de 3 mois à Lankoué et Kiembara

Dans un communiqué du 25 février 2024, le Haut-Commissaire du Sourou, Salif Traoré a annoncé la prorogation du couvre-feu dans les départements de Lankoué...

Sénégal : vers une amnistie générale pour les troubles connus par le pays

Le chef de l’État sénégalais Macky Sall a annoncé ce lundi 26 février 2024, un projet de loi d’amnistie générale pour les faits liés...

Procès Adama Siguiré : après 3h de débats, le dossier renvoyé au 4 mars

Le procès en diffamation intenté contre l’écrivain Adama Siguiri est renvoyé au 4 mars 2024.  Par Nicolas Bazié Lorsque le dossier a été appelé, les avocats...

«Enlèvement» de Me Kam : Le Mouvement SENS dénonce une violation des libertés démocratiques au Burkina

Le Mouvement SENS a organisé une conférence de presse , le lundi 26 février 2024 à Ouagadougou, pour dénoncer «l'enlèvement» de leur coordinateur national,...

Coopération: Retrait de l’AES, la CEDEAO énonce les conséquences

Les chefs d’Etats de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont tenu un sommet extraordinaire sur la situation politique, la...