Accueil Société Procès putsch : l’épouse du général Gilbert Diendéré condamnée à 30 ans...

Procès putsch : l’épouse du général Gilbert Diendéré condamnée à 30 ans de prison ferme

Depuis le lundi 2 septembre 2019, le verdict du procès marathon du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015 est rendu. Les généraux de brigade Gilbert Diendéré et Djibril Yipinè Bassolé, considérés comme les cerveaux du pronunciamiento qualifié « du coup d’état le plus bête au monde », ont échappé à la prison à vie, comme l’avait demandé le ministère public.

Chacun d’eux écope la peine de 20 ans ferme pour « Golf » et de 10 ans ferme pour Bassolé. Une sentence moins sévère selon certaines opinions.

À l’issue du verdict, la chambre de première instance du tribunal militaire annonçait le jugement des huit autres accusés en cavale prévu pour ce 3 septembre 2019.

Un procès qui s’est tenu, et Fatoumata Diendéré, l’épouse du général Gilbert Diendéré en fuite depuis 2015, vient d’être condamnée sévèrement à 30 ans de prison ferme, soit dix années de plus que son époux.

Ils sont six accusés à être condamnés à la même peine. Il s’agit de Diendére Fatoumata, le Colonel Déka Mahamadi, Kaboré René Émile, Songotoi Zakaria, Traoré Abdoul Karim André dit Perfectum et Bougouma/Kagoné Téné Alima.

Ils ont été déclarés coupables de complicité d’attentat à la sureté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire de biens et condamnés par contumace à 30 ans de prison ferme. C’est l’essentiel du verdict rendu par la chambre de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou ce mardi 3 septembre 2019.

Les deux autres inculpés également en fuite, ont été punis par contumace à 20 ans de prison ferme pour Timpoko Kagambèga dite Marguerite reconnue coupable de complicité d’attentat à la sureté de l’État, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire de biens.

Le dernier, Issoufou Zougnoma reconnu coupable de complicité d’attentat à la sureté de l’État, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire de biens, lui, écope 10 ans de prison ferme. Le procès reprendra le 22 octobre 2019, avec le jugement sur les intérêts civils, au tribunal militaire de Ouagadougou.

Siébou Kansié
www.libreinfo.net