spot_img
spot_img

[Mémoire] Moustapha Laabli Thiombiano, ses déboires pour la défense de la liberté d’expression

Publié le : 

Publié le : 

Le 6 avril 2020 décédait Moustapha Laabla Thiombiano à Ouagadougou après plusieurs jours de maladie. Artiste musicien, homme de radio et créateur d’événements culturels, l’homme portait plusieurs casquettes. Pour son apport à la construction du Burkina Faso, un hommage doit lui être rendu. Malheureusement, il était mort pendant la crise du COVID19 et grand-chose n’a pas  être fait pour magnifier ses actions à l’endroit de son pays.  Moustapha, c’était aussi les tracasseries avec les pouvoirs publics, surtout à des tournants historiques comme ceux liés à l’affaire Norbert Zongo.

Par Merneptah Noufou Zougmoré       

Après le dépôt du rapport de la Commission d’enquête indépendante (CEI) dirigée par feu Kassoum Kambou, Horizon FM avait invité Robert Menard, un membre de ladite commission pour une émission. 

Pendant que le journaliste Lido Tierno s’entretenait avec le responsable de Reporter Sans Frontière, l’épouse de Moustapha Thiombiano signale en studio que Mahammadi Kouanda, un soutien du pouvoir Compaoré a dit d’arrêter l’émission.

La radio n’obtempère pas mais un autre coup de fil émanant d’un gradé enjoint d’arrêter l’émission sinon on va venir brûler  la radio.

L’émission est arrêtée mais les maîtres du pays à l’époque envoient un cargo avec des gendarmes à la station de la radio qui faisait également office du domicile du promoteur. Du balcon de sa maison à niveau, le Laabli national voit l’escouade de pandores qui s’amène chez lui.

Il prend ses jambes à son cou pour se planquer quelques jours avant de négocier le chemin de la République du Ghana. 

Dans le pays de Kwamé Nkrumah, il donne de ses nouvelles. Quand le climat s’apaise, il revient au pays. Mais il n’était pas à ses premiers déboires avec l’incident du passage du secrétaire général de Reporter Sans Frontière.

Dans la grille des programmes d’Horizon FM, il y a eu des émissions, des débats sur les sujets politiques.

 La plus en vue était « Sondage démocratique » animé par Alpha Barry qui a été ministre des Affaires étrangères  sous le régime MPP avec comme chroniqueur feu Noël Ouanza Liéhoun alors rédacteur dans le journal Regard. 

A cette tranche des débats, les auditeurs peuvent aussi interagir. Il y avait une autre émission des débats dont l’intitulé était Ça va ça ne va pas.

Les deux émissions vont à l’instar des émissions d’autres chaines être suspendues par le Conseil supérieur de l’information (CSI) dirigé pendant la période par Adama Fofana. 

Moustapha croise le fer avec le CSI et va être rejoint par une ligue qui avait pour objectif la défense de la liberté de presse et d’expression amenée par le juriste, Sibiri Eric Kam. 

La ligue a attrait le CSI en Justice pour les raisons de suspension des émissions mais elle va être déboutée.

Dans l’entrefaite, Moustapha Thiombiano est pris physiquement à partie par des jeunes qu’on disait proche du pouvoir du président Blaise Compaoré. 

Il aura la vie sauve grâce à l’agilité de ses jambes et c’est à l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique qu’il avait demandé protection. Il y est passé d’ailleurs quelques heures.

« La petite Maison aux grandes idées»

Parmi les difficultés rencontrées par le promoteur de « La petite Maison aux grandes idées » (Un slogan d’Horizon FM à l’époque) figure la série d’émissions que la Génération Cheikh Anta Diop qui avait un temps d’antenne chaque dimanche à horizon FM voulaient animer en hommage au président Thomas Sankara. 

Dès la première émission, on a enjoint à Laabli de surseoir au projet de la série qui devait s’étaler tout le long du mois d’octobre 1997.

Moustapha Thiombiano, ce n’était pas que les démêlés avec les pouvoirs publics ou les acteurs politiques et leurs relais.  

C’était aussi une autre manière de faire la radio. Les grandes et belles voix ont rythmé la vie d’Horizon FM pendant toute la décennie de 1990. 

Les auditeurs de cette période ne sont pas prêts à oublier les émissions musicales comme Sono Tendresse animée par Clarisse Nabyouré et Michel le Doux, SH de Ahmed Alex Lawal. 

Les émissions de débats sociaux telles que Opinion de Aïcha Junior et les émissions de rencontre et des problématiques sentimentales assurées pour la première fois par Aïcha la Magicienne et la seconde par Thierry Ky qui vient de nous quitter et de Madeleine Bonané qui n’est plus aussi de ce monde.

Les émissions comme « Salut les couches tard » était animée par le grand boss, lui-même, le Laabli national ou son fils Léonard Thiombiano où la musique douce et du country américain prenaient le pouvoir tout le milieu de la nuit.

L’homme avait plusieurs cordes à son arc. En plus de la radio, 3 décennies avant, il s’était consacré à la musique. 

Au moment où Ouagadougou n’était qu’un gros bourg, il  y avait un orchestre qui s’appelait « les Djinarou ». 

Moustapha était membre de ce groupe et jouait à la batterie. C’est une partie de ce groupe qui se constituera à Munch en Allemagne en « Bozambo » avec à sa tête Jimmy Hyacinthe.

 Il évoluera dans un autre orchestre à Ouagadougou, le Sun Boys (les garçons du soleil) toujours à la batterie. 

Dans ce groupe figurait Hermann Yaméogo, le fils du premier Président de la République, Maurice Yaméogo. Moustapha, c’était enfin l’odyssée américain où il y séjournera plusieurs années. 

Le départ du boss comme aimait l’appeler ses employés a coïncidé avec la COVID 19. 

Il n’a pas eu d’hommage national. Il va falloir trouver un cadre un jour pour dire tout le bien que ce digne fils du Burkina Faso a fait pour le pays.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

AES : Les textes fondamentaux créant la confédération finalisés

La rencontre des ministres des Affaires étrangères du Burkina Faso, du Mali et du Niger tenue à Niamey,  le vendredi 17 mai 2024,  a...

[Tribune] Médiation CEDEAO/AES, soutien au président Faye

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo à la suite du président nigérian Bola Tinubu vient de demander à son homologue sénégalais Bassirou Diomaye Faye, d’entrer...

Économie/UMOA: le Burkina mobilise 130 milliards Fcfa

Le Trésor public du Burkina Faso a mobilisé 129,68 milliards Fcfa sur le marché de l'UMOA suite à l'emprunt obligataire lancé du 11 avril...

Burkina/Sécurité : L’éducation à la vie familiale, une clé de résilience contre le terrorisme 

Le salon international de la famille de Ouagadougou s'est ouvert le vendredi 17 mai 2024 dans la capitale burkinabè. A l’occasion, Jean Marie Tiendrebeogo,...

Burkina/Finance : Une «Nuit des bâtisseurs », pour célébrer les 50 ans d’existence du RCPB

Le Réseau des caisses populaires du Burkina (RCPB) a organisé, le 17 mai 2024, à Ouagadougou, une cérémonie appelée «Nuit des bâtisseurs », pour...
spot_img

Autres articles

AES : Les textes fondamentaux créant la confédération finalisés

La rencontre des ministres des Affaires étrangères du Burkina Faso, du Mali et du Niger tenue à Niamey,  le vendredi 17 mai 2024,  a...

[Tribune] Médiation CEDEAO/AES, soutien au président Faye

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo à la suite du président nigérian Bola Tinubu vient de demander à son homologue sénégalais Bassirou Diomaye Faye, d’entrer...

Économie/UMOA: le Burkina mobilise 130 milliards Fcfa

Le Trésor public du Burkina Faso a mobilisé 129,68 milliards Fcfa sur le marché de l'UMOA suite à l'emprunt obligataire lancé du 11 avril...

Burkina/Sécurité : L’éducation à la vie familiale, une clé de résilience contre le terrorisme 

Le salon international de la famille de Ouagadougou s'est ouvert le vendredi 17 mai 2024 dans la capitale burkinabè. A l’occasion, Jean Marie Tiendrebeogo,...

Burkina/Finance : Une «Nuit des bâtisseurs », pour célébrer les 50 ans d’existence du RCPB

Le Réseau des caisses populaires du Burkina (RCPB) a organisé, le 17 mai 2024, à Ouagadougou, une cérémonie appelée «Nuit des bâtisseurs », pour...