spot_img
spot_img

Entrepreneuriat : Des solutions alternatives au délestage d’électricité à Ouagadougou

Publié le : 

Publié le : 

Face aux coupures d’électricité en cette période habituellement chaude de l’année (mars, avril, mai) au Burkina, certaines entreprises, présentes à Ouagadougou, ont trouvé des solutions alternatives pour continuer à fonctionner. Libreinfo.net a fait le constat le lundi 18 mars 2024 à Ouagadougou.

Par Emilienne Compaoré

Lundi 18 mars 2024. Il est 9h30 au salon de coiffure de Yacouba Kaboré,  situé dans le quartier Pissy de Ouagadougou. Des batteries alimentées par des plaques solaires sont visibles. Elles permettent au coiffeur Kaboré de continuer à travailler en cas de coupure d’électricité.

Yacouba Kaboré coiffant un client
Yacouba Kaboré coiffant un client

Selon lui, ces derniers temps, les coupures d’électricité sont excessives dans le quartier. «On peut passer 2 à 3 heures sans électricité ; franchement, ce n’est pas simple de travailler dans ces conditions…», dit-il.

A cause de ces délestages, Yacouba Kaboré dit perdre souvent des clients. Pour remédier à cette situation déplorable, il a trouvé une solution qui est de recourir à l’énergie solaire en installant des plaques solaires et des batteries. Le jeune coiffeur a aussi acheté des tondeuses rechargeables.

«Pour continuer mon travail, même s’il y a coupure de courant, j’ai installé une  plaque solaire. J’ai également des tondeuses rechargeables ; donc, cela fait qu’en cas de délestage, s’il y a des clients je continue avec la tondeuse que j’ai déjà chargée ; ou je mets en marche le solaire en attendant le courant conventionnel » explique, le coiffeur Kaboré.

Quant à Oudou Tinto, il était dans l’obscurité. Rencontré dans son salon toujours dans le quartier Pissy, il explique qu’il y a délestage de l’électricité conventionnelle mais qu’il continuait à coiffer un client à l’aide d’une tondeuse rechargeable. 

« Comme vous le constatez il y a coupure en ce moment même » informe Oudou Tinto avant d’ajouter : «vraiment, ce n’est pas simple. Cette situation me met en retard dans le travail. On n’arrive pas à travailler une ou deux heures sans qu’il n’y ait délestage ;  souvent, tu peux être en train de travailler et le courant se coupe subitement » se plaint le coiffeur.

Comme Yacouba, Oudou aussi s’est procuré les tondeuses rechargeables «j’ai acheté des tondeuses rechargeables pour éviter de perdre tous les clients. Ces tondeuses me permettent de travailler même s’il y a coupure de courant électrique. C’est cela qui m’aide, sinon en cette période, c’est vraiment compliqué.»

Pour lui, c’est durant cette période de chaleur que le courant devrait fonctionner normalement. « S’il y a délestage, le solaire prend automatiquement le relais », selon Ousséni Sakandé

Après les salons de coiffure, nous voici dans une poissonnerie, dans le quartier Patte d’Oie. Le gérant était couché par manque de clients. Ousseni Sakandé, est son nom.

Ousseni Sakandé gérant de poissonnerie
Ousseni Sakandé gérant de poissonnerie

Il n’est visiblement pas content et déclare : « La coupure de l’électricité est exagérée dans ce quartier. Le fait que le courant se coupe subitement gâte souvent certains de nos appareils. Souvent aussi, le poisson se gâte comme il fait très chaud. »

Pour faire face à ces délestages, Ousseni Sakandé nous apprend qu’il a eu recours à l’énergie solaire, « pour éviter que le poisson congelé ne se gâte en cas de délestage de longue durée, nous avons installé l’énergie solaire. Par exemple , s’il y a délestage, le solaire prend automatiquement le relais. » explique-t-il.

Il indique qu’en cette période de chaleur où il y a fréquemment des délestages, il ne faut pas seulement compter sur le courant conventionnel pour travailler normalement.

Dans un secrétariat public, situé au quartier Patte d’Oie, nous avons également fait le même constat. Ousmane Konaté est le gérant de ce secrétariat. Il dit avoir eu recours à  l’énergie solaire pour faire face à ce problème de délestage. 

Ousmane Konaté, gérant d'un secrétariat
Ousmane Konaté, gérant d’un secrétariat

« Avant, c’était vraiment compliqué pour nous de travailler en cas de coupure d’électricité.  Quand il y avait coupure d’électricité, il fallait attendre que le courant revienne pour recommencer le travail. Souvent, c’était vraiment fatiguant et énervant à la fois » raconte-t-il.

M. Konaté souligne qu’il a fait une installation d’énergie solaire pour pouvoir continuer les activités même s’il y a coupure de courant. « Nous avons eu l’idée de mettre le solaire même si cela fait double dépense. Cela permet de travailler en cas de coupure », dit-il.

A BonheurVille, un quartier de Ouagadougou, et plus précisément dans un atelier de soudure, Ousmane Zoungrana, le gérant, était en plein travail, malgré le délestage.  

Ousmane Zoungrana gérant d'un atelier de soudure
Ousmane Zoungrana gérant d’un atelier de soudure

« Ici, chaque jour il y a délestage. Cela nous fatigue beaucoup. En plus de ne pas avoir de clients, on n’arrive pas à travailler normalement à cause de ce problème.»  dit M. Zoungrana.

Il informe qu’il a un groupe électrogène qu’il utilise en cas de coupure : « J’ai acheté ce groupe pour me dépanner quand il y a coupure. Sans vous mentir, ce n’est pas simple car l’essence est chère. »

www.libreinfo.net 

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Médias: BF1 annonce l’arrêt de «7 infos» et «Presse Écho» pour des vacances

La chaîne de télévision privée burkinabè BF 1 a annoncé ce dimanche 23 juin l’arrêt de deux émissions phares pour des raisons de «vacances». Par...

Route Tougan-Toma : Et de deux pour l’opération de  nettoyage !

La population de Tougan, dans la région de la Boucle du Mouhoun, a effectué, ce samedi 22 juin 2024, des travaux de déblayage sur...

Unique & One School : Un lycée moderne destiné à la formation des leaders de demain

L’établissement Unique & One School, fonctionnel depuis la rentrée scolaire 2022-2023 et situé dans la commune de Saaba, s’est ouvert au grand public, ce...

Journée nationale de l’arbre 2024 : Plus de 2000 plants mis en terre à Bobo-Dioulasso

Le Premier ministre Apollinaire Joachimson Kyélem, a procédé, ce samedi 22 juin 2024 à Dinderesso non loin de Bobo-Dioulasso, au lancement officiel de la...

Burkina/Football : bientôt un siège pour la Fédération

La Fédération burkinabè de football (FBF) a procédé, ce 22 juin 2024 à Ouagadougou, à la pose de la première pierre de son siège.  Par...
spot_img

Autres articles

Médias: BF1 annonce l’arrêt de «7 infos» et «Presse Écho» pour des vacances

La chaîne de télévision privée burkinabè BF 1 a annoncé ce dimanche 23 juin l’arrêt de deux émissions phares pour des raisons de «vacances». Par...

Route Tougan-Toma : Et de deux pour l’opération de  nettoyage !

La population de Tougan, dans la région de la Boucle du Mouhoun, a effectué, ce samedi 22 juin 2024, des travaux de déblayage sur...

Unique & One School : Un lycée moderne destiné à la formation des leaders de demain

L’établissement Unique & One School, fonctionnel depuis la rentrée scolaire 2022-2023 et situé dans la commune de Saaba, s’est ouvert au grand public, ce...

Journée nationale de l’arbre 2024 : Plus de 2000 plants mis en terre à Bobo-Dioulasso

Le Premier ministre Apollinaire Joachimson Kyélem, a procédé, ce samedi 22 juin 2024 à Dinderesso non loin de Bobo-Dioulasso, au lancement officiel de la...

Burkina/Football : bientôt un siège pour la Fédération

La Fédération burkinabè de football (FBF) a procédé, ce 22 juin 2024 à Ouagadougou, à la pose de la première pierre de son siège.  Par...