Home Politique Mali : IBK s’engage à éradiquer l’insécurité d’ici la fin de son...

Mali : IBK s’engage à éradiquer l’insécurité d’ici la fin de son mandat en 2023

0

Réélu à la tête de l’Etat malien en août dernier avec 67,17% des voix, Ibrahim Boubakar Kéita dans un entretien accordé au magazine Jeune Afrique s’est dit conscient des difficultés que traverse son pays et s’engage à y remédier d’ici á 2023.

Depuis fin 2011, le Mali est confronté à la montée de l’insécurité caractérisée par des attaques meurtrières, des enlèvements et des assassinats. Récemment, le centre du pays a été la cible d’attaques terroristes qui ont coûté la vie à plusieurs centaines de personnes. Arrivé à la tête du Mali dans un contexte sécuritaire déjà délétère, occasionné par la chute de Mouhamar Kadhafi et la destitution de Amadou Toumani Touré, IBK n’aura pas pu en un mandat résoudre la question de l’insécurité.

Et ce, malgré la présence des forces françaises, onusiennes et le G5 sahel, le Mali continue d’être endeuillé au fil des jours. Ce qui amène IBK à déclarer que : «le Mali est en guerre». Contre qui? Serait-on tenté de se demander. Sauf qu’IBK, affirme que son pays est en guerre sans préciser contre qui.

Jamais, l’Etat malien n’a aussi été vulnérable. Des attaques ont été perpétrées à Bamako et un peu partout à l’intérieur du pays.Une urgence humanitaire se pose avec acuité et l’administration publique fonctionne au ralenti à cause de la fermeture de certains services pour raison d’insécurité. Outre l’urgence sécuritaire, le Mali, est confronté à d’autres problèmes sociaux.

En Avril dernier, plus de 30 mille manifestants réclamaient le départ des forces dites étrangères et la démission de IBK à qui il est reproché de ne pas être à la hauteur de la tâche présidentielle malgré cette majorité écrasante avec laquelle il a été élu à l’issue du second procès tour.

Aujourd’hui, celui-ci promet de résorber l’insécurité d’ici á 2023. Fantaisiste ou surréaliste ?
La question s’impose au regard des défis majeurs qui attendent le président malien. Avec une armée désorganisée et mal équipée, une crise intercommunautaire qui se peaufine à l’horizon, une armée française qui éprouve d’énormes difficultés à aider son “partenaire”, une force onusienne quasiment inexistante, un G5 Sahel qui peine à être opérationnel, une administration publique désemparée,… le Mali est vraiment mal en point.
On se demande comment IBK compte y arriver en moins de cinq ans?

Rédaction

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
10 × 27 =