spot_img

Oxfam: l’inégalité des revenus est élevée ou s’accroît dans 60 % des pays bénéficiant de prêts du FMI et de la Banque mondiale

Publié le : 

Publié le : 

L’inégalité des revenus est élevée ou en augmentation dans 60 % (64 sur 106) des pays à revenu faible ou intermédiaire qui reçoivent des subventions ou des prêts du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, révèle une nouvelle analyse d’Oxfam avant les Réunions de printemps 2024 à Washington D.C.

Les pays présentant des niveaux élevés d’inégalité des revenus ont des coefficients de Gini supérieurs à 0,4, le niveau d’alerte fixé par les Nations unies.

  • L’inégalité des revenus a augmenté dans 37 pays au cours de la dernière décennie, notamment au Burkina Faso, au Burundi, en Éthiopie et en Zambie.
  • Les inégalités de revenus sont importantes au Ghana, au Honduras, au Mozambique et dans 39 autres pays.

«Le FMI et la Banque mondiale affirment que la lutte contre les inégalités est une priorité, mais soutiennent en même temps des politiques qui creusent le fossé entre les riches et les autres. Les gens ordinaires luttent de plus en plus chaque jour pour compenser les réductions du financement public des soins de santé, de l’éducation et des transports. Cette hypocrisie sur ces grands enjeux doit cesser », a déclaré Kate Donald, responsable du bureau d’Oxfam International à Washington D.C.

«L’accord conclu l’année dernière par la Banque mondiale pour cibler la réduction des inégalités pour la première fois au cours de ses 80 ans d’histoire est une mesure historique. Mais si la Banque veut vraiment s’attaquer aux inégalités, le premier test sera d’en faire une priorité absolue pour ses prêts aux pays les plus pauvres du monde, ce qui fait actuellement l’objet de discussions lors des Réunions de printemps », a déclaré Mme Donald.

Les contributions des donateurs à l’Association internationale de développement (IDA) de la Banque mondiale, qui accorde des subventions ou des prêts à faible taux d’intérêt aux pays les plus pauvres du monde, dont plus de la moitié se trouvent en Afrique, ont stagné ces dernières années malgré des besoins croissants.

Le président de la Banque mondiale, Ajay Banga, a appelé les gouvernements donateurs à faire de la prochaine reconstitution des ressources de l’IDA « la plus importante de tous les temps ».

Les pays à faible revenu sont également confrontés à une crise de la dette, ce qui rend d’autant plus urgente une reconstitution ambitieuse de l’IDA21. L’explosion de la dette et des remboursements d’intérêts détourne les maigres ressources de domaines cruciaux tels que l’éducation publique, les soins de santé et les filets de sécurité sociale, menaçant ainsi de réduire à néant les progrès durement acquis en matière de développement.

Sur la base d’une analyse de la Banque mondiale, Oxfam constate que la moitié des pays éligibles à l’IDA sont surendettés et que près de la moitié (45 %) de leur dette doit être annulée.

Des impôts plus élevés sur les revenus et la fortune des plus riches pourraient permettre de collecter des milliers de milliards de dollars pour combler les déficits de financement de l’IDA et pour combler les énormes déficits de financement du développement et du climat dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.

Les ministres des finances du G20, qui se réuniront à Washington D.C. lors des réunions de printemps, pourraient jouer un rôle déterminant dans le déblocage de ces investissements. Le Brésil, qui préside actuellement le G20, a appelé à l’élaboration d’un plan mondial visant à garantir que les ultra-riches paient leur juste part d’impôts.

La France a depuis apporté son soutien. Tout accord mondial doit garantir que les ultra-riches soient imposés à un taux suffisamment ambitieux pour réduire les inégalités. Par exemple, un impôt annuel sur la fortune nette de plus de 8 % serait nécessaire pour réduire la richesse des milliardaires.

«Nous n’acceptons pas l’excuse selon laquelle « nous n’avons pas les moyens » – l’argent est là, mais il n’est pas acheminé là où il est nécessaire. Il est urgent que les gouvernements donateurs augmentent leurs contributions à l’IDA et que le G20 aille de l’avant avec un accord mondial visant à taxer les ultra-riches.

Il s’agit de faire en sorte que les pays et les personnes riches paient leur juste part pour lutter contre les inégalités et le dérèglement climatique », a déclaré M. Donald.

Notes aux rédactions

 Les porte-parole d’Oxfam, dont la directrice d’Oxfam en Afrique, Fati N’Zi-Hassane, seront disponibles pour des interviews à Washington D.C. pendant les Réunions de printemps.

 Oxfam, en collaboration avec des alliés tels que ICRICIT et Tax Justice Network Africa, organise un panel de haut niveau à Washington DC le 17 avril de 16h à 17h30 intitulé « The path for taxing the super-rich – towards a progressive global taxation agenda » (La voie de l’imposition des ultra-riches – vers un agenda fiscal mondial progressif). Les panélistes : Guilherme Mello, Joseph Stiglitz, Gabriel Zucman, Esther Duflo, Chenai Mukumba et Katherine Baer. Bâtiment : FMI HQ2. Salle : HQ2-03B-768B Salle de conférence.

Les données utilisées pour les calculs d’Oxfam sur les inégalités croissantes ou élevées proviennent de la plate-forme de la Banque mondiale sur la pauvreté et les inégalités. Des données sur les inégalités sont disponibles pour 106 pays à revenu faible ou intermédiaire ayant obtenu des prêts du FMI et de la Banque mondiale.

Le coefficient de Gini est une mesure typique de l’inégalité des revenus. Le coefficient varie entre 0 et 1, 0 représentant l’égalité parfaite et 1 l’inégalité parfaite. Une forte inégalité des revenus est définie par un coefficient de Gini supérieur à 0,4.

Sous la pression de centaines d’anciens membres du personnel de la Banque mondiale et de plus de 200 économistes, dont Jayati Ghosh, Thomas Piketty et Joseph Stiglitz, la Banque a annoncé l’année dernière qu’elle se fixerait un objectif en matière d’inégalité pour la première fois depuis sa création en 1944. Ce nouvel objectif visera à réduire le nombre de pays où les inégalités sont élevées.

En décembre 2023, le président de la Banque mondiale Ajay Banga a appelé les pays membres à faire de la prochaine reconstitution des ressources de l’IDA « la plus importante de tous les temps ».

Le cycle actuel de l’IDA se termine en juin 2025 et le prochain cycle, IDA21, s’étendra de juillet 2025 à juin 2028.

Pour estimer la proportion de la dette publique extérieure qui devrait être annulée, Oxfam a calculé l’excès de dette pour chacune des quatre mesures de viabilité de la dette de la Banque mondiale, et a sélectionné la mesure avec la dette la plus excessive pour chaque pays. Trois pays surendettés éligibles à l’IDA (Pakistan, Sri Lanka et Sainte-Lucie) sont exclus de ces calculs car la Banque mondiale utilise pour eux une autre méthodologie d’évaluation de la viabilité de la dette.

Oxfam a calculé que pour maintenir la richesse des milliardaires constante au cours des deux dernières décennies, il aurait fallu un impôt annuel net sur la fortune de plus de 8 % dans tous les pays. Pour maintenir leur richesse constante entre 2016 et 2021, il aurait fallu un impôt annuel net sur la fortune de 12,8 %.

Contact

Annie Thériault à Washington DC | annie.theriault@oxfam.org | +51 936 307 990

Simon Trépanier en Italie | simon.trepanier@oxfam.org | +39 388 850 9970

Pour les mises à jour, suivez @NewsFromOxfam, @OxfamIFIs et @OxfaminAfrica

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina Faso : Sigma Corporation Afrique honore les acteurs clés à travers OPUIS Awards

Ouagadougou, le 25 mai 2024 - Ce samedi s’est tenu à la salle Canal Olympia de Ouaga 2000, un évènement historique au pays des...

LONAB : des travailleurs exigent le départ du directeur général

Plusieurs travailleurs de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) sont sortis de leurs bureaux ce 27 mai 2024. Ils exigent, en effet, le départ du...

Ouahigouya : Une journée culturelle du Bloc Bangarin pour promouvoir la paix

Le lundi 27 mai 2024, le Bloc Bangarin, dans la circonscription d’éducation de base de Ouahigouya 2, ville située dans la région Nord du...

Éliminatoires coupe du monde 2026 : Brama Traoré dévoile la liste des Étalons 

Les Étalons affrontent l’Égypte le 6 juin et la Sierra Leone le 10 juin 2024. Pour ces deux matchs, le coach des Étalons, Brama...

Éliminatoires Coupe du monde 2026: La raison de l’absence de Bertrand et de  Issoufou

Le coach des Étalons, Brama Traoré, a dévoilé ce 27 mai 2024 à Ouagadougou, la liste des 23 joueurs sélectionnés. Au nombre de ceux-ci...
spot_img

Autres articles

Burkina Faso : Sigma Corporation Afrique honore les acteurs clés à travers OPUIS Awards

Ouagadougou, le 25 mai 2024 - Ce samedi s’est tenu à la salle Canal Olympia de Ouaga 2000, un évènement historique au pays des...

LONAB : des travailleurs exigent le départ du directeur général

Plusieurs travailleurs de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) sont sortis de leurs bureaux ce 27 mai 2024. Ils exigent, en effet, le départ du...

Ouahigouya : Une journée culturelle du Bloc Bangarin pour promouvoir la paix

Le lundi 27 mai 2024, le Bloc Bangarin, dans la circonscription d’éducation de base de Ouahigouya 2, ville située dans la région Nord du...

Éliminatoires coupe du monde 2026 : Brama Traoré dévoile la liste des Étalons 

Les Étalons affrontent l’Égypte le 6 juin et la Sierra Leone le 10 juin 2024. Pour ces deux matchs, le coach des Étalons, Brama...

Éliminatoires Coupe du monde 2026: La raison de l’absence de Bertrand et de  Issoufou

Le coach des Étalons, Brama Traoré, a dévoilé ce 27 mai 2024 à Ouagadougou, la liste des 23 joueurs sélectionnés. Au nombre de ceux-ci...