Home A la une Mort de 15 civils à Pissila : aucun corps n’a été retrouvé...

Mort de 15 civils à Pissila : aucun corps n’a été retrouvé jusque-là par les FDS sur le terrain depuis dimanche (autorités locales)

4
0

L’information circulait depuis hier sur les réseaux sociaux. Des terroristes auraient enlevé, puis exécuté 15 civils dans la commune de Pissila, dans la région du Centre-nord. Les faits se seraient déroulés dimanche 4 octobre 2020, précisément dans le village de Wintogkuilga. Contactées ce 7 octobre par Libreinfo.net, les autorités locales confirment l’enlèvement mais restent très réservées sur la mort des 15 civils. Car aucun corps, n’a été jusque-là retrouvé par les FDS qui sont sur le terrain depuis dimanche.

Par le Correspondant Sanmatenga

La mort de 15 civils à Wintogkuilga,un village de la commune rurale de Pissila dans la région du centre-nord n’est pas encore confirmée. Selon les sources au journal, aucun corps n’a été retrouvé par les Forces de défense et de sécurité déployées depuis des jours sur le terrain. « Nous attendons de voir au cours de cette journée encore, sinon jusqu’à présent, il n’y a eu aucune confirmation officielle. »,a déclaré la source.  Par contre, les autorités locales ont confirmé l’enlèvement de personnes dont le nombre n’est pas encore connu.

Mais d’où est partie cette rumeur sur ces morts de civils ? Tout est parti d’une supposition, ont expliqué à Libre info, les autorités locales . « C’est le chef du village de Wintogkuilga qui nous a appelé pour nous dire qu’il a perdu huit personnes. Il m’a dit également qu’il y a un village voisin qui a perdu plus d’une dizaine de personnes. Hier soir, je l’ai appelé pour dire que les FDS ont été sur le terrain mais n’ont pas encore trouvé les corps. Je lui ai demandé est-ce qu’il peut me donner le numéro de celui qui a retrouvé les corps ? Il m’a dit que personne n’a vu les corps, qu’ils ont supposé que ces personnes ont été abattues. Je lui ai dit que ce n’est pas comme cela qu’on donne une information. »

Selon les témoignages à Libre info, un jeune faisant partie des otages a pu s’échapper. Il est revenu avec des blessures. Il reçoit actuellement des soins dans un centre de santé dans la région du Centre-nord.

Avez-vous pu soutirer quelques informations avec le rescapé ?

« Oui ! Il m’a fait savoir qu’on les a séparés en deux groupes. Lui dans son groupe, il avait demandé à un moment qu’on lui permette de prier. Ils l’ont détaché et il est allé prier. Quand il a fini de prier, il leur a demandé de venir l’attacher. C’est là qu’ils ont dit comme lui, il a fini de prier, il ne faut pas qu’on attache ses mains par derrières, mais par devant. C’est là, qu’ils ont commencé à tirer sur eux après. Lui, il s’était couché et a fait semblant d’être mort. Après quelques temps, ils sont restés à côté et ils ne bougeaient pas. Entre temps, lui, il ne sentait plus leur présence. Il s’est alors lever fuir. Voilà l’information qu’il nous a donnée. », ont déclaré les autorités locales.

A en croire les autorités locales, la panique est installée chez les populations après un large ratissage des FDS et des volontaires pour la défense de la patrie (VDP) qui avait rassuré les habitants de Pissila. « Depuis plus de trois ou deux semaines, les FDS et les VDP sont dans la brousse. Ils n’ont pas cessé la veille. Ils ont fait un travail appréciable. Ils ont investi l’ensemble de la zone depuis plus de quatre semaines. Il y avait eu des appuis aériens depuis les quatre semaines. On pensait que le phénomène était loin de nous jusqu’à ce que cela arrive pour nous dire qu’ils sont toujours à côté. Honnêtement, nous, on s’était dit que c’est fini parce qu’au niveau de Pissila, les populations de plusieurs villages étaient reparties.», ont expliqué les autorités locales.

www.libreinfo.net