spot_img

Mesures anti-Covid-19 : les enfants en situation de rue, les grands oubliés ?

Publié le : 

Publié le : 

L’opération de retrait des enfants et des femmes en situation de rue, initiée en août 2018 par le ministère en charge de la Solidarité nationale, n’a visiblement pas permis de vider les rues de Ouagadougou de ces couches sociales apparemment nécessiteuses. En tout cas, on les y retrouve encore, de jour comme de nuit, à la recherche de leur pitance quotidienne. Et ce, alors que les risques de propagation de la maladie du Covid-19 sont réels. Il importe que, dans le cadre de la riposte contre cette propagation, une attention particulière leur soit accordée, si l’on veut véritablement lutter contre la pandémie.

Par Siébou Kansié

Avec l’avènement de la maladie à Coronavirus au Burkina, un certain nombre de mesures a été pris par le gouvernement pour contrer la propagation de cette maladie très contagieuse. Au rang de ces mesures, figure l’instauration d’un couvre-feu depuis le 21 mars, de 19h à 5 h.  Cette mesure ne semble pas concerner les enfants en situation de rue.

Ouagadougou, 7 avril 2020, il est 19h30. Toutes les rues sont désertes. Seuls des enfants tenant des boîtes de tomate (les garibous comme on les appelle), plus d’une dizaine, sont toujours dehors. Ils investissent une rue dans les environs du SIAO (Salon international de l’Artisanat de Ouagadougou). Ils s’attroupent comme pour se concerter, puis se désorganisent. Ils montent et descendent du terre-plein de la voie. Ils sont sans masques de protection, et se comportent comme si de rien n’était.

Approchés, nous avons pu avoir quelques échanges eux : ‘’ Bonsoir, vous allez bien ? Oui. Vous allez où ? À la maison. Toi, comment tu t’appelles ? Méfiant, il se tait. Êtes-vous au courant du couvre-feu ? Non ! Mais êtes-vous au courant d’une maladie qu’on appelle coronavirus ? Oui ! C’est quoi le coronavirus ? C’est une maladie dangereuse. Ça peut tuer. Se rendant comptent que ce n’est pour leur faire un don, ils dispersent et continuent leur chemin.’’

C’est tout ce que ces enfants savent sur le Covid-19. Les mesures barrières contre la maladie, ils n’en connaissent pas, ou du moins, ne les pratiquent pas.

Il nous semble important que le ministère en charge de l’Action sociale dont l’attention est jusque-là portée sur les enfants internés au centre d’accueil à Somgandé (secteur 18 de Ouagadougou), réfléchisse aussi sur comment protéger ces enfants qui sont toujours dans les rues, à défaut de les empêcher d’y être.

Pour l’heure, tout le monde les voit, mais personne ne s’en émeut. Or, ils pourraient contracter le Covid-19, favoriser sa propagation et même en mourir. Mais les voilà qui sont laissés pour compte. Qu’au moins, les ONG et entreprises qui font des dons sous forte visibilité médiatique songent aussi à ces enfants.

Signalons que les différentes expressions de solidarité à travers le pays, ont atteint déjà 1,4 milliards FCFA selon le porte-parole du gouvernement, Remis Fulgence Dandjinou.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Coopération : des journalistes burkinabè à Beijing pour « découvrir la vraie Chine»

La République populaire de Chine, en partenariat avec l’État du Burkina Faso, a initié un séminaire de formation qui se déroule du 10 au...

Sourou: Le Haut-Commissaire visite les  communautés chrétiennes de Tougan  

Après sa visite aux chefs coutumiers et à la communauté musulmane, le Haut Commissaire du Sourou, Désiré Badolo s'est rendu le jeudi 11 avril...

Burkina : SIFLO, un salon pour encourager la plume féminine

L' Association les  pionnières du livre a organisé le jeudi 11 avril 2024, à Ouagadougou, un point de presse pour présenter le contenu et...

Économie: Des défaillances de réseau compliquent les services

Les difficultés de réseau lors du paiement des impôts et taxes deviennent de plus en plus récurrentes au Burkina Faso au point  d’entraver le...

[Mémoire] : La boussole de la Révolution burkinabè

Les observateurs avertis disent que la Révolution d’août 1983 avait eu le mérite de disposer d’un Discours d’orientation politique (DOP). Cette boussole avait imprimé...
spot_img

Autres articles

Coopération : des journalistes burkinabè à Beijing pour « découvrir la vraie Chine»

La République populaire de Chine, en partenariat avec l’État du Burkina Faso, a initié un séminaire de formation qui se déroule du 10 au...

Sourou: Le Haut-Commissaire visite les  communautés chrétiennes de Tougan  

Après sa visite aux chefs coutumiers et à la communauté musulmane, le Haut Commissaire du Sourou, Désiré Badolo s'est rendu le jeudi 11 avril...

Burkina : SIFLO, un salon pour encourager la plume féminine

L' Association les  pionnières du livre a organisé le jeudi 11 avril 2024, à Ouagadougou, un point de presse pour présenter le contenu et...

Burkina/Culture : le gouvernement relance la  «Nuit des LOMPOLO» 

Le Conseil des ministres du jeudi 11 avril 2024, a décidé de relancer l'organisation de la «Nuit des LOMPOLO.» Ceci pour promouvoir les acteurs...

Ouagadougou : le gouvernement annonce la construction d’une prison militaire

Le Conseil des ministres de ce 11 avril 2024 qui s'est tenu à Ouagadougou, a adopté un décret visant à créer un établissement pénitentiaire...