Accueil A la une Kua : la Chine en territoire conquis ?

Kua : la Chine en territoire conquis ?

Nom de Dieu ! Pourquoi devons-nous donc choisir entre une forêt classée et un hôpital ? En cette période du réchauffement climatique, ça nous semble être la question la plus bête du monde soumis à un peuple sahélien.

C’est donc la Chine, pays non signataire des accords de Paris sur l’environnement qui doit dicter à ce peuple des “trois luttes” de Thomas Sankara la non-importance d’une forêt historique !

Un hôpital ? Une forêt ? “Choisissez l’un ou l’autre, et faites vite”. Nos amis chinois n’ont pas vraiment pitié de nous. Ou peut-être c’est nous qui n’avons pas pitié de nous-mêmes. On semble être un peuple perdu qui ne sait plus ses valeurs. Non en réalité, c’est Roch Kaboré, qui pris de court de n’avoir rien réalisé dans la deuxième plus grande ville de notre pays, se voit contraint d’accepter n’importe quelle condition des Chinois afin d’avoir un bilan à brandir en 2020 aux populations de Sya.

Ironie de l’histoire, dans les jours à venir, c’est Nestor Bassière, ministre Sankariste de l’Environnement (il est du parti de Me Sankara, l’UNIR/PS) qui devra valider la destruction de la forêt de Kua. Les arguments ne manquent pas : “la partie concernée est déboisée”. Et on nous dit que “les autres terrains ailleurs posent problème”, comme si l’Etat (qui a toujours déguerpi des gens) s’engage désormais à ne plus jamais déguerpir des populations pour quelque projet que ce soit.

Et dans ce contexte pitoyable, les experts (environnementaux) ont été soigneusement laissés de côté, nos textes et procédures aussi. On a fait appel à un maire qui ne sait pas vraiment à quel jeu il joue. Puis on a fait sortir les anciens, les chefs de village pour trancher à la place de la république.

Beaucoup se demandent toujours pourquoi Kua? Il semble que pour les Chinois, Kua, c’est l’emplacement idéale. C’est sur la Nationale 1. Et Pekin tient à la publicité : toute personne qui entre ou sort de Bobo devrait voir le joyau chinois avec son enseigne (en Mandarin svp). Pourquoi aller construire un hôpital dans un endroit qui n’est pas visible au grand public, même si cela veut dire qu’il faut détruire une forêt ?

Certaines langues disent que c’est Pekin qui a fait gommer le nom de Blaise Compaoré de l’hôpital de Tengandogo, construit par Taïwan. Chose qui fut faite immédiatement dans le sillage de la reprise des relations diplomatiques.
On a beau être fier des “3 luttes de Thomas Sankara; on a beau être le fier compatriote de Yacouba Sawadogo qui, à 80 ans, a reçu le 24 septembre 2018 à Stockholm, le Right Livelihood Award 2018, plus connu sous le nom de prix Nobel alternatif, pour son combat contre l’avancée du désert, c’est une honte que de ne pas préserver cet héritage que les générations passées nous ont légué.

La question sera un jour posée par les générations futures : qu’elle a été votre contribution pour lutter contre le réchauffement climatique ? Et on aura honte de dire que les Chinois “ nous ont aidés à arracher nos dernières forêts pour construire des hôpitaux”.

La Rédaction

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
25 − 21 =