spot_img

Reprise de Kidal: « il n’y aura pas de représailles contre qui que ce soit», selon Alexis Kalambry, journaliste malien

Publié le : 

Publié le : 

L’armée malienne, qui est partie à l’offensive contre les rebelles en août, a pris Kidal ce mardi 14 novembre 2023. Pour mieux comprendre la situation dans la région, Libreinfo.net a accordé un entretien au Directeur de publication de MALI TRIBUNE, Alexis Kalambry.

Entretien réalisé en ligne par Issoufou Ouedraogo

Libreinfo.net : quelle est la situation réelle sur le terrain ?

Ce qui est vrai aujourd’hui, c’est que l’armée malienne a pris le contrôle de Kidal après plus de dix ans d’absence. La population a suivi toute la progression de l’armée à travers les communiqués que produisaient les forces armées maliennes. Et même ceux produits par la rébellion étaient aussi suivis.

Libreinfo.net : comment les forces maliennes sont-elles parvenues à reprendre Kidal?

Alors il faut comprendre que la reprise de Kidal n’a pas été un mouvement spontané. Si vous vous souvenez, le Mali avait mis fin à la présence sans délai de la MUNISMA sur son territoire.

Un plan de retrait et de cession des camps a été élaboré et adopté par la MINUSMA et le gouvernement malien. Ce que finalement la Minusma n’a plus respecté mais l’armée s’était quand même préparée à occuper les emprises que laissait la Munisma.

Pour ceux qui connaissent Kidal, il y a deux camps essentiellement donc la Minusma occupait un camp et l’autre camp étaient occupé par ceux qu’on appelle les forces nouvelles reconstituées.

Elle était constituée des militaires maliens et des membres de la rébellion qui avaient déposé les armes. Naturellement, cette force n’a pas évolué et elle a été délogée à l’approche du départ de la Minusma, mais en tout état de cause aujourd’hui c’est acté que l’armée a repris pied à Kidal.

Libreinfo.net : A quoi doit-on s’attendre pour la suite ?

La suite, c’est qu’aussi bien les autorités de la Transition que l’armée s’attellent à donner des assurances et des gages aux populations. C’est au Mali que les négociations vont se poursuivre avec ceux qui étaient entrés en rébellion pour demander la partition du pays.

Mais, il n’y aura pas de représailles contre qui que ce soit. La justice sera appliquée. Je pense que c’est une idée largement partagée par tout le Mali également.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B  contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 26 février au Tribunal de grande instance Ouaga I.  Par Nicolas Bazié  Le dossier avait...

Burkina : Un culte d’action de grâce pour célébrer les 20 ans d’existence de Compassion International

La célébration des 20 ans d’existence de l’ONG Compassion International Burkina a pris fin le 24 février 2024, avec un culte d’action de grâce ...

Dori : la communauté catholique d’Essakane-village victime d’une attaque terroriste

Dans un communiqué en date du dimanche 25 février 2024, le diocèse de Dori (région du Sahel du Burkina) porte à la connaissance de...

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Mohamed Bazoum résidence surveillée

Ouagadougou: meurtre d’un soldat, le présumé assassin aux arrêts

Dans la nuit du 23 au 24 février 2024 aux environs de 04 heures, la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin relevant de la...
spot_img

Autres articles

Burkina : le procès Adama Siguiré reprend ce lundi matin au TGI Ouaga I

Le procès CGT-B  contre l'écrivain Adama Siguiré pour diffamation reprend ce 26 février au Tribunal de grande instance Ouaga I.  Par Nicolas Bazié  Le dossier avait...

Burkina : Un culte d’action de grâce pour célébrer les 20 ans d’existence de Compassion International

La célébration des 20 ans d’existence de l’ONG Compassion International Burkina a pris fin le 24 février 2024, avec un culte d’action de grâce ...

Dori : la communauté catholique d’Essakane-village victime d’une attaque terroriste

Dans un communiqué en date du dimanche 25 février 2024, le diocèse de Dori (région du Sahel du Burkina) porte à la connaissance de...

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Mohamed Bazoum résidence surveillée

Ouagadougou: meurtre d’un soldat, le présumé assassin aux arrêts

Dans la nuit du 23 au 24 février 2024 aux environs de 04 heures, la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin relevant de la...