spot_img
spot_img

Personnalité, société civile et diaspora africaine se mobilisent contre l’Accord inéquitable sur les pandémies de l’OMS

Publié le : 

Publié le : 

Ceci est un écrit de la société civile et la diaspora africaine. 

Ministres de la santé des pays d’afrique francophone;

Ministres des affaires étrangères des pays d’afrique francophone;

Missions permanente des pays d’Afrique francophone à Genève;

Nous, Personnalité, Société Civile et Diaspora africaine, exprimons notre profonde inquiétude concernant le projet de texte récemment divulgué de l’accord de l’OMS sur les pandémies qui doit être discuté lors de la reprise de la 9e session de l’organe intergouvernemental de négociation (OIN) qui débutera le 29th avril.

Nous affirmons fermement que le texte proposé est déséquilibré et qu’il favorise les demandes des pays développés au détriment des intérêts des pays en développement. Le document n’intègre pas de mesures et de mécanismes substantiels pour aider les pays en développement à prévenir les pandémies, à s’y préparer et à y répondre. Comme nous le verrons plus loin, il n’y a pas de dispositions significatives qui apportent concrètement un soutien financier, un transfert de technologie et qui permettent le partage de technologies et de savoir-faire exclusifs avec les pays en développement.

Aucune disposition ne garantit non plus un accès rapide et adéquat aux produits de santé dont les pays en développement ont besoin pour faire face à une pandémie.

Au lieu de cela, le texte impose des obligations de surveillance onéreuses, en prévoyant que le matériel biologique, les données de séquençage et d’autres informations pertinentes seront partagés avec les nations développées, ce qui représente une charge disproportionnée pour les pays en développement, en particulier en l’absence de garantie d’un soutien financier et technologique inconditionnel ou d’un accès aux produits de santé.

En fait, le texte est dépourvu de toute équité et maintient le statu quo qui a contribué à la grande inégalité subie par les pays en développement lors de la conférence COVID-19 et d’autres urgences sanitaires.

Pire encore, le projet de texte ajoute de lourdes obligations de surveillance qui, au fil du temps, seront encore étendues, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur les pays en développement.

Le processus de négociation mené par le Bureau et le Secrétariat a constitué un défi majeur dans le processus de l’INB. En effet, le texte des États membres est constamment mis de côté au profit du texte conçu par le Bureau et le Secrétariat de l’OMS qui est publié à chaque session de l’INB.

Dans ce contexte, il est impératif que les pays africains individuellement ou collectivement s’abstiennent d’approuver le projet d’accord sur les pandémies proposé par le Bureau et le Secrétariat de l’OMS. Il s’agit d’une mauvaise affaire pour les pays en développement.

Au lieu de cela, les pays africains doivent insister sur des négociations basées sur le texte et menées par les États Membres pour la reprise de l’INB 9, où les propositions des États membres sont reflétées sur l’écran et où ils sont autorisés à négocier pour parvenir à un consensus, sur la base des principes et des lignes directrices pour les négociations internationales tels que définis dans la résolution 53/101 de l’Assemblée générale des Nations Unies.

En particulier, nous aimerions souligner les points suivants :

1. Les articles 4, 5 et 6 du texte proposé pour l’accord obligent chaque partie à entreprendre des activités de surveillance étendues, dépassant ce qui est pertinent et essentiel pour faire face à une pandémie. Ces obligations ne sont que le début d’une série d’exigences que les pays en développement devront mettre en œuvre. Nous pouvons nous attendre à d’autres obligations, puisque l’article 4.4 autorise l’élaboration d’autres lignes directrices, recommandations et normes, ainsi que le futur instrument « Une seule santé » spécifié à l’article 5.4 du texte proposé. Ces obligations reposent sur l’attente que les pays en développement partagent du matériel biologique, des données de séquences ainsi que d’autres informations avec l’OMS et les entités des pays développés. L’article 6, paragraphe 5, met en place un système de suivi et d’évaluation destiné à rendre les pays en développement comptables des obligations découlant des articles 4 à 6.

Ces dispositions obligent les gouvernements à mettre en place une vaste infrastructure de surveillance, détournant des ressources déjà limitées des priorités nationales. L’instrument « Une seule santé » pourrait également avoir des conséquences commerciales et économiques négatives pour les pays en développement. En outre, ces obligations sont proposées sans que les nations développées soient tenues de fournir une assistance financière et technologique inconditionnelle et de garantir un accès équitable dans les pays en développement.

En outre, ces articles imposent le partage des données générées par la surveillance, mais ne disent rien sur la réglementation de l’utilisation des données par les parties, l’OMS et d’autres organisations internationales, comme le transfert ultérieur des données obtenues des parties et l’utilisation potentiellement abusive des données obtenues, ce qui constitue une menace pour l’intégrité et l’objectif de l’instrument.

2. Les articles 9, 10 et 11 traitent de la recherche et du développement, de la production durable et géographiquement diversifiée et du transfert de technologie. Néanmoins, toutes les clauses relatives au transfert de technologies restent discrétionnaires, volontaires et subordonnées à des conditions convenu d’un commun accord, une approche qui a lamentablement échoué à assurer un accès équitable lors de la conférence COVID-19. Même dans les cas où les technologies sont financées par des fonds publics, il n’existe aucune garantie qu’elles seront mises à disposition. La disposition relative à la diversification de la production manque d’efficacité en l’absence de mesures reconnaissant l’importance de ces installations de production et garantissant qu’elles sont suffisamment financées et équipées sur le plan technologique.

De manière significative, ces articles ne tiennent pas compte des obstacles que les pays en développement rencontrent lorsqu’ils utilisent les flexibilités de l’Accord sur les ADPIC pour atténuer les entraves liées à la propriété intellectuelle à la production et à la fourniture de produits de santé essentiels.

3. L’article 12 traite du système d’accès et de partage des avantages en cas de pandémie (PABS), mais n’intègre pas les demandes cruciales formulées par les pays en développement (le groupe africain et le groupe de l’équité). La proposition des pays en développement, stipulant que le partage et le transfert ultérieur de matériel PABS et d’informations sur les séquences ne devraient concerner que des utilisateurs/bénéficiaires identifiés et enregistrés qui ont accepté les conditions juridiquement contraignantes fixées par les membres de l’OMS, n’a pas été prise en compte. En outre, la disposition relative au partage des avantages énoncée à l’article 12, paragraphe 3, point b), est injuste et inéquitable. Il est alarmant de constater que la fourniture de produits de santé est limitée aux seules situations de pandémie, qu’elle ne couvre pas les urgences de santé publique de portée internationale (PHEIC) et qu’elle est nettement insuffisante pour répondre aux besoins des pays en développement, qui représentent 83 % de la population mondiale.

En outre, le projet de texte ne contient pas d’autres exigences non monétaires en matière de partage des avantages pour faire face à l’augmentation subite de la demande lors d’une crise humanitaire ou d’une pandémie, ce qui entraînait auparavant un accès très inéquitable car les stocks limités étaient rapidement acquis par les pays développés (seulement 17 % de la population mondiale). Les engagements de partage des bénéfices exigés des bénéficiaires du système PABS, tels que préconisés par les pays en développement, comme les obligations – d’accorder des licences aux fabricants des pays en développement afin d’augmenter rapidement la production ; de mettre à disposition des produits de santé à des prix abordables pour tous les pays en développement et de se conformer au mécanisme d’attribution de l’OMS ; d’approvisionner les pays.

touchés et les stocks de l’OMS avant la crise – ont tous été abandonnés en faveur de mesures volontaires vagues et sans conséquence (article 12.4).

Le libellé de l’article 12 est explicite : les pays en développement seront contraints de fournir « un partage rapide, systématique et opportun du matériel et des informations PABS et de toutes les informations pertinentes » sans l’assurance de mécanismes de partage des avantages substantiels, justes et équitables qui fourniraient sans équivoque aux pays en développement la technologie et les produits de santé nécessaires à la prévention, à la préparation et à l’intervention en cas de PHEIC et de pandémie. Pourtant, l’article 12.2(g) a déjà prédéterminé le système PABS comme étant un instrument international spécialisé d’accès et de partage des avantages dans le cadre du protocole de Nagoya.

4. L’article 20 établit un mécanisme financier de coordination, mais ne contient aucune disposition visant à garantir un accès prévisible et durable aux ressources financières pour la mise en œuvre de l’accord sur les pandémies et du règlement sanitaire international (RSI) de 2005.

L’article ne propose pas la création d’un fonds spécifique pour la mise en œuvre de l’accord. En l’absence d’un financement adéquat, les obligations relatives à la surveillance, à l’initiative « Une seule santé » et à la préparation deviennent encore plus lourdes. Les fonds existants, tels que le Fonds de lutte contre la pandémie de la Banque mondiale, ne sont responsables que devant leurs propres organes directeurs. Les priorités fixées par l’organe directeur de l’accord sur la pandémie seront mises de côté et sapées. Le manque d’accès aux ressources financières n’entravera pas seulement gravement les efforts de mise en œuvre, mais exacerbera également les inégalités en matière de prévention, de préparation et de réponse aux pandémies.

5. La raison principale de la situation actuelle, c’est-à-dire un texte fortement déséquilibré même après un an de discussions, est le processus de négociation chaotique et défectueux mené par le Bureau de l’INB et le Secrétariat de l’OMS. Malheureusement, le Bureau et le Secrétariat de l’OMS se sont montrés plus enclins à accélérer le processus pour obtenir un résultat superficiel et inéquitable d’ici le mois de mai, plutôt que de donner la priorité à un processus de négociation juste, mené par les États membres, qui aboutisse à un instrument complet et équitable déclenchant une coopération internationale sur des fronts cruciaux tels que la technologie, le financement et l’accès équitable dans les pays en voie de développement.

Il n’y a jamais eu de négociations fondées sur un texte et menées par les États membres. Au lieu de cela, après chaque session de l’INB, le Bureau, conseillé par le Secrétariat de l’OMS, a publié un nouveau projet de texte, sur la base de décisions unilatérales concernant les propositions de texte des États membres qui devaient être maintenues dans le texte et celles qui devaient être abandonnées. Ce processus insatisfaisant s’est répété à plusieurs reprises. L’avant-projet d’accord sur les pandémies qui vient d’être rendu public n’est pas différent. Le Bureau et le Secrétariat de l’OMS l’ont préparé. Aussi incroyable que cela puisse paraître, les États membres de l’OMS, en particulier les pays en développement, subissent aujourd’hui des pressions de la part du Bureau de l’INB, du Secrétariat de l’OMS et des pays développés pour qu’ils acceptent le nouvel avant-projet d’accord sur les pandémies dans les huit jours suivant la reprise des négociations au sein de l’INB 9.

Au vu du processus profondément défectueux de l’INB et du projet injuste et biaisé de l’accord sur la pandémie, nous demandons instamment à aux négociateurs des pays africains de :

(1) S’abstenir d’approuver la proposition d’accord sur les pandémies et insister sur la nécessité d’une négociation efficace menée par les États membres sur la base d’un texte. Les États membres doivent également éviter les groupes de travail intergouvernementaux multiples et simultanés ou les processus parallèles, compte tenu des capacités et des ressources limitées des pays en développement

2) Reconnaître que le projet d’accord sur la pandémie tel qu’il est actuellement proposé par le Bureau et le Secrétariat est une mauvaise affaire pour les pays en développement et que les négociateurs des pays africains doivent rechercher un accord plus juste et équitable qui soit dans l’intérêt des pays en développement, à savoir :

(a) Veiller à ce que les mesures de surveillance aient une portée limitée, en fonction des capacités nationales, des circonstances, des lois et des preuves scientifiques. La coordination multisectorielle doit être confiée aux autorités nationales, en fonction des circonstances nationales. Les obligations/exigences/initiatives « Une seule santé » au niveau international doivent être rejetées.

(b) Fournir des garanties pour empêcher l’utilisation abusive des données par le biais de réglementations appropriées sur l’utilisation des données obtenues auprès des Parties dans le cadre de l’instrument de lutte contre la pandémie par d’autres États Parties, l’OMS et d’autres organisations internationales.

(c) Veiller à ce que l’accord sur les pandémies garantisse un accès prévisible et durable aux produits de santé dans les pays en développement en facilitant une production géographiquement diversifiée grâce à des obligations légales en matière de transfert de technologies, en particulier de technologies financées par des fonds publics, vers les pays en développement, ainsi qu’à des mesures visant à lever les obstacles à la production et à l’approvisionnement dans les pays en développement qui sont liés à la propriété intellectuelle.

(d) Donner la priorité à un système global d’accès et de partage des avantages en cas de pandémie (PABS) qui s’applique aux agents pathogènes susceptibles de provoquer des PHEIC et des pandémies, en s’appuyant sur les propositions présentées à ce jour par les pays en développement (Groupe africain et Groupe d’équité). Tant qu’il n’existe pas de système PABS opérationnel, il ne doit y avoir aucun partage de matériel biologique ou d’informations sur les séquences, et les dispositions relatives à la surveillance (articles 4 à 6) ne doivent pas non plus être opérationnelles. Le système PABS ne peut pas non plus être considéré comme un instrument international spécialisé du protocole de Nagoya tant que nous ne disposons pas d’un système PABS pleinement fonctionnel et opérationnel qui assure avec certitude un partage juste et équitable des avantages, garantissant un accès équitable aux pays en développement en cas d’épidémie de grippe aviaire et de pandémie.

(e) Veiller à ce que l’accord sur la pandémie comprenne un mécanisme de financement qui soutiendrala mise en œuvre de l’instrument de lutte contre la pandémie aux niveaux national et international, notamment en apportant une aide financière aux pays en développement.

(f) énumérer explicitement le rôle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la mise en œuvre de l’accord sur la pandémie et souligner la nécessité de rendre compte des fonctions qui lui ont été confiées en matière de prévention, de préparation et d’intervention en cas de pandémie

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

AES : Les textes fondamentaux créant la confédération finalisés

La rencontre des ministres des Affaires étrangères du Burkina Faso, du Mali et du Niger tenue à Niamey,  le vendredi 17 mai 2024,  a...

[Tribune] Médiation CEDEAO/AES, soutien au président Faye

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo à la suite du président nigérian Bola Tinubu vient de demander à son homologue sénégalais Bassirou Diomaye Faye, d’entrer...

Économie/UMOA: le Burkina mobilise 130 milliards Fcfa

Le Trésor public du Burkina Faso a mobilisé 129,68 milliards Fcfa sur le marché de l'UMOA suite à l'emprunt obligataire lancé du 11 avril...

Burkina/Sécurité : L’éducation à la vie familiale, une clé de résilience contre le terrorisme 

Le salon international de la famille de Ouagadougou s'est ouvert le vendredi 17 mai 2024 dans la capitale burkinabè. A l’occasion, Jean Marie Tiendrebeogo,...

Burkina/Finance : Une «Nuit des bâtisseurs », pour célébrer les 50 ans d’existence du RCPB

Le Réseau des caisses populaires du Burkina (RCPB) a organisé, le 17 mai 2024, à Ouagadougou, une cérémonie appelée «Nuit des bâtisseurs », pour...
spot_img

Autres articles

AES : Les textes fondamentaux créant la confédération finalisés

La rencontre des ministres des Affaires étrangères du Burkina Faso, du Mali et du Niger tenue à Niamey,  le vendredi 17 mai 2024,  a...

[Tribune] Médiation CEDEAO/AES, soutien au président Faye

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo à la suite du président nigérian Bola Tinubu vient de demander à son homologue sénégalais Bassirou Diomaye Faye, d’entrer...

Économie/UMOA: le Burkina mobilise 130 milliards Fcfa

Le Trésor public du Burkina Faso a mobilisé 129,68 milliards Fcfa sur le marché de l'UMOA suite à l'emprunt obligataire lancé du 11 avril...

Burkina/Sécurité : L’éducation à la vie familiale, une clé de résilience contre le terrorisme 

Le salon international de la famille de Ouagadougou s'est ouvert le vendredi 17 mai 2024 dans la capitale burkinabè. A l’occasion, Jean Marie Tiendrebeogo,...

Burkina/Finance : Une «Nuit des bâtisseurs », pour célébrer les 50 ans d’existence du RCPB

Le Réseau des caisses populaires du Burkina (RCPB) a organisé, le 17 mai 2024, à Ouagadougou, une cérémonie appelée «Nuit des bâtisseurs », pour...