spot_img

Organisation des élections: »Vivement que le Conseil Constitutionnel soit saisi ou qu’il s’autosaisisse pour clore ce débat »Harouna Dicko

Publié le : 

Publié le : 

Le Burkina Faso se prépare à organiser les élections couplées présidentielle et législatives le 22 novembre 2020. Si le calendrier électoral a été préalablement défini avec les acteurs politiques,l’avènement de la pandémie suscite beaucoup d’interrogations sur la tenue de ce scrutin.Jusque là la majorité politique et l’opposition politique s’accordent à dire qu’il faut tenir les élections à bonne date. Le président de la CENI Newton Ahmed Barry a déclaré courant la semaine qu’à la date d’aujourd’hui rien n’empêche la tenue des élections mais ils sont de plus en plus nombreux à remettre en cause les conditions de l’organisation du scrutin,parmi eux Harouna Dicko,un citoyen burkinabè très attaché au respect strict de la constitution. Il donne son avis dans cette déclaration ci dessous parvenue à la rédaction de Libreinfo.net.

Déclaration de Harouna Dicko

En sa séance du 05 février 2020 le Conseil des Ministres a adopté un décret portant convocation du corps électoral le 22 novembre 2020 pour des élections présidentielle et législatives couplées.

Aux termes des dispositions de l’article 145 du code électoral, cela est une des prérogatives du Gouvernement qui avait pourtant jusqu’au moins trente jours avant la date du scrutin pour convoquer les électeurs, c’est à dire jusqu’au 23 octobre 2020.

Pourquoi donc le Gouvernement s’est-il  précipité de convoquer les électeurs plus de neuf mois avant la date du scrutin alors qu’il n’a pas encore toutes les données pour la tenue de ces élections ?

Aujourd’hui, toute la classe politique semble être d’accord avec la CENI sur la date du 22 novembre 2020 pour tenir les élections présidentielle et législatives.

Pour ce qui est de l’élection présidentielle, sa tenue serait une parodie avant que le Burkina Faso ne recouvre l’intégrité de son territoire, et j’en ai déjà exprimé mon opposition lors de ma conférence de presse du 13 février 2020.

En considérant le 28 décembre 2020 comme la fin du mandat  du Président Roch Marc Christian KABORE, la date de la tenue de l’élection présidentielle est une exigence constitutionnelle entre le 18 novembre et le 07 décembre 2020.

En matière d’exigence, la date et le mode de l’élection du Président du Faso sont de même valeur constitutionnelle.

En effet, la Constitution dispose en son Titre III :

  • Que le Président du Faso est élu au suffrage universel … (articles 37),
  • Que les élections sont fixées vingt et un jours au moins et quarante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice (article 40).

Ce qui veut dire que pour élire le Président du Faso, la Constitution exige qu’il faille :

  • d’abord s’assurer que l’on peut tenir l’élection au suffrage universel,
  • avant de fixer la date de cette élection dans la période entre le vingt et unième jour au moins et le quarantième jour au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice.

Mieux, la Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la Gouvernance fait du suffrage universel une exigence capitale en stipulant en son article 4.2 que « les Etats parties considèrent la participation populaire par le biais du suffrage universel comme un droit inaliénable des Peuples ».

Donc techniquement et juridiquement, la CENI est incapable d’organiser l’élection du Président du Faso au suffrage universel avant que le pays ne recouvre l’intégrité de son territoire.

Par contre le 22 novembre 2020, la CENI peut bel et bien organiser une parodie d’élection présidentielle en privant une grande partie du peuple d’un droit inaliénable ; mais, quelle légalité aura cette élection et quelle légitimité aura le Président élu ?

Pour le respect des règles du droit et de la démocratie, toutes les voix qui réclament la tenue de l’élection présidentielle le 22 novembre 2020, doivent sortir des calculs mesquins qui n’apportent rien de positif à notre nation en construction. 

Un vrai juriste ou un bon démocrate ne peut pas ergoter sur la date de l’élection du Président du Faso en faisant fi du mode de cette élection qui en est l’exigence première de la Constitution.

Vivement que le Conseil Constitutionnel soit saisi ou qu’il s’autosaisisse pour clore ce débat.

 « Ne m’en voulez pas »

Ouagadougou, le 03 mai 2020

Harouna DICKO

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Suspension des activités politiques : Les partis et OSC du Mali saisissent la Cour suprême 

Les partis, regroupement de partis et organisations de la société civile dans un communiqué du 22 avril 2024, ont saisi la Cour suprême pour...

Guinée: la Cedeao annonce un soutien de plus de 5,5 milliards fcfa

Le commissaire au développement humain et aux affaires sociales de la CEDEAO, Pr Fatou Sow Sarr a annoncé le 19 avril 2024 à Abuja,...

Togo : Des urnes législatives pour référendum constitutionnel

Les électeurs togolais sont appelés aux urnes le 29 avril prochain pour élire leurs députés et conseillers régionaux sur fond de tensions sociopolitiques autour...

Togo/Élections:  650 millions FCFA pour soutenir les candidats 

Dans le cadre des élections législatives et régionales prévues le 29 avril 2024 au Togo, le gouvernement a débloqué la somme de 650 millions...

Coopération : Le Mali obtient 150 millions de litres de gasoil du Niger

Le Mali et le Niger ont signé un accord de partenariat le lundi 16 avril 2024 à Koulouba,  visant à vendre 150 millions de...
spot_img

Autres articles

Burkina : Savane médias fermé pour impôts non payés

La direction de Savane médias a annoncé , ce 24 avril 2024, la fermeture de ses locaux par les services des impôts selon une...

Economie : le Nigeria occupe désormais la 4è place en Afrique

Le Nigeria perd sa place de première puissance économique africaine. Il chute à la 4è place selon les prévisions du Fonds Monétaire International (FMI). Par...

SNC 2024:  L’orchestre « Lamogoya La fraternité» de Tougan à l’heure des préparatifs

Samedi 27 avril 2024, Bobo-Dioulasso, va vibrer au rythme de la  culture. Trois semaines avant, l'heure est aux préparatifs. Ainsi, l'Orchestre «Lamogoya La fraternité»...

BURKINA : LA SNC POUR TRESSER LES CORDES D’UN BURKINA NOUVEAU

C’est la dernière ligne droite pour la 21e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC-Bobo’2024) du Burkina Faso qui s’ouvre le 27...

Ouagadougou: l’Amicale des anciens élèves du LTO visite le chantier d’une nouvelle cantine pour l’établissement

L'Amicale des anciens élèves du Lycée Technique de Ouagadougou (LTO), actuel lycée technique National Aboubacar Sangoulé Lamizana a effectué, ce mardi 23 avril 2024,...