spot_img

Burkina/pépiniériste: « Entre les plantes et moi, c’est une question d’amour », Boureima Nikiéma

Publié le : 

Publié le : 

Boureima Nikiéma est un pépiniériste burkinabè qui exerce son activité à Ouagadougou. Entre lui et les plantes, « c’est une question d’amour », confie-t-il à Libreinfo.net.

Par Issoufou Ouédraogo

Son amour pour les plantes et les arbres remonte à 1997 lors de son séjour en Côte d’Ivoire. « J’ai travaillé dans des champs de café et de cacao. Dans ces champs, j’ai compris l’utilité des arbres et l’arbre a pris une grande place dans ma vie », explique Bouréima Nikiéma.

Depuis lors, «entre les plantes et moi, c’est une question d’amour».

En 2001, de retour de la Côte d’Ivoire, il décide de se lancer dans le métier de pépiniériste : « J’ai décidé de faire ce travail de pépiniériste sur le boulevard Mohammad Kadhafi vers le caniveau parce qu’il y a de l’eau. »

Au fil des années, son jardin est devenu grand et impressionnant. « Il y a trop de plantes dans mon jardin et on peut prendre sept jours pour compter sans pouvoir finir de faire le décompte des plantes » dit-il en citant, entre autres, des palmiers, des plantes de décoration, des manguiers, des tangelos, des pommiers cannelles et des goyaviers.

« il n’ y a pas d’endroits dédiés aux pépiniéristes »
« il n’ y a pas d’endroits dédiés aux pépiniéristes » dit Boureima Nikiéma

A 27 ans, marié et père de deux enfants, il emploie actuellement 12 personnes. « Il y a ceux qui s’occupent de mettre  de terreau dans les sachets, il y a ceux qui s’occupent des grandes plantes et il y a ceux-là qui sont chargés de préparer le compost,  mélange du fumier  et de  terre » explique-t-il.

Des difficultés

Et pourtant, tout n’est pas rose raconte Bouréima Nikiéma. Sur le côté droit en quittant le Monument des Martyrs où « je suis installé actuellement, ils o m’ont donné un délai pour quitter les lieux. Alors que pour le moment, je n’ai pas un autre endroit où aller. Voici notre grand problème depuis des années » se plaint notre interlocuteur.

Il précise que dans la ville de Ouagadougou: « il n’ y a pas d’endroits dédiés aux pépiniéristes ». Ce qui constitue un obstacle à l’exercice de son métier.

De plus, il nous informe qu’à l’aéroport, les autorités ont dit qu’une plante ne peut plus venir d’un pays étranger.  « C’est un problème pour nous »  regrette-t-il. Souhaitant du coup, la levée de cette mesure pour lui permettre d’avoir d’autres plantes d’autres pays. Ce qui, selon lui, concourt à avoir une variété de plantes dans le jardin.

Abordant d’autres difficultés inhérentes à son activité, Bouréima Nikiéma a évoqué la mévente qui d’après ses explications est due à l’insécurité.

« On ne peut plus faire de grand reboisement en brousse parce que le pays est en insécurité. Ceux qui venaient des villages pour acheter ne peuvent plus venir » regrette-t-il.

Malgré tout, « je ne désespère pas » dit-il avec optisme.

wwwlibreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Justice : le CQDJ veut faciliter l’accès à la justice aux détenus 

Faciliter l’accès à la justice des personnes en situation de détention dans les maisons d’arrêt et de correction, tel est l'objectif du Centre pour...

Coopération : des journalistes burkinabè à Beijing pour « découvrir la vraie Chine»

La République populaire de Chine, en partenariat avec l’État du Burkina Faso, a initié un séminaire de formation qui se déroule du 10 au...

Sourou: Le Haut-Commissaire visite les  communautés chrétiennes de Tougan  

Après sa visite aux chefs coutumiers et à la communauté musulmane, le Haut Commissaire du Sourou, Désiré Badolo s'est rendu le jeudi 11 avril...

Burkina : SIFLO, un salon pour encourager la plume féminine

L' Association les  pionnières du livre a organisé le jeudi 11 avril 2024, à Ouagadougou, un point de presse pour présenter le contenu et...

Burkina/Culture : le gouvernement relance la  «Nuit des LOMPOLO» 

Le Conseil des ministres du jeudi 11 avril 2024, a décidé de relancer l'organisation de la «Nuit des LOMPOLO.» Ceci pour promouvoir les acteurs...
spot_img

Autres articles

Burkina/Justice : le CQDJ veut faciliter l’accès à la justice aux détenus 

Faciliter l’accès à la justice des personnes en situation de détention dans les maisons d’arrêt et de correction, tel est l'objectif du Centre pour...

Coopération : des journalistes burkinabè à Beijing pour « découvrir la vraie Chine»

La République populaire de Chine, en partenariat avec l’État du Burkina Faso, a initié un séminaire de formation qui se déroule du 10 au...

Sourou: Le Haut-Commissaire visite les  communautés chrétiennes de Tougan  

Après sa visite aux chefs coutumiers et à la communauté musulmane, le Haut Commissaire du Sourou, Désiré Badolo s'est rendu le jeudi 11 avril...

Burkina : SIFLO, un salon pour encourager la plume féminine

L' Association les  pionnières du livre a organisé le jeudi 11 avril 2024, à Ouagadougou, un point de presse pour présenter le contenu et...

Burkina/Culture : le gouvernement relance la  «Nuit des LOMPOLO» 

Le Conseil des ministres du jeudi 11 avril 2024, a décidé de relancer l'organisation de la «Nuit des LOMPOLO.» Ceci pour promouvoir les acteurs...