spot_img

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Publié le : 

Publié le : 

Le sommet extraordinaire des chefs d’état de la CEDEAO à Abuja au Nigéria, le samedi 24 février 2024 n’a pas tourné en faveur de l’ex président nigérien Mohamed Bazoum toujours en attente de libération à Niamey. Ses soutiens dont la Cedeao particulièrement a levée ses sanctions avec «effet immédiat» alors que Mohamed Bazoum reste en détention.

Par La Rédaction

Près de huit mois (26 juillet 2023) après le coup d’état qui a renversé l’ex président du Niger Mohamed Bazoum, la CEDEAO vient de lever toutes ses «sanctions avec effet immédiat» contre le Burkina Faso, la Guinée, le Mali et le Niger.

Cette décision conforte les soldats qui ont pris le pouvoir dans tous les pays cités et particulièrement au Niger. Ceux-ci ont été combattus par la communauté internationale aux premières heures du coup d’état.

La CEDEAO a pris des mesures draconiennes contre le général Abdourahmane Tiani et son pouvoir pour exiger « la libération de Mohamed Bazoum et la réhabilitation de son pouvoir».

Malgré le durcissement de ces sanctions, la CEDEAO qui constituait un soutien politique et diplomatique pour l’ex président Mohamed Bazoum n’a pas pu obtenir sa libération des mains des soldats.

La CEDEAO a donné l’espoir au pouvoir déchu qu’elle travaillerait avec ses partenaires internationaux, dont la France, à rétablir le pouvoir démocratiquement élu.

Aujourd’hui, face à une solidarité des trois pays: le Niger, le Mali et le Burkina Faso, l’organisation sous-régionale s’est vu dans l’obligation de revoir son discours et même de lever ses sanctions.

Avec la levée des sanctions de la CEDEAO sur le Niger qui alors visaient entre autre la libération de Mohamed Bazoum, on est tenté de dire que l’ex président nigérien est désormais seul face à son destin.

Qui pour plaider encore sa cause? Pourquoi ont-ils lâché l’ex président Mohamed Bazoum? Que va t-il se passer désormais?

Cette attitude de la CEDEAO devrait interpeller les dirigeants aux affaires. Il s’agit de toujours faire le bon choix en situation de crise et ne pas compter sur les organisations internationales car leur soutien dépend toujours des rapports de force.

La CEDEAO actuellement ne peut encore avoir un moyen de pression sur les autorités nigériennes.

Plus grave, elle cherche des moyens de collaboration pour espérer se racheter de ses péchés et préserver l’unité et la cohésion de l’organisation sous-régionale.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

UBA: les actionnaires se félicitent de la performance exceptionnelle de 2023 et du versement de dividendes

Promesse tenue : les actionnaires de UBA se félicitent de la performance exceptionnelle de 2023 et du versement de dividendes ....Les actionnaires approuvent la recapitalisation selon...

Burkina 2025: Les citoyens réclament un État assurant la défense de leurs intérêts

À l’horizon 2025, sur le plan politique, les Burkinabè veulent un Etat assurant l’éducation et la santé, la défense des droits et des intérêts...

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Ouagadougou : 48 heures pour l’intégration culturelle de l’Afrique Centrale

L'association Team Canards a tenu le samedi 25 mai 2024 la 2ème édition des 48h de la culture d'Afrique Centrale à Ouagadougou. Il s'agit...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...
spot_img

Autres articles

UBA: les actionnaires se félicitent de la performance exceptionnelle de 2023 et du versement de dividendes

Promesse tenue : les actionnaires de UBA se félicitent de la performance exceptionnelle de 2023 et du versement de dividendes ....Les actionnaires approuvent la recapitalisation selon...

Burkina 2025: Les citoyens réclament un État assurant la défense de leurs intérêts

À l’horizon 2025, sur le plan politique, les Burkinabè veulent un Etat assurant l’éducation et la santé, la défense des droits et des intérêts...

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Ouagadougou : 48 heures pour l’intégration culturelle de l’Afrique Centrale

L'association Team Canards a tenu le samedi 25 mai 2024 la 2ème édition des 48h de la culture d'Afrique Centrale à Ouagadougou. Il s'agit...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...