spot_img

Mauritanie : 5 ans de prison ferme pour l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz

Publié le : 

Publié le : 

L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, jugé depuis janvier 2023 pour avoir abusé de son pouvoir afin d’amasser une fortune immense a été condamné, ce 4 décembre 2023, à Nouakchott, à 5 ans de prison ferme.

Par Nicolas Bazié

À 66 ans, Mohamed Ould Abdel Aziz devient l’un des rares ex-chefs d’Etat à être condamné pour enrichissement illicite dans l’exercice du pouvoir.

Selon plusieurs médias, l’ancien chef de l’État a écopé d’une peine d’emprisonnement de 5 ans ferme, pour « enrichissement illicite et blanchiment de capitaux».

La justice a aussi ordonné la confiscation des biens acquis de l’ex-président et prononcé la déchéance des droits civiques de celui-ci.

Avec cette condamnation, M. Aziz, détenu depuis le 24 janvier 2023 après avoir passé plusieurs mois en détention en 2021, poursuit sa descente aux enfers sous son successeur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, l’un de ses plus fidèles compagnons par le passé.

L’ex-président a comparu avec dix autres personnalités, dont deux anciens premiers ministres, d’anciens ministres et des hommes d’affaires.

Mohamed Ould Abdel Aziz se serait constitué un patrimoine et un capital estimés à 67 millions d’euros, soit plus de 43 milliards de francs CFA au moment de son inculpation en mars 2021.

En octobre 2023, dans son réquisitoire, le procureur avait demandé une peine d’emprisonnement de 20 ans ferme contre lui.

À la barre ce jour-là, l’homme qui a dirigé la Mauritanie pendant 11 ans (2008-2019) avait nié en bloc s’être enrichi de façon illicite, sans pourtant montrer l’origine de sa fortune. Il avait même déclaré que ce qui lui arrivait était une «machination pour l’écarter de la vie politique».

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

[Memoire] Afrique : Les artistes aux côtés  des luttes politiques

Les arts ont joué un rôle prépondérant dans les luttes d’émancipation en Afrique. Dans la première décennie des indépendances, certains régimes en avaient fait...

Ouagadougou : le cadre sectoriel de dialogue 2024 ouvert 

Le ministre d’État, ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo a procédé ce jeudi 22 février...

Burkina :La méthode japonaise «Do-nou » expliquée aux responsables de l’entretien routier

Le ministère des Infrastructures et du Désenclavement en collaboration avec l’Agence internationale de la coopération Japonaise (JICA) a effectué une sortie de terrain, ce...

Sécurité: à Tougan les populations saluent le retour régulier des convois

Les déplacements des populations de Tougan, sont de moins en moins pénibles depuis quelques semaines. Et pour cause, les convois escortés par les Forces...
spot_img

Autres articles

[Memoire] Afrique : Les artistes aux côtés  des luttes politiques

Les arts ont joué un rôle prépondérant dans les luttes d’émancipation en Afrique. Dans la première décennie des indépendances, certains régimes en avaient fait...

Ouagadougou : le cadre sectoriel de dialogue 2024 ouvert 

Le ministre d’État, ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo a procédé ce jeudi 22 février...

Burkina :La méthode japonaise «Do-nou » expliquée aux responsables de l’entretien routier

Le ministère des Infrastructures et du Désenclavement en collaboration avec l’Agence internationale de la coopération Japonaise (JICA) a effectué une sortie de terrain, ce...

Sécurité: à Tougan les populations saluent le retour régulier des convois

Les déplacements des populations de Tougan, sont de moins en moins pénibles depuis quelques semaines. Et pour cause, les convois escortés par les Forces...